V - L’ESPAGNE, LE PORTUGAL ET LEURS COLONIES D’AMÉRIQUE

1. FELIPE III "El Piadoso" - Maison des Habsbourg (1598 à 1621)

1.2. Les missionnaires jésuites au Japon et les contacts avec l'Espagne

L’implantation du christianisme au Japon commence avec la prédication de saint François Xavier/Francisco de Javier (Francisco de Jasso y Azpilicueta, 1506-1552), l’un des fondateurs de la Compagnie de Jésus, parti pour l’Inde portugaise comme nonce et légat du pape. Son action débute en 1549 à Kagoshima. Sous le shôgunat de Tokugawa Ieyasu, l’Eglise catholique voit une véritable expansion dans les annés 1601 à 1613, avec un évêché et une cathédrale à Nagasaki, financée par la Compagnie de Jésus. L’édit de persécution de 1614 met fin à la prédication du catholicisme, jugé incompatible avec les traditions japonaises. Les missionnaires sont réexpédiés en Occident, les églises détruites, 280 chrétiens japonais décapités. Le 10 septembre 1622 a lieu le « Grand martyre de Nagasaki », après l’arrestation de Pedro de Zuniga et Luis Flores. Deux jésuites, cinq dominicains, deux franciscains et trente-trois chrétiens sont crucifiés. La campagne d’extermination se poursuit pendant toute la décennie suivante.
En Chine impériale, la Compagnie de Jésus réussit à s'introduire passagèrement dès 1601 auprès de l'élite de la cour, mais face à la menace de procès et d'exécutions, le pape ordonne le retour des missionnaires en 1773.
1949Felipe de Jesús / El divino conquistador (MX) de Julio Bracho 
Clasa Films Mundiales, 105 min. – av. Ernesto Alonso (Felipe de la Casas de Alcázar), Rita Macedo (Rosalia / Maria), Julio Villarreal (Frère Pedro Bautista), Antonio Bravo (Don Cristobal), Rodolfo Acosta (le Shôgun Shokosabe), José Baviera (Don Alonso del Alcázar), Francisco Jambrina (cpt. Landecho), Luis Aceves Castañeda (l’empereur Iroyoshi Taikosama).
Après des déconvenues amoureuses, Felipe de Alcázar se fait moine franciscain et part comme missionnaire au Japon où il meurt en martyre à Osaka.
1955*Seido no Kirisuto (Le Christ en bronze) (JP) de Minoru Shibuya 
Shochiku Prod., 100 min. – av. Eiji Okada (Yusa Hagiwara), Kyôko Kagawa (Monica), Osamu Takizwara (Christóforo Ferrero), Shinobu Araki (Tamon), Kazuko Okada.
Nagasaki en septembre 1622 : à la demande des prêtres shintoïstes et bouddhistes, le shôgunat Tokugawa ordonne l’abolition du christianisme, introduit au Japon par les Jésuites espagnols. La faute d’un prêtre renégat, Ferrero, et la collaboration involontaire d’un artiste, le graveur Yusa, qui aime une jeune chrétienne, sert de prétexte au massacre. L'artiste est chargé de créer une statue du Christ en bronze destinée à être piétinée par la foule en signe de renonciation. Sélection du Festival de Cannes 1956 (film en noir et blanc).
1964Kyoshiro Nemuri Joyoken (La Ballade de Kyoshiro Nemuri) (JP) de Kazuo Ikehiro
81 min. – av. Raizo Ichikawa (Nemuri Kyoshiro), Shino Fujimura, Kubo Naoko, Jo Kenzaburo. – Né du viol d’une vierge par un missionnaire portugais, Kyoshiro Nemuri n’a de cesse que de retrouver son géniteur pour lui faire payer son crime… (sous le shôgunat Tokugawa). Entre 1956 et 1998, les aventures de Kyoshiro Nemuri ont suscité 7 romans (de Renzaburo Shibata), 17 films et 4 téléfilms au Japon.
