V - L’ESPAGNE, LE PORTUGAL ET LEURS COLONIES D’AMÉRIQUE

10. COLONIES ESPAGNOLES ET PORTUGAISES EN AMÉRIQUE

10.5. La vice-royauté espagnole du Pérou et la province du Chili

Le Chili est d’abord une province du Pérou, puis devient une capitainerie générale en 1778. Les Espagnols y rencontrent une très forte résistance des indiens Araucans, écrasée au XIX e siècle seulement.
Pour le personnage de la Périchole, présente dans de très nombreuses fictions situées au Pérou, nota bene : Don Manuel de Amat y Junyent Planella Aymerich y Santa Pau (1710-1782), d’abord gouverneur du Chili, puis, dès 1761, vice-roi d’Espagne à Lima, est d’origine catalane. Il reconstruit Lima après le tremblement de terre d’octobre 1746 et entretient une passion pour une sémillante actrice de quarante ans sa cadette, Maria Micaela Villegas y Hurtado, dite La Perricholi (1758-1819). L’aristocrate perd la tête et cède aux caprices de la Villegas qu’il couvre de cadeaux. Un soir de colère, il la traite de « Perricholi » (« chienne de métisse », « perra » et « chola »), d’où le nom de la Périchole. Un jour de fête religieuse de 1775, le carrosse de Micaela Villegas parcourt les rues de Lima derrière celui de don Manuel, lorsque la jeune femme aperçoit un prêtre portant les derniers sacrements à un mourant. N’écoutant que son bon cœur, elle abandonne son carrosse au religieux pour le suivre à pieds. Le geste fait beaucoup pour la réputation de la Villegas, et l’anecdote du carrosse contribue à sa légende. Elle est la grande « star » de son époque, idole de la scène, capricieuse, frivole et extrêmement généreuse. Après le retour du vice-roi en Espagne (qui lui attribue une pension et diverses propriétés), elle se marie, administre un théâtre, puis devenue veuve, rejoint les Carmélites. Pièce de Prosper Mérimée : « Le carrosse du Saint Sacrement » (1828), opéra bouffe de Jacques Offenbach, avec Meilhac-Halévy : « La Périchole » (1868, 1874, sans l’épisode du carrosse). La Périchole est aussi un personnage de la nouvelle « The Bridge of San Luis Rey » de Thornton Wilder (1927, Prix Pulitzer).
1918Das Erdbeben in Chili (DE) de Reinhard Bruck
Adaptation de la nouvelle de Heinrich von Kleist (cf. 1974]. (?)
1928La Perricholi (PE) d’Enzo Longhi 
Garland-Scaglione-Cinmatográfica Peruana. – av. Carmen Montoya (la Périchole), Enzo Longhi (le vice-roi du Pérou), Alejandro García Monterroso, Teresa Balda, Pedro Ureta, Carlota Ureta.
Lima au XVIIIe s., l’histoire authentique de la comédienne métisse Micaela Villegas, dite la Périchole (1748-1819), qui séduisit le vice-roi catalan du Pérou, don Manuel de Amat y Junient (récit dont s’inspirera Prosper Mérimée pour « Le carrosse du Saint-Sacrement ».
1929The Bridge of San Luis Rey (US) de Charles Brabin 
Hunt Stromberg/Metro-Goldwyn-Mayer, 86 min. – av. Lily Damita (Camilla), Ernest Torrence (oncle Pio), Don Alvarado (Manuel), Raquel Torres (Pepita), Duncan Renaldo (Esteban), Michael Vavitch (vice-roi du Pérou), Henry B. Walthall (Père Juniper), Emily Fitzroy (Doña Maria, marquise de Montemayor).
Lima, en juillet 1714 : le plus beau pont du Pérou, construit par les Incas, s’effondre, entraînant la mort de cinq voyageurs. Hasard ou destin ? Témoin de la scène, le père Juniper raconte la destinée des cinq disparus devant l’archevêque de Lima, tout en cherchant à comprendre ce qui a pu les réunir. La nouvelle de Thornton Wilder filmée à Culver City. Séquences parlées ajoutées au début et à la fin du film. Oscar 1930 pour les décors de Cedric Gibbons.
