II - LE ROYAUME D’ANGLETERRE

8. GEORGE II (1727 à 1760)

8.3. Henry Fielding et son oeuvre

(1707-1754), romancier et satiriste, fameux pour ses peintures de mœurs de l’Angleterre du XVIIIe siècle : « The History of Tom Jones, a Foundling » (1749) et « The History of the Adventures of Joseph Andrews » (1742).
1917Tom Jones (GB) d’Edwin J. Collins 
Ideal Film Co., 2170 m. – av. Langhorn Burton (Tom Jones), Sybil Arundale (Molly Seagrim), Will Corrie (Squire Western), Wyndham Guise (Squire Allworthy), Bert Wynne (William Blifil), Nelson Ramsey (Thwackum), Dora De Winton (Miss Western).
1960Poimannyi Monakh [Un moine pris au piège] (SU) de Grigori G. Nikouline 
Lenfilm, 67 min. – av. Vasily Politseymako, Viktor Chekmariov, Lyudmila Gurchenko, Vladimir Matusov, Mikhail Ivanov.
1960(tv) Tom Jones (IT) d’Eros Macchi
(RAI 29.5.-3.7.60), 6 x 60 min. – av. Pino Colizzi (Tom Jones), Elisa Cegani, Franco Parenti, Carlo Giuffrè, Tino Bianchi, Clara Calamai, Emma Danieli, Roldano Lupi, Sandra Mondaini. – Adaptation d’Isa Mogherini et Bianca Ristori.
1961(tv) Amelia (GB) de Chloe Gibson
(BBC1 14.4.-26.5.61), 7 x 30 min. – av. Peter Sallis (le peintre William Hogarth), Andre Van Gyseghem (Henry Fielding), Frederick Jaeger (cpt. William Booth), Elizabeth Shepherd (Amelia), Pamela Binns (servante chez Harris), Malcolm Keen (Dr. Harrison), Howard Lamb (Squire Winkworth), Susan Marryott (Miss Matthews), Barbara New (Betty Harris).
Londres en 1733. La vie sentimentale mouvementée d’Amelia et du capitaine William Booth, fraîchement mariés, d’après le roman éponyme de Fielding (1751). Feuilleton considéré comme perdu.
1963**Tom Jones (Tom Jones – entre l’alcôve et la potence) (GB) de Tony Richardson 
T. Richardson/Woodfall Film Prod.-United Artists-Lopert Pictures, 131 min. – av. Albert Finney (Tom Jones), Susannah York (Sophie Western), Hugh Griffith (Squire Western), Joan Greenwood (Lady Bellaston), Diane Cilento (Molly Seagrim), Edith Evans (Miss Western), David Tomlinson (Lord Fellamar), Rosalind Knight (Mrs. Fitzpatrick), David Warner (Blifil), George Allworthy (George Devine), Wilfrid Lawson (Black George).
Enfant trouvé, Tom est adopté par Allworthy, un riche philanthrope. Il devient un solide gaillard, plus intéressé par les jupons que par les leçons de son précepteur. Il tombe amoureux de Sophia Western, la fille du seigneur voisin, mais celle-ci est déjà fiancée à l’intrigant Blifil, le neveu de son père adoptif. Calomnié par son rival et chassé par Allworthy, Tom prend la route, tandis que Sophia retarde la date de son mariage. Après bien des aventures d’alcôve où il croise sans le savoir Sophie, qui a fugué, Tom frôle le gibet et découvre qu’il est le fils naturel de la sœur décédée d’Allworthy, et donc l’héritier légitime de son père adoptif. Il peut épouser Sophia.
Le roman-fleuve de Fielding (1749) dans une brillante adaptation par John Osborne. La réalisation de Tony Richardson, un des fondateurs du « Free Cinema » anglais, rend ces tribulations à la fois hyperréalistes comme un documentaire (caméra portée), truculentes et paillardes (avec des touches de burlesque), ajoutant ça et là un zeste de critique sociale et de provocation érotique (Tom et un amour passager avalent rôtis et volailles tout en se dévorant des yeux). Le film est tourné entièrement en extérieurs en utilisant des teintes pastels (Eastmancolor), à Bridgwater, Nettlecombe Court (Somerset), dans le Dorset (Cranborne Manor vers Bournemouth, Manor House à Cerne Abbas), à Southwark et à Londres (The Undercroft, Lincoln’s Inn, Holland Park, Park Lane). Désorienté par une approche aussi peu conventionnelle, United Artists s’attend à un désastre commercial tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, mais c’est le contraire qui arrive : le film est un triomphe public international à sa sortie, au diapason de la libération des mœurs et de l’esprit de contestation qui marquent les années soixante. A Londres (où l’on vient de découvrir les Beatles), le London Pavilion ne désemplit pas pendant des mois. Aujourd’hui une œuvre un peu oubliée. Lauréat de 4 Oscars (meilleur film 1963, Richardson, Osborne, musique) et 6 nominations, 3 BAFTA Awards (films, production Osborne), 3 Golden Globe, Directors Guild of America Award, 3 New York Film Critics Award, Coupe Volpi à Venise (Finney), Writers’ Guild of Great Britain Award (Osborne), etc.
1968(tv) Tom Jones (CA) de Bob Jarvis 
