XIII - AMÉRIQUE DU NORD

Un officier anglais (Gary Cooper) en ambassadeur chez Pontiac (« Unconquered » de Cecil B. DeMille, 1946) :

3. LA GUERRE COLONIALE FRANCO-ANGLAISE (1755 à 1763)

Prolongement de la guerre de Sept Ans sur le front nord-américain, suite aux visées expansionnistes des deux grandes puissances européennes : la France de Louis XV cherche à relier la Louisiane avec le Canada, tandis que l’Angleterre de George II et de George III vise le marché de fourrures et l’industrie de la pêche canadiens. Principaux adversaires : Louis-Joseph, marquis de Montcalm de Saint-Véran, et Sir Geoffrey Amherst. Les nations indiennes des Grands Lacs (Hurons, Mohawks, Iroquois, Cherokees) interviennent dans le conflit qui prend fin avec le traité de Paris en 1763. En 1755, déportation forcée de 18’000 Acadiens (population francophone) du Canada oriental qui refusent de prêter allégeance aux Anglais.
De 1763 à 1765, soulèvement de dix-huit tribus peaux-rouges (Chippewas, Hurons, Delaware, Shawnee, etc.) sous la direction de PONTIAC, chef des Ottawas et brillant stratège (que les historiens surnommeront plus tard « le Napoléon indien »). Sa tentative de repousser les colons anglo-saxons à la mer n’aboutit pas.
1909Washington under the British Flag (US) de J. Stuart Blackton 
Vitagraph Co. of America, 900 ft. – av. Joseph Kilgour (George Washington), William Humphrey, Charles Kent, James Young, Clara Kimball Young (Martha Curtis). – Virginie en 1750, la bataille de Fort Necessity (1754), Washington sous les ordres du général Braddock (1775), la prise de Fort Douenne, Pittsburgh 1758.
1909For the Flag (US) de Sidney Olcott 
Kalem Co.. – Une Franco-Canadienne défend le drapeau contre les Britanniques.
1910The Conspiracy of Pontiac or, At Fort Detroit in 1763 / The Pontiac Conspiracy (US) de Sidney Olcott 
Kalem Co., 975 ft. – En 1763, Pontiac se soulève contre Anglais.
1911The Capture of Fort Ticonderoga (US) de J. Searle Dawley 
Edison Mfg. Co., 305 m. – av. James Gordon, Guy Coombs, Rolinda Bainbrdige, Herbert Prior. – 1759, la prise d’un fort aux Français.
1911George Warrington’s Escape (US) de Hobart Bosworth 
Selig Polyscope Co., 2 bob. – av. Hobart Bosworth (George Esmond Warrington), Roy Watson (Harry Warrington), Jack Conway (comte de Florac), Leo Pierson (duelliste français), Bessie Eyton (La Biche, une squaw), Eugenie Besserer (Mme Esmond Warrington), Frank Richardson (gén. Braddock), Viola Barry (coquette québécoise), Art Acord (messager indien).
Les exploits de Warrington, le jeune adjudant de George Washington dans les guerres indiennes, d’après un épisode de « The Virginians » de William Makepeace Thackeray (1857).
1912The Battle of the Long Sault (Dollard des Ormeaux) (CA)
Frank S. Beresford/British American Film Manufacturing Co.
1913/14Wolfe or The Conquest of Quebec (US/CA) de Kenean Buel 
Frank S. Beresford/Kalem Co., 5 bob. – av. Guy Coombs (gén. James Wolfe), Helen Lindroth, Alice Hollister (Katherine Lowther), Arthur Donaldson (Louis-Joseph, marquis de Montcalm de Saint-Véran), Anna Q. Nilsson, Jere Austin (ltn. Arleigh), Harold Livingston.
La reconstitution de la bataille des plaines d'Abraham en 1759 : Wolfe meurt en prenant Québec aux troupes françaises de Montcalm, qui lui aussi tombe pendant les combats.
1914The Seats of the Mighty (US) de T. Hayes Hunter 
Colonial Motion Pictures Corp., 7 bob. – av. Lionel Barrymore (Doltaire, ambassadeur de France), A. P. Jackson (Duvarney, gouv. du Canada), Millicent Evans (Alice Duvarney), Lois Meredith (Mathilde), Grace Leigh (la Marquise de Pompadour), Marjorie Bonner (Mme Du Barry), John Wade (Sir John Godric), Thomas Jefferson (Louis XV), Glen White (cpt. Robert Moray), Clinton Preston (Juxte Duvarney), Arthur Morrison (gén. James Wolfe), Jack Hopkins (Voban), Harold Hartsell (Bigot), William Cavanaugh (Vaudrieul), John P. Wade (Sir John Godric). – Canada, de 1755 à 1763 : espionnage et prise du Québec par le général James Wolfe.
