IV - L’ITALIE

5. LA RÉPUBLIQUE DE VENISE

5.2. Carlo Goldoni et son oeuvre

(1707-1793), auteur dramatique vénitien, créateur de la comédie italienne moderne - tout en gardant le dynamisme de la "commedia dell'arte" - avec plus de 200 pièces d'importance à son actif. En 1762, il s'exile en France à la suite de différends esthétiques avec ses confrères.
1960Badaranii [Les Rustres] (RO) de Sica Alexandrescu ; Bucuresti, 91 min. – av. Grigore Vasiliu-Birlic (Carlo Goldoni), Carmen Stanescu, Niky Atanasiu, Al. Giugaru, Cella Dima, Sanda Toma. – Venise en 1760.
1961Capriccio italiano / Italienisches Capriccio (IT/DE-RDA) de Glauco Pellegrini ; Defa, 106 min. – av. Claude Laydu (Carlo Goldoni, 1707-1793), Christel Bodenstein (Nicoletta Goldoni), Rolf Ludwig (Carlo Gozzi).
1962(tv) Carlo Gozzi (IT) de Carlo Lodovici (RAI2 8.10.62), 155 min. – av. Tino Carraro (Carlo Goldoni), Pio Campa (comte Giacomo Gozzi), Wanda Capodaglio (comtesse Gozzi), Marina Dolfin, Edoardo Toniolo.
1973(tv) Goldoni e le sue sedici commedie nuove (IT) de Sandro Sequi (RAI2 13.4.73), 120 min. – av. Gastone Moschin (Carlo Goldoni), Marina Dolfin. – D’après un texte de Paolo Ferrari.
1977(tv) Carlo Goldoni ou Mémoires pour le jour où nous n’aurons plus de masques (FR) de Franco Contini
(FR3 18.9.77), 55 min. – av. Julien Bertheau (Carlo Goldoni), Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau), Marie Daude (Thérèse Rousseau), Guy Jacquet, Philippe Brigaud, Christiane Morel, René Roussel, J. Canselier.
1983® (tv) Per Antonio Vivaldi (IT) de Massimo Scaglione. – av. Roberto Chevallier (Carlo Goldoni).
1989*Rosso veneziano / Piccoli delitti veneziani / Rouge Venise / Venezia rosso sangue (FR/IT) d’Etienne Périer 
Cléa Prod.-Président-Reteitalia-Scena International, 110 min. – av. Vincent Spano (Carlo Goldoni), Wojtek Pszoniak (Antonio Vivaldi), Isabel Russinova (Nicoletta), Massimo Dapporto (Jean-Baptiste Tiepolo), Andréa Ferreol (princesse Hortense), Victor Lanoux (Grand Inquisiteur), Yorgo Voyagis (Torelli), Catherine Lachens (La Giro), Valérie Mairesse (Célia), Galeazzo Benti (Silvio Conio), Etienne Périer (Pisani).
En 1735, pendant le carnaval, Carlo Goldoni, un jeune avocat en rupture de barreau cherche désespérément un mécène pour monter une pièce de théâtre. Spinoza accepte de le financer, et Goldoni rencontre la femme de sa vie, Nicoletta. Il la retrouve dans l’académie musicale de son ami Vivaldi qui forme avec lui et le peintre Tiepolo un joyeux trio. Mais le père de la belle ne veut pas de lui, et Spinoza est retrouvé poignardé, un mouchoir rouge sur le corps. Tiepolo trouve une nouvelle mécène pour Goldoni, la princesse Hortense, que l’on retrouve également poignardée peu après. Le Grand Inquisiteur fait emprisonner Goldoni. Un nouvel assassinat le libère. Utilisant son arme favorite, le théâtre, Goldoni obtient la main de Nicoletta, démasque le coupable (le politicien Torelli) en dévoilant les motifs de ses crimes, et trouve un nouveau mécène en la personne du Grand Inquisiteur. Un récit de « serial killer » baroque filmé avec style et délicatesse à Venise même, mais qui manque de tension dramatique. Une curiosité, d’après le roman de Georges Garone.
2007® Antonio Vivaldi, un prince à Venise (FR) de Jean-Louis Guillermou. – av. Christian Vadim (Carlo Goldoni), cf. supra.
2007*Carlo Goldoni: Venezia, Gran Teatro del Mondo (IT) d'Alessandro Bettero