1938(tv) The Viceroy of Peru (GB) d’Eric Crozier
(BBC 15.11.38), 30 min. – av. Morris Harvey (vice-roi), Sybille Binder (Camila Perichole), Denys Blakelock (Martinez), Aubrey Dexter (évêque de Lima), Geoffrey Edwards (le licencié Tomas d’Esquivel), Howell Davies (Balthasar). – Premiers programmes télévisés anglais, scénario de Harold Bowen, d’après Prosper Mérimée.
1939Santa Rosa de Lima (PE)
La vie de Rosa de Lima, cf. film de 1962. Et 1967
1942*Correo de Indias (ES) d’Edgar Neville 
CEPICSA, 110 min. – av. Conchita Montez (la vice-reine du Pérou), Julio Peña (capitaine), Armando Calvo (vice-roi du Pérou), Julia Lajos (Paca la Portuguesa), Fernando Fresno (médecin), Juan Calvo (Currito).
Un journal intime retrouvé sur un navire hollandais parti de Cadiz et naufragé sur un iceberg raconte l’amour passionné du capitaine pour la vice-reine du Pérou (d’après la pièce d’Edgar Neville). Un récit attrayant et insolite dans le cadre du cinéma espagnol, tourné aux studios Ballesteros à Madrid par un des représentants les plus doués du cinéma ibérique de sa génération.
1944*The Bridge of San Luis Rey (US) de Rowland V. Lee 
Rowland V. Lee-Benedict Bogeaus Production-United Artists, 107 min. – av. Lynn Bari (Michaela), Akim Tamiroff (oncle Pio), Francis Lederer (Manuel/Esteban), Alla Nazimova (Doña Maria, marquise de Montemayor), Louis Calhern (vice-roi du Pérou), Blanche Yurka (l’abbesse), Donald Woods (frère Juniper), Joan Lorring (Pepita).
Première adaptation sonore de la célèbre nouvelle de Thornton Wilder (cf. film de 1929), proposée initialement à Fritz Lang. Film lent, peu spectaculaire et très dialogué, structuré en plusieurs flash-backs, tourné entièrement en studio en noir et blanc. Une initiative ambitieuse qui est boudée par le public, insensible au débat philosophico-religieux qui le soutend. Un des derniers rôles d’Alla Nazimova, grande star du muet. La musique de Dimitri Tiomkin est nominée à l’Oscar. Aussi un projet inabouti d’Allan Dwan en 1960, pour Benedict Bogeaus (qui ne peut plus assurer les droits).
1946Rosa de América (AR) d’Alberto de Zavalía 
San Miguel, 105 min. – av. Delia Garcès (Santa Rosa de Lima), Orestes Caviglia, Antonia Herrero, Ernresto Vilches, Elsa O’Connor, Enrique Alvarez Diosdado, Josefina Diaz. – La vie de sainte Rosa de Lima, cf. film de 1962..
1950(tv) Le Carrosse du Saint-Sacrement (FR) de Claude Barma
[d’apr. Prosper Mérimée] (1e Ch. RTF 14.4.50). – av. Marie Bell (Camilla, dite la Périchole), Aimé Clariond (le vice-roi du Pérou, don Manuel de Amat y Junient). – cf. supra, version de 1928
1952***La carrozza d’oro / Le Carrosse d’or / The Golden Coach (v. angl.) (IT/FR) de Jean Renoir 
Francesco Alliata-Delphinus (Roma)-Hoche Productions (Paris), 100 min. – av. Anna Magnani (Camilla Périchole/Colombine), Duncan Lamont (vice-roi du Pérou), Odoardo Spadaro (Don Antonio), Riccardo Rioli (Ramon), Paul Campbell (Felice), Nadia Fiorelli. (Isabella).
Lima au XVIIIe s. : Camilla, une comédienne italienne, vedette d’une pauvre troupe de théâtre ambulante, séduit les riches colons et tourne la tête du vice-roi qui est prêt à quitter le trône pour elle, ainsi que celle d'un célèbre torero, idole des indigènes. Tous sont pris dans un fol imbroglio, tandis que dans la coulisse les Indiens sont sur le pied de guerre. La situation est sauvée par le geste généreux de Camilla, qui sacrifie le seul bien matériel qu'elle possède - un somptueux carrosse offert par le vice-roi - et retourna à sa vraie passion, le théâtre (cf. version de 1928).