1915The Battle of Frenchman’s Run (US) de Theodore Marston
[d’apr. James Oliver Curwood] ; Vitagraph Co. of America, 1 bob. – av. Dorothy Kelly, George Cooper, Albert Roccardi, Harry Carey, Charles H. West.
1923Vincennes (US) d’Edwin L. Hollywood 
« The Chronicles of America » Picture Corp. (Yale University Press), 2 bob. – av. Leslie Austin (gén. Georges Rogers Clark), William Walcott (Patrick Henry), Robert Gaillard (gouv. Hamilton), Louis Reinhard (Francis Vigo), Percy Carr (cpt. Leonard Helm). – 1777-79, Patrick Henry et le général Rogers Clark luttent contre les Anglais.
1924Wolfe and Montcalm (US) de Kenneth S. Webb 
« The Chronicles of America » Picture Corp. (Yale University Press)-Pathé Exchange, 2 bob./30 min. – av. Arthur Hohl (gén. James Wolfe), Juan De La Cruz (marquis de Montcalm), Bradley Barker (gouv. gén. Vaudreuil), Stanley Walpole (William Pitt), J. Moy Bennett (Lord Anson), Gordon Standing (brig. gén. Murray), Maurice Baird (brig. gén. Mouckton). – La bataille pour Québec en 1759, mort des deux adversaires durant le siège.
1924Gateway to the West (US) de Webster Campbell 
« The Chronicles of America » Picture Corp. (Yale University Press)-Pathé Exchange, 2 bob./30 min. – v. Arthur Vinton (George Washington), Charles Graham (Richard Corbin), Walter P. Lewis (Christopher Gist), John Hickey (Robert Dinwiddie, gouverneur de Virginie), Stanley Walpole (William Pitt), Louis Darclay (Jumonville), Jack Baston (DeVilliers). – Conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques dès 1753 et premiers affrontements avec les Indiens alliés des Français.
1927*Winners of the Wilderness (Les Écumeurs du Sud) (US) de Woody S. Van Dyke 
Irving Thalberg/Metro-Goldwyn-Mayer, 6343 ft./7 bob./68 min. – av. Tim McCoy (Sir Dennis O’Hara), Joan Crawford (Renée Contrecoeur), Roy D’Arcy (capt. Dumas), Edward Hearn (George Washington), Will. R. Walling (gén. Edward Braddock), Lionel Belmore (gouv. Robert Dinwiddie), Chief Big Tree (Pontiac, l’Algonquin). – La victoire de Pontiac, allié aux Français, sur les troupes anglaises de Braddock à Monongabela River, le 9.7.1755. Filmé au Parc National de Jackson Hole (Yellowstone), avec des Indiens Arapahoes et enrichi d’une séquence en Technicolor bichrome. Imitant Douglas Fairbanks, le colonel Tim McCoy manie l’épée pour les beaux yeux de la débutante Joan Crawford.
1939Allegheny Uprising / GB : The First Rebel (Le Premier Rebelle) (US) de William A. Seiter 
RKO Radio Pictures, 98 min. – av. Claire Trevor (Janie), John Wayne (Jim Smith), George Sanders (capt. Swanson), Brian Donlevy (Callendar), Wilfrid Lawson (MacDougall), Robert Barrat (Duncan), Olaf Hytten (gén. Thomas Gage). – En 1760 à Tuscarora Hills : pour la première fois, des colons se rebellent contre les militaires anglais. Filmé à Lake Sherwood, Sherwood Forest (Calif.) et à Pittsburgh.
L’expédition punitive des Rangers du major Roger en 1759 (« Northwest Passage » de King Vidor, 1940).
1940***Northwest Passage (Book 1. Rogers’ Rangers) (Le Grand Passage) (US) de King Vidor [et Jack Conway, Norman Foster, W. S. Van Dyke] 
Hunt Stromberg/Metro-Goldwyn-Mayer, 126 min. – av. Spencer Tracy (major Robert Rogers, 1731-1795), Robert Young (Langdon Towne), Walter Brennan (Hunk Marriner), Ruth Hussey (Elizabeth Browne), Nat Pendleton (Cap Huff), Lumsden Hare (gén. Lord Amherst).