Vip Mediacom-Kublai Film, 72 min. - av. Alessandro Bressanello (Carlo Goldoni), Tiziana Grillo (Nicoletta Conio), Flavio Rover (Carlo Gozzi), Lucio Brighi (valet de Goldoni), Francesca Caldarola (Maria Giuseppina di Sassonia), Livio Carradori (duc d'Aumont), Cristina Chinaglia (Mérope), Carlo D'Addio (Clavière), Roberto Maurizio (Louis XV), Silvia Fuga (Marie Leszczynska, reine de France), Elena Guaita (Adelaïde, leur fille), Silvano Padovan (le Doge), Daniele Dal Corso (Goldoni jeune), Olivier Bayle-Videau, Emilio Briguglio, Arianna Capiotto.
La révolution du "Théâtre de caractère" de Goldoni qui bannit des plateaux les masques et remplace l'improvisation, les personnages et mythes classiques par des intrigues et des personnages inspirés de la vie quotidienne, traduisant les préoccupations et les sentiments de ses contemporains. La réforme scénique prônée par Goldoni déchaîne envies et rancoeurs et force ce dernier à s'établir à Paris où il passe les 31 dernières années de sa vie. Un docu-fiction très instructif réalisé à Venise, à Paris, Versailles et Fontainebleau, avec la participation des comédiens de la Compagnie "I Corragi" de La Réole.
et son œuvre (sélection) :
1912La locandiera (IT) d’Alfredo Robert ; Milano Films, Milano. – av. Alfredo Robert, Ettore Mazzanti.
1913La locandiera (IT) d’Alberto Nepoti ; Savoia Film, Torino, 486 m. – av. Adriana Costamagna (Mirandolina), Emma Vecla, Annibale Durelli.
1929La locandiera (IT) de Telemaco Ruggeri ; Gallea Film, 2377 m. – av. Germina degli Uberti, Elio Steiner, Lucia Zanussi.
1943/44La locandiera (IT) de Luigi Chiarini ; Cines, 71 min. – av. Luisa Ferida, Armando Falconi, Osvaldo Valenti, Camillo Pilotto, Elsa De Giorgi.
1953Sluga dvuch gospod (Le Serviteur de deux maîtres) (SU) d’Adolf Bergonzer ; Lenfilm, 94 min. – av. J. Palmu, M. Ivanov.
1956Chozjajka Gostinicy (La locandiera) (SU) de Mikhail Mikhailovitch Nazvanov ; Mosfilm, 98 min. – av. O. Viklandt, A. Mjagkikh, J. Nasvenov.
1960(tv) La locandiera (IT) de Claudio Fino (RAI 30.12.60). – av. Marina Dolfin, Tino Carraro, Mario Scaccia.
1960Badaranii (RO) de Sica Alexandrescu et Ghiorghiu Nagy ; Bucuresti [d’apr. “Les Rustres”]. – av. George Calboreanu, Gr. Vasiliu-Birlic, Al. Giugaru, Niki Atanasiu. – Situé à Venise en 1760.
1966(tv) La locandiera (IT) de Franco Enriquez (RAI 28.9.66). – av. Valeria Moriconi, Paolo Graziosi, Glauco Mauri.
1977Truffaldino iz Bergamo (SU) de Vladimir Vorobyev [d’apr. « Servitore di due padroni »] ; Lenfilm, 138 min. (2 parties). – av. Konstantin Raykin, Natalia Gundareva, Valentina Kosobutskaya, Viktor Kostetsky.1980 – (tv+ciné) La locandiera (IT) de Paolo Cavara ; Dada-RAI, 109 min. – av. Claudia Mori, Adriano Celentano, Paolo Villaggio, Gianni Cavina.
1983(tv) Arlecchino (IT) de Giuliano Montaldo ; RAI, 7 min. – av. Ferruccio Soleri, GianCampi, Cristina Mecci.
1991(tv) Caccia alla vedova / Osada Venecii (IT/SU/FR) de Giorgio Ferrara [d’apr. « La vedova scaltra »] ; Excelsior-Cinecittà-Mosfilm, 85 min. – av. Isabella Rossellini, Tom Conti,.
1992Le Diable à Quatre (FR/IT/RU) de Giorgio Ferrara (d’apr. « La fine mouche ») ; UGC-PH-Mosfilm, 85 min. – av. Isabella Rossellini, Tom Conti, Zouc, Michel Duchaussoy, James Wilby, Alexandr Abdulov. – Venise 1748, comédie de mœurs.
1996La Servante aimante (FR) de Jean Douchet ; Films de l’Estran-SFP-Arte, 166 min. – av. Catherine Hiegel, Alain Pralon, Claire Vernet, Nicolas Silberg.
1996Rokoko (DE) d’Ulrike Pfeiffer ; U. Pfeiffer-Arte-WDR, 81 min. – av. Frank Behnke (marquis de la Tour du Pin), Coraly von le Fort (Octavia), Karl Heil (Dimitri), Uwe Irmscher, Antonia zu Knyphausen. – Comédie inspirée par Carlo Goldoni, située en 1753 et filmée au château de Bourg Esch à Schwerdorff (Moselle).