1971Chinmoku (JP) de Masahiro Shinoda
Hyogensha-Mako International, 129 min. - av. David Lampson (le père Sebastian Rodrigo), Don Kenny (Francisco Garrpe), Tetsurô Tanba (père Cristóvão Ferreira), Mako (Kichijiro), Shima Iwashita (Kiku), Eiji Okada (Inoue Chikugonokami), Yoshiko Mita (femme à Maruyama), Rokkô Toura (l'interprète), Noboru Matsuhashi (Mokishi), Yasunori Irikawa (Okada Saemon), Yoshi Katô, Taiji Tonoyama, Tomo'o Nagai.
Deux pères jésuites portugais à la recherche de leur mentor Cristòvão Ferreira (c. 1580-1650), découvrent l'ampleur des persécutions chrétiennes au Japon et l'apostasie du disparu. Première version (en Eastmancolor) du roman Chinmoku (Silence) de l'écrivain japonais catholique Shûsaku Endô (1966), également porté à l'écran en 2016 par Martin Scorsese (cf. infra).
1680(tv+ciné) *Shogun (US/JP) de Jerry London 
Paramount-Toho-Asahi National Broadcasting-Jardine Matheson Co. (Eric Bercovici, James Clavell) (NBC 15.-19.9.80), 5 x 55 min. / cinéma : 159 min. et 125 min. – av. Richard Chamberlain (John Blackthorne [=William Adams/Miura Anjin]), Toshiro Mifune (Yoshinaga Torenaga, seigneur du Kwanto [=Tokugawa Ieyasu]), Yoko Shimada (Dame Toda Buntaro Mariko [=Hosokawa Gracia]), Frankie Sakai (Kasigi Yabu, daimyo d’Izu), Alan Badel (père Dell’Aqua), Michael Hordern (frère Domingo), Leon Lissek (père Sebastio), Damien Thomas (père jésuite Martin Alvito), John Rhys-Davies (Vasco Rodriguez), Vladek Sheybal (cpt. Ferriera), Tôru Abe (gén. Hiro-Matsu), Shin Takuma (Naga [=Takeda Nobuyoshi]), Nobuo Kaneko (Ishido, seigneur d’Osaka [=Ishida Mitsunari]), George Innes (Johann Vinck [=Jan Joosten van Lodensteijn]), Orson Welles (narration).
En 1600, un navire hollandais piloté par l’Anglais Blackthorne s’échoue avec quelques survivants sur les côtes japonaises, où les Jésuites espagnols et portugais, sous couvert de la foi, ont établi de fructueuses relations commerciales depuis de nombreuses années. Ils prétendent que le navire protestant échoué est celui d’un pirate, et Blackthorne est sauvé de la mort grâce à l’intervention du puissant seigneur Torenaga. Celui-ci apprend de sa bouche les méfaits de l’Église catholique en Amérique latine et réalise que la présence des Jésuites au Japon n’est pas innocente. Blackthorne reçoit un nom idoine, Anjin-san (« honorable navigateur »), apprend le japonais et est sacré samouraï après avoir sauvé la vie de Torenaga lors d’un tremblement de terre puis l’avoir aidé à obtenir le titre de Shôgun au cours de la guerre menée contre Ishido à Osaka.
D’après le best-seller de James Clavell (1975), roman vendu à six millions d’exemplaires. L’auteur calqua son Blackthorne sur la personnalité de William Adams (1564-1620). Ancien commandant de Sir Francis Drake, Adams fut en effet le premier Anglais à débarquer au Japon – en 1600 sur l’île de Kyushu – et le premier Européen à être devenu samouraï. Il se lia d’amitié avec le shogun Tokugawa Ieyasu, et, rebaptisé Miura Anjin, il épousa Oyuki, la fille d’un noble ; il mourut à Hirado, au nord de Nagasaki. Clavell souhaitait confier le rôle de Blackthorne à Sean Connery, mais celui-ci déclina. Tourné aux studios Daiei et Shochiku à Kyoto, Toho à Tokyo et Paramount à Hollywood, les extérieurs au Japon (châteaux de Hakkone et de Himeji [le palais d’Osaka], le village d’Anjiro est reconstruit sur l’île de Nagashima). Un triomphe mérité à l’antenne, sorti en salles dans une version raccourcie. Trois Emmy Awards (production, costumes, design) et 14 nominations, Golden Globe Award (Chamberlain, Shimada, production).