De Crownpoint (New England) à Saint Francis (CA), du 13 septembre au 31 octobre 1759 : l’expédition punitive des Rangers du major Robert Rogers (1731-1795) contre les Indiens pro-français Abernaki. La milice d’élite rase sans pitié le village indien (un carnage : pas de prisonniers) et leur chef charismatique les pousse au bout de leurs forces dans une retraite infernale. D’après le roman de Kenneth Roberts : idéologiquement embarrassant (un « triomphe de la volonté » américain saupoudré d’une solide dose de racisme), mais enthousiasmant sur le plan cinématographique. Une épopée sauvage, puissante, portée par l’interprétation de Tracy en militaire fanatique et le lyrisme de Vidor, dont c’est le premier film en Technicolor. Une méga-production tournée pour 2,6 millions de $ en Oregon (Cascade Mountains) et dans l’Idaho (McCall, Lac Payette, Sandpoint) avec des Indiens Nez Percés, Blackfoot et Crees ; un projet initial de W. S. Van Dyke qui fait des repérages et filme les paysages au Lac Payette (1938) ; Norman Foster tourne les superbes scènes d'action et de combats, Jack Conway réalise la dernière séquence au fort, platement triomphaliste et dont Vidor ne voulait rien savoir. Succès public – quoique le film perd de l’argent – et critique, mais la suite prévue (la déchéance de Rogers, ruiné et alcoolique) ne sera pas réalisée : la MGM craint pour l’image de sa star et les années de guerre exigent des sujets plus « constructifs ».
1946***Unconquered (Les Conquérants d’un nouveau monde) (US) de Cecil B. DeMille 
Paramount, 146 min. – av. Gary Cooper (capt. Christopher Holden), Paulette Goddard (Abigail Martha Hale), Howard Da Silva (Martin Garth), Boris Karloff (Guyasuta, chef des Senecas), Cecil Kellaway (Jeremy Love), Ward Bond (John Fraser), Richard Gaines (colonel George Washington), Robert Warwick (Pontiac, chef des Ottawas), John Mylong (col. Henry Bouquet), Alan Napier (Sir William Johnson).
Injustement condamnée en 1760 à quatorze années de relégation dans les colonies d'Amérique du Nord, Abigail Martha Hale est vendue aux enchères et achetée par le fringuant capitaine Holden. Trois ans plus tard, Holden affronte son ennemi de toujours, Martin Garth, un renégat au service de la France qui incite les indiens de Pontiac à se soulever contre les colons anglais. Capturés, Holden et Abigail échappent aux indiens et au poteau de torture après une épuisante course-poursuite et trouvent un refuge précaire à Fort Pitt, bientôt assiégé par Pontiac. Le fort résiste difficilement, seule une ruse sauve les colons, tandis que Holden démasque et tue Garth.
Superbe film d’aventures, truffé de rebondissements passionnants, quoique violemment anti-indien, sinon raciste : Bosley Crowther, dans « The New York Times » écrivit même que son racisme rejoignait à trente ans d’écart le racisme anti-noir de « Naissance d’une Nation » de D. W. Griffith. Tourné à grand frais (4,3 millions de $) en Technicolor, partiellement à Conejo Grade (Calif.), sur les rives de Clearwater River, à McCall, Boiose (Idaho), à Big Mesa Falls à Ashton, près de New York, Kiskiminetas River County, Allegheny Mountains et Cook’s Forest (Pennsylvanie), avec 4000 figurants et 150 Indiens (Navajos et Cherokees). Nomination à l’Oscar pour les meilleurs effets spéciaux (la spectaculaire traversée des rapides en canoë, la bataille autour de Fort Pitt). Un échec au box-office, le film perd plus d'un million de dollars.
1951When the Redskins Rode (US) de Lew Landers 
Columbia, 78 min. – av. Jon Hall (Hannoc le Delaware), Mary Castle, James Seay (George Washington), John Ridgely (Christiopher Gist), Lewis L. Russell (Robert Dinwiddle, 1693-1770, gouv. de Virginie), Pedro de Cordoba (Shingiss, chef Delaware). – Williamsburg dans les années 1753-55. Fauché et insipide.
1952*The Battles of Chief Pontiac (Pontiac l’invincible) (US) de Felix E. Feist 
Jack Broder Productions-Realart Pictures, 72 min. – av. Lex Barker (lieut. Kent McIntire), Helen Westcott (Winifred Lancaster), Lon Chaney Jr. (Pontiac), Ramsay Hill (gén. Sir Jeffrey Amherst), Berry Kroeger (colonel von Weber), Roy Roberts (maj. Gladwin).
La rébellion de Pontiac (indiens Ottawa), en 1763-65 dans une production indigente, mais historiquement pas trop fausse, sauf que (quelle aubaine !) le mauvais rôle est tenu par un mercenaire hessois, l’ignoble colonel von Weber, qui prône « la solution finale » pour tous les Indiens. L’Allemand massacre les villages Ottawa et fait distribuer aux Indiens des couvertures infectées par le virus de la rougeole. Les Indiens sont décimés, Pontiac se soulève et se venge. Tourné en noir et blanc au Dakota du Sud (Rapid City), sur les lieux de l’action, et en Californie.