Une adaptation très libre du « Carrosse du Saint-Sacrement » de Prosper Mérimée (qui dure à peine une heure), portée par la présence fascinante d’Anna Magnani, qui fait une prodigieuse création. Tourné en Technicolor à Cinecittà sous la direction de Francesco Alliata (déjà producteur de « Vulcano » avec la Magnani). Le film est mis en chantier par Luchino Visconti, qui travaille au projet pendant 18 mois ; son script (auquel collabore Federico Fellini) étant jugé trop anti-clérical, est refusé. Visconti est remplacé par René Clément. Finalement, Alliata confie le projet à Jean Renoir, de retour des Etats-Unis, qui y introduit l’élément « Commedia dell’Arte » et ses réflexions cruciales sur le rapport entre la vie et le théâtre, entre le monde artificiel du spectacle et ses imbrications dans nos destinées. Les intrigues de la cour et de la représentation théâtrale, l’aristocratie et les saltimbanques s’encastrent en un splendide échafaudage : « la mise en scène, entièrement fondée sur la quasi-absence de champ-contrechamp, unifie tous les contrastes en une combinaison harmonieuse de lignes, de cadres, de musique et de couleurs » (Claude Beylie). Un lourd échec commercial malgré ses étonnantes qualités visuelles et son hommage inégalé à la vie des tréteaux, aujourd’hui un classique du septième art. Nastro d’argento à Maria De Matteis pour les meilleurs costumes.
1955(tv) La Véritable Histoire de la Périchole (FR) de Jean-Loup Berger
(1e Ch. RTF 2.7.55). – av. Anne Caprile (Camilla Périchole), Aimé Clariond (le vice-roi du Pérou), Robert Bazil, François Chaumette, Jean-Claude Michel. – cf. supra
1955La Quintrala – Doña Catalina de los Ríos y Lisperguer (AR) de Hugo del Carril 
H. del Carril, 99 min. – av. Antonio Vilar, Ana María Lynch, Francisco de Paula, Milagros de la Vega, Andrés Mejuto, Manuel Perales.
Chili au XVIIe s., chronique judiciaire : Catalina de los Ríos y Lesperguer (1605-1665) tue ses amants pour séduire un prêtre.
1958(tv) The Bridge of San Luis Rey (US) de Robert Mulligan 
« DuPont Show of the Month » (CBS 21.1.58), 90 min. – av. Viveca Lindfors (Camilla, dite la Périchole), Rita Gam (Michaela), Judith Anderson (Doña Maria, marquise de Montemayor), Hume Cronyn (oncle Pio), Steven Hill, Kurt Kasznar, Theodore Bikel, Peter Cookson, Eva LeGallienne (l’abbesse), Clifford David, Sandra Whiteside, William Marshall, Miko Oscard. – Trois nominations à l’Emmy (meilleur téléfilm, photo et Judith Anderson). Cf. film de 1929.
1959(tv) The Bridge of San Luis Rey (GB)
ITV « Play of the Week » (ITV 6.1.59).
1959(tv) A Carroça de ouro (BR) de Sérgio Viotti et Luís Galon (tv)
Ademar Guerra/"Grande Teatro Tupi" (Tupi 8.6.59). - av. Dália Palma (Camilla Périchole), Sérgio Viotti, Sadi Cabral, Sebastião Campos, Osvaldo Louzada, Eloy Artigas. - "Le carrosse d'or" de Mérimée adapté par Sérgio Viotti.
1962Rosa de Lima / Santa Rosa de Lima (ES) de José Maria Elorrieta 
Cooperativa Cinematográfica Unión, 97 min. – av. Maria Mahor (Rosa de Lima), Frank Latimore (Don Gilde Sepera), Virgilio Teixeira, Lina Yegros, Antonio Almorós.