« O’Keefe Centre Presents » (CBC 13.2.68), 60 min. – av. Robin Ward (Tom Jones), Douglas Fairbanks Jr. (Squire Allworthy et narrateur), Starr Duffert, Elizabeth Walsh. – Une version musicale de l’œuvre de Fielding imaginée par Ruth Batchelor et Bob Roberts.
1969Lock Up your Daughters ! (GB) de Peter Coe 
David Deutsch-Domino Prod., 103 min. – av. Christopher Plummer (Lord Foppington), Susannah York (Hilaret), Glynis Johns (Mrs. Squeezum), Ian Bannen (Ramble), Tom Bell (Shaftoe).
Les liaisons amoureuses compliquées d’une poignée de marins britanniques en congé dans une petite ville portuaire au XVIIIe siècle, où tous les pères de famille s’efforcent de protéger la vertu de leurs filles. Une gaudriole érotique révélant la corruption qui gangrène la politique et le système juridique, et une rôle en or pour Christopher Plummer en dandy ridicule, poudré, peinturluré et perruqué. Tournage en Irlande (Kilkenny) d’après la comédie « Rape Upon Rape ; or, The Justice Caught in His Own Trap (The Coffee-House Politician) » de Henry Fielding (1730).
1976The Bawdy Adventures of Tom Jones (GB) de Cliff Owen 
Robert Sadoff Prod.-Chromebridge-Universal Pictures, 93 min.. – av. Nicky Henson (Tom Jones), Trevor Howard (Squire Western), Terry-Thomas (Mr. Square), Joan Collins (Black Bess), Georgia Brown (Jenny Jones), Arthur Lowe (Dr. Thwackum). – Tom Jones passe de lit en lit. Une platitude, plus grossière que paillarde, filmée en Technicolor aux studios de Pinewood.
1977*Joseph Andrews (GB) de Tony Richardson 
Neil Hartley-Woodfall Film Prod., 104 min. – av. Ann-Margret (Lady Booby), Peter Firth (Joseph Andrews), Peter Bull (Sir Thomas Booby), Michael Hordern (Parson Adams), John Gielgud (le docteur), Hugh Griffith (Squire Western).
Quoique recueilli par une Lady loin d’être insensible à son charme, Andrews tombe éperdument amoureux d’une servante. Parodie drôle et rythmée qui tire à boulets rouges sur l’hypocrisie religieuse, la bourgeoisie et la noblesse de l’époque : Richardson tente vainement de renouer avec le succès de son « Tom Jones » (cf. supra). Tourné en Eastmancolor à Broughton Castle (Banbury) et à Bath (Somerset).
1983(tv) Der blinde Richter. Historische Fälle aus dem alten London (DE) de Vojtech Jasny
Westdeutsches Werbefernsehen Köln (ARD 8.9.84-12.84), 13 x 25 min. – av. Franz-Josef Steffens (Sir John Fielding), Gerd Schaefer (Henry Fielding), Dietmar Mues (William Hogarth), Walter Jokisch (Sam Johnson), Ingolf Gorges (David Garrick), Klaus Adler (James Boswell), Relja Basic (Giacomo Casanova).
Treize cas du « Juge aveugle », Sir John Fielding (1721-1780), détective infaillible, créateur du premier service de casier judiciaire britannique et demi-frère du romancier. D’après la série des romans de l’Américain Bruce Alexander adaptés par Günter Kunert..
1996(tv-mus) Tom Jones (SE) de John Cox 
RM Associates. – av. Greg Fedderly (Tom Jones), David Aller (Allworthy), Judith Howarth (Sophia), Gordon Wilson (William Blifil), Sarah Walker (Mrs. Western), Brian Burrows (Mr. Western). – Captation de l’opéra de François-André Danican-Philidor (1765), dirigé par Nicholas McGegan au théâtre du château de Drottningholm.
1997(tv) The History of Tom Jones, a Foundling (GB) de Metin Hüseyin 
Suzan Harrison/BBCtv-Arts & Entertainment Network (BBC1 9.11.-7.12.97), 95 min. et 4 x 65 min. / 312 min. – av. John Sessions (Henry Fielding), Max Beesley (Tom Jones), Samantha Morton (Sophie Western), James D’Arcy (William Blifil), Ron Cook, Brian Blessed (Squire Western), Kathy Burke (Honour), Benjamin Whitrow (Squire Allworthy), Frances de la Tour (tante Western), Tessa Peake-Jones (Bridget), Richard Ridings (rév. Thwackum), Michelle Fairley (Harriet Fitzpatrick), Peter Capaldi (Lord Fellamar), Lindsay Duncan (Lady Bellaston).
Tournage à Mapperton Manor, à Parnham, au village de Powerstock et à Golden Cap (West Dorset).
2004Δ (tv) Peter Ackroyd’s London : The Crowd (GB) de Roger Parsons (BBC2 14.5.04). – av. Jim Carter (Henry Fielding).
2008**(tv) City of Vice (GB) de Justin Hardy, Dan Reed 
Touchpaper Televisio-Hardy and Sons-Hardy Pictures-Channel 4 (C4 14.1.-11.2.08), 5 x 50 min. – av. Ian McDiarmid (Henry Fielding), Iain Glen (John Fielding), Francis Magee (Saunders Welch, High Constable of Holborn), Steve Speirs (William Pentlow), Alice O’Connell (Mary Fielding), Sam Spruell (Lord Newcastle), Sean Francis (Daniel Carne).
Les frères et magistrats John et Henry Fielding inaugurent les débuts de la police criminelle à Londres (création des « Bow Street Runners ») pour combattre la criminalité endémique dans la capitale. Une série hyper-réaliste nominée pour le Writers’ Guild of Great Britain Award.