Des peaux-rouges Ottawas sont exhibés dans une ville en pleine effervescence (« Unconquered » de C. B. DeMille, 1946).
1953Fort Ti (Fort Ti) (US) de William Castle 
Sam Katzman/Columbia Pictures-Esskay Pictures Corp., 73 min. – av. George Montgomery (cdt. Jedeiah Horn), Joan Vohs (Fortune Mallory), Irving Bacon (sgt. Monday Wash), James Seay (Mark Chesney), Howard Petrie (major Robert Rogers), Lester Matthews (Lord Jeffrey Amherst). – Série B rehaussée par le Technicolor et le relief selon le système « Natural Vision 3-D » : en 1759, la milice des Rogers’ Rangers – voir « Northwest Passage » en 1940 – déloge les Français de Fort Ticonderoga, dans les monts Adirondacks (N.Y.). Rogers lui-même échappe de peu à une tentative d’assassinat. Filmé à Corriganville, Simi Valley (Californie). Gare aux couteaux, flèches et tomahawks propulsés systématiquement en direction du spectateur.
1955(tv) The Hostage (US) de Charles Bennett 
« Cavalcade of America » (ABC 22.2.55), 30 min. – av. Glenn Langan (major Robert Stobo), Peter Adams (capt. Jacob Van Braam), Liam Sullivan (col. George Washington), Abel Fernandez, Maurice Marsac. – Otage des Français après la chute de Fort Necessity, Stobo procure aux Anglais les plans de Québec et de Fort Duquesne, dont le jeune Washington s’empare (juillet 1754).
1956Mohawk – A Legend of the Iroquois (L’Attaque du Fort Douglas) (US) de Kurt Neumann 
Edward L. Alperson/National Pictures, 79 min. – av. Scott Brady (le peintre Jonathan Adams), Neville Brand (Rokhawah), Rita Gam (la princesse indienne Onida), Lori Nelson (Cynthia Stanhope), John Hoyt (Butler, le méchant), Ted de Corsia (le chef Kowanen), Allison Hayes (Greta Jones), Tommy Cook (Keoga), John Hudson (cpt. Langley).
Jonathan Adams est un artiste (fictif) du XVIIIe siècle qui est envoyé par l’Académie des Beaux-Arts de Boston à Mohawk Valley pour peindre paysages et portraits des Amérindiens. Coureur de jupons, il repousse un modèle, Greta, et sa fiancée Cynthia pour la fille du chef Kowanen, Onida. Les Mohawks vivent en paix avec la petite colonie blanche, mais Butler met le feu aux poudres en tuant le fils du chef, Keoga. Les fermes sont brûlées, Fort Douglas est pris d’assaut, puis sauvé in extremis par des renforts. Kowanen et le capitaine Langley réalisent qu’ils ont été bernés par Butler (livré à la vindicte des Mohawks) et Adams épouse l’Indienne, préférant poursuivre sa carrière d’artiste sous les wigwams que dans les salons de Boston.
Les scènes chez les Mohawks sont ridicules, tous les Indiens joués par des Blancs, beaucoup de faux extérieurs en studio (le fort). Filmé en Pathécolor à Corriganville, Simi Valley. La majorité des stock-shots (assaut du fort, fermes et récoltes brûlées par les Indiens), soit 20% de l'ensemble, sont empruntés à « Drums Along the Mohawk » (1939) de John Ford, le producteur Alperson ayant exprès acheté ces chutes pour fabriquer son film. Tendance pro-Indien gâchée par des conventions hollywoodiennes de bazar (romance et costumes kitsch). Un sous-produit de série, sauf en ce qui concerne la présence inusitée d’un peintre comme héros d’un film d’action.
1957Wolfe and Montcalm (CA) d’Allan Wargon, 29 min.
1958The Light in the Forest (US) de Herschel Daugherty 
Disney-Buena Vista, 93 min. – av. James MacArthur, Carol Lynley, Fess Parker, Wendell Corey, Joanne Dru, Jessica Tandy, Joseph Calleia (Chief Cuyloga, Delaware).
En 1764, après le traité de paix entre Delawares et Britanniques, un jeune Blanc longtemps prisonnier chez les Indiens rentre chez lui, mais se révolte contre les massacres perpétués par sa famille raciste.
1958/59(tv+ciné) Northwest Passage1. Frontier Rangers (Frontière sauvage) – 2. Fury River – 3. Mission of Danger (BE : Le Passage secret) (US) de Jacques Tourneur, Alan Crosland Jr., George Waggner, Otto Lang, Gerald Drayson Adams (?)
