I - LA FRANCE

1. LOUIS XIII et Richelieu (1610 à 1643)

1.5. Les religieuses possédées de Loudun (Urbain Grandier)

En 1634, l’affaire des nonnes possédées du couvent des Ursulines de Loudun que dirige Jeanne des Anges (Jeanne de Belcier, 1602-1665). URBAIN GRANDIER (1590-1634), curé de Saint-Pierre au marché de Loudun et ennemi politique de Richelieu, est accusé de les avoir ensorcelées et finit condamné au bûcher. – cf. « Urbain Grandier » roman et pièce d’Alexandre Dumas (« Les crimes célèbres », 1840 et 1874) et « The Devils of Loudun » d’Aldous Huxley (1952).
1960**[Matka Joanna od aniolow (Mère Jeanne des Anges) (PL) de Jerzy Kawalerowicz 
Film Polski Kadr, 110 min. – av. Lucyna Winnicka (Mère Jeanne des Anges), Mieczyslaw Voit (l’abbé Suryn), Anna Ciepielewska (sœur Marguerite), Maria Chwalibog (servante), Kazimierz Fabisiak (curé).
Un film clairement politique et anticlérical dont l'action a été transposée en Pologne au XVIIe siècle. Prix spécial du Jury au Festival de Cannes 1961.]
1971*The Devils (Les Diables) (GB) de Ken Russell 
Russo-Warner Bros, 111 min. – av. Oliver Reed (l’abbé Urbain Grandier), Vanessa Redgrave (Mère Jeanne des Anges), Didley Sutton (Jean Martin, baron de Laubardémont), Michael Gothard (Père Barre), Gemma Jones (Madeleine), Christopher Logue (Richelieu), Graham Armitage (Louis XIII), Murray Melvin (chanoine Mignon), Dudley Sutton (Jean Martin, baron de Laubardémont).
Les nonnes possédées du couvent des Ursulines de Loudun, selon la vision baroco-délirante de l’excentrique Ken Russell, qui s’érige en défenseur d’Urbain Grandier, présenté ici comme une victime de l’absolutisme royal qui pointe dans l’Hexagone (l'intrigue est tirée d'un récit d'Aldous Huxley). Richelieu est le grand méchant, qui veut une nouvelle France où la religion et l'État ne feront qu'un. Or, Loudun abrite de nombreux protestants et fait barrage à la pénétration de l'autorité royale dans le Sud-Ouest; l'hystérie constatée dans le couvent sert de prétexte pour briser toute résistance par le feu, la torture et des procès truqués. Libertin homosexuel, Louis XIII massacre au mousquet des protestants affublés de sinistres costumes de corbeaux. Dans cette France fantasque, Richelieu est rondouillard et soupçonneux, Jeanne des Anges affligée d’une disgrâce physique, et les nonnes se transforment en bacchantes hystériques lors d’un sabbat, tourmentées de désirs sexuels refoulés.
Le grand-guignol et le cabotinage guettent à tout moment et Russell, cinéaste jadis bien surestimé, ne livre qu'un cumul splendidement photographié d’hémoglobine et de tableaux horrifiques (Urbain Grandier torturé, puis se consumant sur le bûcher). Tournage à Pinewood (décors conçus par Derek Jarman) ; le palais ducal et l’enceinte fortifiée de la ville ayant été démolis sur ordre de Louis XIII en 1631, c’est à Bamburgh Castle, dans le Northumberland, qu’on simule les interventions royales et la destruction des lieux. Ken Russell se réfère aux eaux-fortes de Goya pour ses scènes d'une violence dérangeante.
1971(tv) La Possédée (FR) d’Eric Le Hung
(TF1 13.3.71), 100 min. – av. Ludmilla Tcherina (Mère Jeanne des Anges), Claude Titre (l’abbé Urbain Grandier), François Chaumette (Jean Martin, baron de Laubardémont), Elia Clermont (Madeleine de Brou), Olivier Hussenot (chanoine Mignon), François Chaumette (Jean Martin, baron de Laubardémont), Elia Clermont (Madeleine de Brou). – D’après un texte original de Marcelle Maurette.
1976(tv) Les Mystères de Loudun (FR) de Gérard Vergez 
« Grand théâtre historique » (A2 11.12.76) [d’apr. Alexandre Dumas et A. Maquet], 88 min. – av. Robert Rimbaud (l’abbé Urbain Grandier), Dominique Valadier (Mère Jeanne des Anges), Jean-Marie Galley (Richelieu), Régis Santon (Louis XIII), Thierry Bourdon (Daniel Grandier), Bérangère Bonvoisin.