1990Shogun Mayeda / Shogun Warrior / Journey of Honor (JP/US/GB) de Gordon Hessler 
Shô Kosugi/Mayeda Productions-Sanyo Finance Co.-Shô Kosugi Corporation, 107 min. – av. Shô Kosugi (Shogun Daigoro Mayeda), David Essex (Don Pedro), Kane Kosugi (Yorimune), Polly Walker, Christopher Lee (Philippe III d’Espagne), Toshiro Mifune (Tokugawa Ieyasu, seigneur de Kosugi), Norman Lloyd (Padre Vasco), Ronald Pickup (capt. Crawford), John Rhys-Davies (El Zaidan), Polly Walker (Cecilia).
En 1602, persuadé que les armes à feu vont changer le destin du Japon, le seigneur Tokugawa Ieyasu charge Mayeda, un samouraï, de récolter cinq mille mousquets auprès de Philippe III en Espagne, où le Japonais doit faire face à de nombreux complots et intrigues. Production de Shô Kosugi, grande vedette du cinéma d’arts martiaux, tournée en Panavision et De Luxe en avril-mai 1990 au Japon et en Yougoslavie (Dubrovnik et Belgrade).
1996Os olhos da Asia / Les Yeux d’Asie (PT/FR/DE) de João Mário Grilho 
Paulo Branco-Madragoa-Gemini-Chris Sievernich, 84 min. – av. Yoshi Oshida, João Perry, Yasukiyo Umeno, Geraldine Chaplin (Jane Powell), Kyioto Harada (Matazaemon), Yuzi Kosugi (Kurobei), Carlos Martins Medeiros (Antonio de Souza), José Eduardo (Lucas do Espirito Santo), Rui Gomes (Sebastião), Edward Ishita.
Japon en 1633, le massacre des chrétiens et des Jésuites espagnols (Juliano de Nakaura).
2004(tv) Gefangen im Reich des Shogun (Prisonnier du Shogun) (DE) de Bernd Liebner 
Zweites Deutsches Fernsehen (ZDF) (Arte 14.8.04), 52 min. – Docu-fiction avec reconstitutions et comédiens anonymes : comment l’arrivée de l’Anglais William Adams au Japon en avril 1600 déclenche l’interdiction du christianisme et le repli du pays sur lui-même. Adams établit des relations commerciales entre le shôgunat et les nations protestantes d’Europe, l’Angleterre et les Pays-Bas, suscitant l’ire des Espagnols et des Portugais sur place. N’ayant dorénavant plus besoin des missionnaires catholiques, les Tokugawa finissent par interdire le christianisme.
2016*Silence / Chinmoku / Silencio (US/TW/MX) de Martin Scorsese
Martin Scorsese, Irvin Winkler, Vittorio Cecchi Gori, Barbara De Fina, Randall Emmett, Gastón Pavlovich, Emma Tillinger Koskoff/Cappa Defina Productions-CatchPlay-Cecchi Gori Pictures-Fábrica de Cione-SharpSword Films-Sikelia Productions-Verdi Prod.-Waypoint Entertainment, 159 min. - av. Adam Driver (père Francisco Garrpe), Andrew Garfield (père Sebastião Rodrigues), Liam Neeson (père Christóvão Ferreira), Ciarán Hinds (père Alessandro Valignano), Tadanobu Asano (l'interprète), Shin'ya Tsukamoto (Mokishi), Michié (l'épouse Tomogi), Yasushi Takada (Doshin), Yôsuke Kubozuka (Kichijiro), Motokatsu Suzuki (le garde à Edo), Issei Ogata (l'inquisiteur Inoue), Yoshi Oida (Ichizo), Nana Komatsu et Ryô Kase (des villageois chrétiens), Katsuo Nakamura (un prêtre bouddhiste), Ten Miyazawa (le charpentier).