NBC/Metro-Goldwyn-Mayer (NBC 14.9.58), 26 x 25 min. – av. Keith Larsen (major Robert Rogers), Buddy Ebsen (sgt. Hunk Marriner), Don Burnett (Langdown Towne), Philip Tonge (gén. Lord Amherst).
En 1760 dans la région des grands lac, les aventures et exploits du major Robert Rogers, dont la tête a été mise à prix par les Français. Son expédition punitive de 1759 a été portée à l’écran par King Vidor en 1940, film dont cette série reprend de très nombreuses images (cf. supra). Production sans le sou, mais en Metrocolor, mise sur pied pour compenser les pertes du film de Vidor. Série exploitée au cinéma par la MGM en 1959 sous forme de trois longs métrages. Seul intérêt : la signature de Jacques Tourneur au générique.
Des colons se rebellent contre les troupes royales britanniques (« Allegheny Uprising » de William A. Seiter, 1939).
1958-1961(tv) Le Courrier du Roy (CA) de Pierre Desroches 
Société Radio-Canada (SRC 9.10.58-12.6.61), 124 x 30 min. – av. Albert Millaire (Michel Le Neuf), Yves Létourneau (Montcalm), Monique Lepage (Madame de Pompadour), Pierre Boucher (Vaudreuil, gouverneur de Nouvelle-France), Guy Hoffmann (François Bigot, l’intendant), Paule Bayard (Perle des bois), Julien Bessette (Dupresmal), François Cartier (Mathieu), Yvon Deschamps (Maniki), Jacques Godin (Longshot), François Guillier (Masson), Monique Joly (Hermine), Yvon Dufour (Colas), Janine Mignolet (Angéllique), Jean-Louis Paris (Planton). – La Nouvelle-France en 1755, le sort d’une colonie mal administrée et peu préparée à l’assaut massif des Britanniques.
1976(tv) Les Anglais sont arrivés (CA) de Pierre Duceppe 
Société Radio-Québec (SRQ 15.11.76-2.5.77), 9 x 55 min. – av. Pierre Beaudry, Jean Bélangr, Angèle Coutu, Claudette Chapdelaine, Jean-Louis Paris, Huguette Oligny, Jean-Claude Sapre, Jacques Létourneau. – La Nouvelle-France devient une possession anglaise après la capitulation de la France.
1979Blauvogel (DE-RDA) d’Ulrich Weiss 
DEFA-Gruppe « Johannisthal », 97 min. – av. Robin Jaeger (Oiseau Bleu alias George Ruster), Gabriel Oseciuc (George enfant), Jutta Hoffmann (Mildred Ruster), Kurt Böwe (John Ruster), Jan Spitzer (Andrew), Ileana Mavrodineanu (Soleil de Midi). – En 1763, George Ruster, dit Oiseau Bleu, enlevé et élevé jadis par les Iroquois, choisit de rester parmis les Indiens. D’après un livre d’Anna Jürgen (1950). Filmé en Orwocolor à Potsdam-Babelsberg et en Roumanie avec un souci particulier pour les détails ethnographiques.
1993(tv) The Broken Chain (La Chaîne brisée) (US) de Lamont Johnson 
Turner-Von Zerneck-Sertner, 100 min. – av. Eric Schweig (le chef Mohawk Joseph Brant alias Thayendanegea, 1742-1807), Wes Studi, Buffy Sainte-Marie, Graham Greene (Goaheo, the Peacemaker), Pierce Brosnan (Sir William Johnson, envoyé de George III), John Hegadorn (Benjamin Franklin), Stan Kelly (Isaac Norris). – Albany, N.Y. et Ontario (CA), années 1754-1775 : prise dans la tourmente des guerres franco-anglaises et de la guerre d’Indépendance, bernée par les promesses des colons, l’alliance des six nations Iroquoises se désagrège après la défaite à Fort Carillon. Envoyé en Grande-Bretagne par Sir William Johnson pour y faire des études, le chef Joseph constate à son retour qu'il fait partie d'un marché de dupes et que son peuple est condamné à disparaître.
1994(tv) Blauvogel / Bluehawk (DE/CA) de Jeff J. J. Authors 
Telefilm Saar GmbH (ARD 12.96-1.97), 13 x 23 min. – av. Shawn Mathieson (Bluehawk/Oiseau Bleu alias Michael Ruster), Tamara Podemski (Malia), Denis Lacroix (Petit Ours), Carol Greyeyes (Oshkigan), Jochen Senf (Silas), Colin Fox (le prêtre), Don Francks (capt. Savard), Cheyenne Kitchikake (Silver Fox). – Remake sous forme de feuilleton du film RDA de 1979, d’après le livre d’Anna Jürgen.