Les bienfaits d’une mystique dans l’ordre des Tertiaires Franciscaines. Née Isabel Flores de Oliva (1586-1617) à Lima, au Pérou, fille d’un arquebusier de Philippe II d’Espagne, elle prend Catherine de Sienne pour modèle de vie spirituelle et consacre sa vie à s’occuper des malades, des démunis et des Indiens. Première sainte du Nouveau Monde, elle est canonisée en 1671. Patronne des Amériques, des Philippines et du Pérou. Sirupeuse hagiographie tournée en Eastmancolor aux studios Ballesteros à Madrid et au Pérou : deux aventuriers espagnols partis à la recherche de l’or sont ébranlés par leur rencontre avec la sainte.
1962Fray Escoba (ES) de Ramón Torrado 
Copercines, 98 min. – av. René Muñoz (Fra Escoba), Juan Calvo, J. Luis González, Esther Zulema, Jesús Tordesillas. – Lima (PE) v. 1610 : un moine accomplit divers prodiges.
1962(tv) Kocár nejsvetejsí svátosti (CS) de Frantisek Filip
61 min. – av. Jan Werich (don Andrés de Ribera, vice-roi), Jaroslava Adamová (Camille Périchole), Milos Kopecky (Martinez, secrétaire privé), Otomar Krejca (licencié Tomas d’Esquivel), Milos Nedbal (évêque de Lima), Milos Nesvadba (Balthasar), Zdenek Hodr (docteur Pineda). – D’après « Le carrosse du Saint-Sacrement » de Mérimée.
1965(tv) Die Sakramentskarosse (DE) d’Ulrich Erfurth
[d’apr. Prosper Mérimée] ; Hessischer Rundfunk (HR3 27,1,65), 57 min. – av. Elfriede Irrall (Camilla Périchole), Willy Birgel (le vice-roi du Pérou), Hans Korte.
1965(tv) Le Carrosse du Saint-Sacrement (FR) de Daniel Georgeot
[d’apr. Prosper Mérimée] (1e Ch. ORTF 16.2.65). – av. Jean Marchat, Catherine Samie (Camilla Périchole), Michel Duchaussoy, Marco Behar, Jacques Maury, François Vibert.
1967(tv) Santa Rosa de Lima (PE) de Manuel Calvo 
Panamericana Televisión. – av. Eva Alcandré, Juan Bautista Font, Mari Carmen Gordon, Inés Chacha Hormazabal, Saby Kamalich, Hernán Romero, Gloria Travesi. – Série télévisée péruvienne sur sainte Rosa de Lima, cf. film de 1962.
1974Das Erdbeben in Chili (DE/ES) de Helma Sanders-Brahm 
Filmverlag der Autoren-Luis Megino-ZDF [ZDF 21.3.75], 86 min. – Julia Peña (Doña Josephe Asterón), Victor Alcazar (Jeronimo Rugera), Juan Amigo (Don Fernando Ormes), Fernando Villena (Don Henrico Asteron), Angel Alvarez (l’évêque), Maria Jesus Hoyos (Doña Elvira Ormez).
En 1647 à Santiago de Chile : alors que la ville vient d’être détruite par un tremblement de terre, un couple « impie », racialement mixte et qui a un enfant illégitime, est sauvagement massacré par la foule fanatisée à l’incitation de l’évêque (d’après la nouvelle de Heinrich von Kleist, 1807).
1980(tv) I amaxa (GR)
av. Eleni Anousaki (Périchole), Yannis Evdaimon (vice-roi), Spyros Konstadopoulos, Panos Nikolaidis, Antonis Yakovakis. – d’après « Le carrosse du Saint Sacrement » de Mérimée.
1981(tv-mus) La Périchole (FR) de Bernard Maigrot
(d’apr. Offenbach) ; FR3 Lyon (FR3 9.3.81), 120 min. – av. Francine Arrauzau (La Périchole), Jean-Philippe Lafont (vice-roy), Patricia Jumelle (Berginella), François Le Roux (Maiguel de Panatelas), Léonard Pezzino (Piquillo).
1982(tv-mus) La Périchole (CH) de Jean Bovon
[d’apr. Offenbach] ; TSR-Grand Théâtre de Genève, 167 min. – av. Maria Ewing (Périchole), Gabriel Bacquier (Don Andrès de Ribeira, vice-roi), Neil Rosensheim (Piquillo).
1982Melgar, el poeta insurgente (PE) de Federico García Hurtado 
Kausachum Film, 114 min. – av. Oscar Romero (Melgar), Elvira Travesi, Pablo Fernández, Linda Guzmán, Natalia Torrès, Omar Valdez. – Le soulèvement paysan contre les autorités coloniales à Tinta (Cusco) en 1781.