L'histoire des pères Garrpe et Rodrigues, deux missionnaires chrétiens envoyés au Japon au XVIIe siècle pour retrouver la trace de leur mentor, le père Ferreira. Ils y découvrent l'horreur des persécutions, le christianisme ayant été banni du pays. Leur intransigeance dogmatique, leur aveuglement psychologique, leur quête obstinée du martyre et leur méconnaissance totale de la spiritualité bouddhiste comme des traditions locales entraîne la mort atroce de nombreux de leurs pupilles indigènes vivant dans la clandestinité, un fait choquant pour lequel Scorsese, cinéaste hanté par la grâce, ne manifeste étrangement que peu de compréhension. Par ailleurs, sa fresque âpre et austère est visuellement superbe (nominée aux Oscar en 2017). Le romancier-scénariste Shûsaku Endô a fait de l'authentique père jésuite italien Giuseppe Cara un Portugais du nom (fictif) de Ferreira (son roman, paru en 1966, a déjà été porté à l'écran au Japon en 1971, cf. supra: "Chinmoku"). Tournage en Fujicolor à Taiwan (Taipei City, Beitou, Taichung, Hualien, Yangmingshan National Park et CMPC Studio) pour un budget de 51 milllions de $. Première mondiale au Vatican, le 29.11.2016.
2018(tv) Chine, l'empire du temps / China, the Empire of Time / Die Jesuiten und die chinesische Astronomie (FR/CN) de Cédric Condom
1. Les Jésuites à la conquête de la Cité interdite - 2. Le Procès des Jésuites
Luc Martin Gousset, Frank Smith, Bo Lu/China Intercontinental Communication Center-Infocus Asia-Point du Jour International-Arte (Arte 28.7.18), 2 x 52 min./104 min. - av. Lu Shu (l'empereur Chong Zhen), Fabrice Pierre (le Jésuite Matteo Ricci), Paul Adam Pervan (Père Pentoya), Xu Wei et Wang Wei (des moines chinois), Joseph James Warwick (Père Ruggieri), Shi Kai (Licin), Dieter Schweinsberg (Johann Schreck), Wallerand de Normandie (Adam Schall von Bell), Steven Thomas Boergadine (Schall von Bell âgé), Lu Quinglong (Li Zubai), Giorgio Dalsoglio (Giacomo Rho), Chen Chen (l'empereur Shunzi), Emmanuel Audibert (Ferdinand Verbiest), Loou Juanjuan (la concubine impériale), Guangxu Xiao (Fan Wencheng), Jialong Jiang (l'impératrice mandchoue), Wanyong Zhang (l'empereur Kungxi), Gilles Warwick David (Lodovico Buglio), Paul Collins (Gabriel Magalhaes).
La mission des Jésuites étant de participer à la reconquête de la chrétienté à travers le monde, entre 1601 et 1688, l'ordre tente de s'introduire durablement en Chine impériale. Formé à la mathématique et à l'algèbre, le Jésuite Matteo Ricci découvre sur place l'astronomie chinoise et son calendrier. Il utilise les mathématiques d'Occident comme arme nouvelle pour évangéliser l'empire du Milieu. La population indigène est réticente, mais Ricci s'attire les faveurs du pouvoir et des intellectuels chinois en révolutionnant les méthodes de calcul et l'organisation du calendrier chinois. L'enjeu politique est énorme: réussir ou non à prédire une éclipse peut avoir des répercussions historiques. La méfiance envers les missionnaires augmentant, le pape finit par dissoudre la compagnie de Jésus en Chine en 1773. Tournage à Pékin (Cité interdite et studios Heng Dian).