1995(tv) Les Années noires (CA) d’Herménégilde Chiasson 
Prod. du Phare-Est-Société Radio-Canada, 52 min. – av. Douglas Sutherland, Claude Préfontaine, Marcia Babineau, Gilbert Comtois, James Moffat. – La déportation dramatique des Acadiens en 1755.
1996(tv) Marguerite Volant (CA) de Charles Binamé 
Cité-Amérique Cinéma Télévision-Téléfilm Canada, 11 x 55 min. – av. Catherine Sénart (Marguerite Volant), Pascale Bussières (Eléonore Volant), Pierre Curzi (Renaud Larochelle), Pascale Montpetit (Jeanne Letellier), Philippe Cousineau (Antoine de Courval), Michael Sapieha, Normand D’Amour, Gilbert Sicotte, Marie Tifo. – Québec en décembre 1763 : la Nouvelle-France devient britannique, une aristocrate française prend la fuite.
1996Le Sort de l'Amérique (CA) de Jacques Godbout
Eric Michel/Office National du Film du Canada, 90 min. - av. Andrew Wolfe-Burroughs, Georges Savarin de Marestan. - Docu-fiction sur la naissance du Canada moderne, né de la guerre entre la France et l'Angleterre, et où le marquis de Montcalm et James Wolfe décèdent de leurs blessures sur le champ de bataille.
1999(tv) Standing in the Light (CA/US) de Stacey Stewart Curtis 
série « Dear America », Scholastic Productions (PBS 24.9.99), 29 min. – av. Stephanie Mills (Catharine Carey Logan), Marc Donato (Thomas Logan), Grant Nickalls. – Delaware Valley, en Pennsylvanie 1763, la jeune Quaker Catherine et son frère Thomas sont capturés par des Indiens Lenape.
2000(tv) Canada : Une histoire populaire / Canada : A People’s History – 4. La Bataille de l’Amérique – 5. Une question de loyauté – 6. La Route de l’ouest (CA) de Michelle Métivier, Serge Turbide 
CBC-Bell Canada Enterprise-Sun Life. – av. Simon Barry (abbé Jean-Félix Récher), Normand Bissonnette (François Gaston de Lévis), Lorne Brass (gén. James Wolfe), John Gilbert (Sir James Murray), Yvonne Laflamme (Marie de la Visitation), Robert Lalonde (Pontiac), Guy Nadon (Louis-Joseph de Montcalm), Paul Savoie (Marquis de Vaudreuil), Normand Levésque (Benjamin Franklin), Jacques Rossi (La Vérendrye), Dennis St. John (Sir John Colborne), Frédérick De Grandpré (Joseph Brant), François Tassé (gén. Isaac Brock), Gaétan Dumont (Pierre Esprit Radisson), Jean LeClerc (Miles MacDonnell), Daniel Pilon (Sir James Douglas). – (cf. 2.5).
2001(tv) Blackfly (CA) de Michel Kennedy, Andy Price, Stephen Reynolds, David Storey, Giles Walker 
Salter Street Films-Canadian Television Fund, 13 x 30 min. – av. Ron James (Benny « Blackfly » Broughton), Colin Mochrie, Shauna Black, Richard Donat. – Nouvelle-Angleterre, à la fin du XVIIIe s., épisodes divers à Fort Simpson-Eaton, chef-lieu administré par les militaires britanniques. Backfly, homme à tout faire du fort, côtoie les pionniers qui ont bâti le pays (comédie satirique).
2001(vd) When the Forest Ran Red : Washington, Braddock & a Doomed Army (US) de Robert Matzen, Michael Foster 
Paladin Communications , 59 min. – av. Herb Clevenger, Daren Weippert et les voix de Michael Rothhaar (George Washington), Ian Middleton (gén. Edward Braddock), Patrick Cass Tansor. – Docu-fiction.
2002(tv) Ray Mears’s Extreme Survival (GB) de Ben Southwell 
BBCtv-Travel Channel-BBC Bristol (BBC2 12.10.03), 60 min. – Docu-fiction sur l’expédition du major Robert Rogers en 1759.
2003(vd) George Washington’s First War : The Battles for Fort Duquesne (US) de Robert Matzen 
Paladin Communications (Robert & Mary Matzen), 84 min. – av. Bryan C. Cunning (colonel George Washington), Daniel P. Buchko (major James Grant), Michael Rotthaar (narration). – Ohio Country, 1755 : après la défaite de l’armée de Braddock à Monongahela, la Pennsylvanie, la Virginie et le Maryland sont sans défense face aux forces franco-indiennes. Washington prend le commandement des troupes en Virginie et organise la résistance. Docu-fiction tourné à Raccoon Creek State Park, Hookstown (Pennsylvanie) avec le soutien de la Colonial Williamsburg Foundation.