1984Tupac Amaru (PE/CU) de Federico García Hurtado 
Kuntur-ICAIC, 95 min. – av. Reynaldo Arenas (Tupac Amaru), Zully Azurín, César Urueta, Enrique Almirante, Carlos Cano de la Fuente (Areche). – Episode de l’insurrection de 1781 à (Cusco) qui se clôt par l’exécution du dernier des Incas et de sa famille.
1987(tv) Tupac Amaru (AR)
Argentina Televisora Color (ATC). – av. Leonor Manso (Tupac Amaru), Juan Carlos Gianuzzi. – cf. version 1984
1992(tv) La Perricholi (PE) d’Eduardo Adrianzén et Micehl Gómez
(feuilleton). – av. Mónica Sánchez.
1995(tv-mus) La Périchole (FR) de Patrice Monnet
[d’apr. Offenbach] ;Théâtre Impérial de Compiègne-Magic Company-TF1, 160 min. – av. Lucile Vignon (La Périchole), Franck T’Hézan (Piquilo), Gabriel Bacquier (le vice-roi).
2000(tv-mus) La Périchole, la chanteuse et le dictateur (FR) de Don Kent
[d’apr. Offenbach] ; Arte-Bel Air Média-Espace Image, 135 min. – av. Elise Caron (La Périchole), Eric Huchet (Piquillo), Jérôme Savary (le vice-roi).
2001El Bien esquivo (PE) d’Augusto Tamayo San Román
130 min. – av. Diego Bertie (Jeronimo de Avila), Orlando Sacha (Ignacio de Araujo), Jimena Lindo (sœur Inès Vargas de Carbajal, poète), Paul Vega, Gianfranco Brero, Delfina Paredes. – En 1618, un soldat métissé revient d’Espagne pour prouver qu’il n’est pas un enfant illégitime.
2003The Bridge of San Luis Rey / Le Pont du Roi Saint-Louis / El puente de San Luis Rey (GB/FR/ES) de Mary McGuckian
[d’apr. Thornton Wilder]. ; Tribeca Prod.-Bridge SLR-Kanzaman-Pembridge Pictures-Davis Films-Spice Factory-Movsion Entertainment-Scion Films, 120 min. – av. Robert De Niro (archevêque de Lima), Gabriel Byrne (frère Juniper), Kathy Bates (Doña Maria, marquise de Montemayor), Harvey Keitel (oncle Pio), Kathy Bates (Doña Maria), F. Murray Abrahams (vice-roi du Pérou), Geraldine Chaplin (l’abbesse), Emilie Dequenne (Doña Clara, comtesse d'Abuirre), Samuel Le Bihan (Don Vicente), Adriana Dominguez (Pepita), Pilar Lopez de Ayala (la Périchole), Mark et Michael Polish (Manuel et Esteban), Jim Sheridan (Philippe V d’Espagne).
Tournage à Madrid (Talamanca de Jarama, Boadilla del Monte), à Tolède, à Cuenca (Uclés y Solán de Cabras), à Ségovie (La Granja de San Ildefonso) et en Andalousie, à Malaga (Catedral Basílica de la Encarnación, Palacio Episcopal, Plaza del Obispo, Antequera et Alora). Une reconstitution remarquable sur le plan des costumes et des décors, mais plombée par un récit beaucoup trop confus et un rythme narratif languissant. La distribution de très grande qualité (De Niro, Byrne, Bates, Keitel, Abrahams, Chaplin) ne peut sauver l’entreprise du naufrage. Un gros échec commercial.
2010(tv-mus) La Périchole (DE) d’Andreas Morell
[d’apr. Offenbach] ; ZDF-3sat (ZDF 6.6.10), 120 min. – av. Karolina Gumos (la Périchole), Johannes Chum (Piquillo), Roger Smeets (le vice-roi). – Captation à la Komische Oper Berlin.
2012The Exquisite Tenderness of Santa Rosa de Lima (US) de Burke Roberts
27 min. – Film underground sur l’expérience mystique de sainte Rosa de Lima, cf. film de 1962.