2004*(tv+ciné) Nouvelle-France – Québec 1759 / New France / US : Battle of the Brave (CA/FR/GB) de Jean Beaudin 
Richard Goudreau/Christal Films-UFKS-Davis Films-Melenny Prod. (Québec tv 19.11.04), 143 min. – av. Noémie Godin-Vigneau (Marie-Loup Carignan), David La Haye (François Le Gardeur), Juliette Gosselin (France Carignan, 10 ans), Sébastien Huberdeau (Xavier Maillard), Gérard Depardieu (le curé Thomas Blondeau), Bianca Gervais (Acoona), Irène Jacob (Angélique de Roquebrune), Pierre Lebeau (Joseph Carignan), Vincent Perez (Le Bigot), Isabel Richer (France Carignan), Johanne-Marie Tremblay (Madeleine Carignan), Tim Roth (William Pitt), Jason Isaacs (gén. James Wolfe), Colm Meaney (Benjamin Franklin), Michael Maloney (gouv. James Murray), Alexander Bisping (Major Goodwin), Philippe Dormoy (Voltaire), Micky Sébastian (Mme de Pompadour).
Québec en 1758, les enjeux de la grande politique et l’amour de François Le Gardeur, un jeune Parisien bien introduit à Versailles, pour une ravissante veuve, Marie-Loup Carignan, proche du petit peuple et des Amérindiens dont elle partage le quotidien et les rites. L'intendant Bigot, qui la convoite, mène une vie luxueuse et dirige une administration désastreuse. Les tensions sociales et politiques montent dans le pays. A Londres, le Premier ministre William Pitt lance l'offensive britannique en Amérique du Nord pour 1758, alors que la France, qui abandonne progressivement sa marine, est incapable, en temps de guerre, de secourir efficacement sa colonie. Tous les appels au secours restent sans réponse: Paris ne s'intéresse pas au Canada, "ce pays habité par des barbares, des ours et des castors" (Voltaire). Le 17 juin 1759, 30'000 Anglais débarquent à l'île d'Orléans. Québec capitule après trois mois, suivie une année plus tard par Montréal; le général de Vaudreuil signe la disparition de la Nouvelle-France.
Le cinéaste Beaudin et son producteur veulent "parler de l'abandon, de la trahison, d'un pays qui délaisse un autre", des familles qui renient les leurs (celle de Marie-Loup), du clergé catholique qui se détourne de ses ouailles. Contrairement à ce qu'affirment les manuels scolaires francophones, ce ne sont pas les Anglais, pragmatiques, vulgaires conquérants, mais les Français qui ont failli au Canada: Louis XV dépensait dix fois plus d'argent par année pour les fêtes à Versailles que pour les besoins de la Nouvelle-France. Une grande fresque romanesque et mélodramatique, avec sa dose de violons et de coups de cymbales, tournée au Canada (Montréal, Québec, Tadoussac, forteresse de Louisbourg), en Angleterre et en France, offrant d'importantes reconstitutions (les décors de la place Royale de Québec érigés en studio). Genie Award et Prix du Directors Guild of Canada pour les décors de Jean-Baptiste Tard. Présenté au festival de Berlin 2005.
2006(tv) The War That Made America : The Story of the French and Indian War (US) de Ben Loeterman, Eric Stange 
The War That Made America LLC-WQED Multimedia (PBS 18.1.06), 240 min. – av. Larry Nehring (George Washington), Frank Arend (Frederick Christian Post), Ed Brigadier (gouverneur gén. Vaudreil), Alex Coleman (gén. Edward Braddock), Chris Davenport (marquis de Montcalm), Allan Byrne (gén. James Wolfe), Dancing Elk Lucas (Pontiac), Jeffrey Grover (John Brown), Chris Herrera (Guyasuta), Kevin McClatchy (gén. Sir Jeffrey Amherst), Jeff Monahan (Sir William Johnson), Anne Harsh (Mary Jemison), Scott Carter (Louis Antoine Bougainville), Gregory Zaragoza (Tanaghrisson), Karen Baum (Susannah Johnson), Graham Greene (narration).
Téléfilm didactique filmé dans la région de Pittsburgh (Pennsylvanie), présenté et commenté par Graham Greene (« Dances With Wolves »), un Indien Oneida dont les ancêtres ont combattu dans cette guerre. Washington, jeune officier de l’armée britannique, est au centre du récit. – Episodes : 1. « A Country Between » – 2. « Unlikely Allies » – 3. « Turning the Tide » – 4. « Unintended Consequences ».
2009(tv) La Fin de la Nouvelle-France / Battlefield Quebec : Wolfe & Montcalm (FR/CA) de Brian McKenna, Olivier Julien 
Galafilm Productions-Gédéron Programmes (Arte 24.10.09), 85 min. – av. Arthur Holden (James Wolfe), Marcel Jeannin (James Cook). – L’affrontement de Montcalm et Wolfe aux portes de la ville de Québec, le 13 septembre 1759. Docu-fiction avec reconstitutions et comédiens anonymes.
2013Alone Yet Not Alone (US) de Ray Bengston et George D. Escobar
Barbara Divisek, George D. Escobar, Cynthia Garcia Walker, Michael Snyder/Enthuse Entertainment, 103 min. - av. Kelly Grayson (Barbara Leininger/Susquehanna), Natalie Racoosin (Barbara jeune), Jenn Gotzon (Lydia Barrett), Clay Walker (Fritz Hecklinger), Joanie Stewart (Mama Leininger), Ozzie Torres (Galasko), Tony Wade (Hannawoa), Robert Pierce (Papa Leininger), Joseph Gray (Jon Leininger), James Hartner (Christian Leininger), Victoria Emmons (Marie Le Roy), Kelly Devens (Marie jeune), Brett Harris (Owen Gibson/Souchy), John Telfer (David Breckenreach), Josh Murray (George Washington), Barry K. Bedwell (Benjamin Franklin).
Ohio en 1755. Une famille de colons dévots d'origine allemande est séparée par la guerre anglo-française. Les deux soeurs Barbara et Regina Leininger sont enlevées par des Indiens Delaware, captivité durant laquelle leur foi les aide à survivre aux épreuves. Film religieux, tourné en Caroline du Nord.

3.1. "Evangeline" de H. W. Longfellow

"Evangeline. A Tale of Acadie", poème de Henry Wadsworth Longfellow paru en 1847. - En 1755, l’expulsion de 8000 Acadiens francophones de la Nouvelle-Ecosse (Nova Scotia, Canada) par les Anglais et leur émigration forcée en Louisiane (le « Grand Dérangement »). Séparée de son époux pendant cet exode au cours duquel beaucoup périssent de faim ou de maladie, Evangeline le retrouve des années plus tard, agonisant à Philadelphie.
1908Evangeline (US) de Sidney Olcott ; Kalem Co., 765 ft. – av. Ruth Roland (Evangeline), Gene Gauntier (Gabriel), Jack Conway.
1911Evangeline (US) d’Otis Turner ; Selig Polyscope Co., 305 m – av. Kathlyn Williams (Evangeline), Hobart Bosworth (Gabriel), Betty Harte, Robert Z. Leonard.
1913Evangeline (CA) d’E. P. Sullivan et William H. Cavanaugh ; The Canadian Bioscope Co., Halifax, 5000 ft./75 min. – av. Laura Lyman (Evangeline), John F. Carleton (Gabriel), E. P. Sullivan (Father Felician), Arthur Morrison, William H. Cavanaugh. – Filmé en Nouvelle-Ecosse (Annapolis Valley, Cow Bay, Eastern Passage).
1919*Evangeline (US) de Raoul Walsh ; Fox Film, 5200 ft./6 bob./50 min. – av. Miriam Cooper (Evangeline), Albert Roscoe (Gabriel), Spottiswoode Aitken (Benedict Bellefontaine), Paul Weigel (père Félicien).
Filmé dans la région de Silver Lake (Californie), avec le soutien de l’American Longfellow Society et l’appui de quelque mille figurants. Le film le plus « griffithien » de Walsh, avec de très belles images signées Devereux Jennings. Bonne presse, accueil public mitigé, amertume de Walsh.
1929**Evangeline (Evangéline) (US) d’Edwin Carewe ; Edwin Carewe Feature Productions-United Artists, 8268 ft./87 min. – av. Dolores Del Rio (Evangeline Bellefontaine), Roland Drew (Gabriel Lajeunesse), Alec B. Francis (père Félicien), Donald Reed, Lou Payne (Charles Laurence, gouverneur-général britannique à Halifax), Lee Shumway (col. Winslow), Paul McAllister, James Marcus.
Filmé à Big Basin et Point Lobos (Californie), à Minnehaha Falls (Minnesota) et à St. Martinville (Louisiane), avec des séquences sonores (Movie Tone). Superbement photographié, produit à grande échelle, c’est un des grands succès publics de Dolores Del Rio. Movietone : accompagnement musical et effets sonores.