XIII - AMÉRIQUE DU NORD

4. LA GUERRE D'INDÉPENDANCE 1776-1783 ET LA FONDATION DES ÉTATS-UNIS

4.8. L'amiral John Paul Jones

(1747-1792) - fondateur de la flotte américaine. D’abord officier de marine écossais, négrier (activité qui le dégoûte rapidement), il s’installe en Virginie après avoir tué un mutin de son équipage et rejoint la Continental Navy américaine pour combattre les Anglais. Son action dans les eaux britanniques pendant la guerre d’Indépendance lui valent une réputation internationale. Avec l’appui de son ami Benjamin Franklin, il obtient de la France le navire « Bonhomme Richard », prend la tête d’une flotte franco-américaine et remporte la victoire de Flamborough Head. Louis XVI le fait chevalier. Désœuvré après la guerre (les Etats-Unis ne sont pas intéressés au maintient d’une flotte), il sert la Marine impériale russe comme contre-amiral (1788), puis se rend à Paris en 1790 où il décède à l’âge de 43 ans. Ses restes seront rapatriés aux Etats-Unis en 1906.
1910The Stars and Stripes (US) de J. Searle Dawley 
Edison Mfg. Co., 305 m. – av. Edwin August (John Paul Jones). – Une battaille navale menée par John Paul Jones.
1917Borrowed Plumage (US) de Raymond B. West 
Thomas H. Ince-Triangle, 5 bob. – av. Bessie Barriscale (Nora), Arthur Maude (Darby O’Donovan), Dorcas Matthews (Lady Angelica), Barney Sherry (comte de Shelkirk), Wallace Worsley (Sir Charles Broome), Tod Burns (Giles).
Une ville irlandaise est attaquée par les marins de John Paul Jones en avril 1778. Le comte de Selkirk prend la fuite, laissant la cuisinière Nora dans le château. Parmi les corsaires, celle-ci découvre son ancien amour, Darby, et gagne l’Amérique avec lui.
1953(tv) Night Strike (US) de Robert Stevenson 
Gil Ralston & Arthur Ripley, « Cavalcade of America » (NBC 29.4.53), 30 min. – av. Glenn Langan (capt. John Paul Jones), Richard Garrick (Benjamin Franklin), Maurice Marsac (DeSartine), Robert Edward Osterloh (Simpson), James Best, Russell Simpson, Dayton Lummis, Dorothea Walbert, Norman DuPont.
Le raid nocturne du sloop de guerre « USS Ranger » de Jones sur la côte anglaise, dans le port côtier de Whitehaven, le 23 avril 1778.
1954(tv) John Paul Jones (US)
« The Hallmark Hall of Fame » (NBC 4.7.54), m.m. – av. Lamont Johnson (John Paul Jones), Gloria Jean (Aimée de Tellison).
En 1779, l’amiral John Paul Jones livre un combat héroïque contre le « Serapis » anglais (« John Paul Jones », 1959).
1958/59*John Paul Jones / El capitan Jones (John Paul Jones, maître des mers / BE : L’Invincible) (US/ES) de John Farrow 
Samuel Bronston Productions-Suevia Films P.C. Madrid-Warner Bros., 126 min. – av. Robert Stack (John Paul Jones), Bette Davis (Catherine II de Russie), Marisa Pavan (Aimée de Tellison), Charles Coburn (Benjamin Franklin), Macdonald Carey (Patrick Henry), Peter Cushing (cpt. Richard Pearson), John Crawford (George Washington), Robert Ayres (John Adams), Erin O’Brien (Dorothea Danders), Jean-Pierre Aumont (Louis XVI), Susana Canales (Marie-Antoinette), Basil Sydney (Sir William Young), Eric Pohlmann (George III), Ford Rainey (ltn. Thomas Simpson), Mia Farrow.
Les exploits du fondateur de la flotte américaine, le légendaire affrontement en mer d’août 1779 entre son « USS Bonhomme Richard » et le « HMS Serapis » anglais à la bataille de Flamborough Head (côtes du Yorkshire), puis, une fois la guerre finie, ses séjours à Saint-Petersbourg, dans la Mer noire et à Versailles. (La fin, en revanche, est fantaisiste : Jones ne finit pas ses jours entouré de Benjamin Franklin et Mme Tellison, mais mourut seul dans son petit appartement à Paris.) Un projet mis en chantier par la Warner Bros. et Michael Curtiz en 1940 déjà, avec James Cagney, sous le titre de « Clear for Action ». Il refait surface en 1946 sous la houlette de Delmer Daves et du producteur Jerry Wald, mais doit être repoussé à nouveau, la firme ne souhaitant pas illustrer un conflit anglo-américain à la veille de la guerre froide. Le producteur indépendant Bronston le reprend en 1958 pour William Dieterle (avec de nouveau James Cagney dans le rôle-titre), mais le film est finalement confié à l’Australien John Farrow (père de Mia), grand spécialiste de la marine.
Soutenu par l’amiral Chester Nimitz et financé loin de Hollywood par des investisseurs privés (Lawrence Rockefeller, Pierre DuPont III) et l’U.S. Navy, avec l’appui logistique du gouvernement de Franco, cette fresque navale est tournée avec un certain faste en Technirama et Technicolor aux studios Sevilla Films à Madrid, à Madrid (Palacio de Oriente), à Ségovie (Palacio de La Granja), à Malaga (Estepona), à Alicante, dans le port de Dénia (Portsmouth et combat naval), à Londres (St. James Palace), en Virginie (Colonial Williamsburg), à Paris (rives de la Seine) et à Versailles. Mais le scénario de Farrow et Ben Hecht est mal ficelé, l’action traine, les personnages manquent sérieusement de relief et, en cours de réalisation, le budget doit être réduit de moitié. Robert Stack reste un peu trop solennel, au diapason des flonflons patriotiques du propos et des images de l’U.S. Navy moderne qui encadrent le récit. Restent le numéro amusant de Bette Davis en Catherine la Grande qui préférerait visiblement le bel amiral dans son lit qu’à la tête de sa flotte et, comme clou du film, cette bataille navale nocturne assez spectaculaire pour laquelle l’écrivain et loup de mer australien Alan John Villiers – déjà responsable de la réplique du « Mayflower » dans « Plymouth Adventure » en 1952 (cf. 2.3) – a transformé deux vieilles brigantines en vaisseaux de guerre du XVIII e siècle dans le port d’Ostie, notamment la frégate « Marcel B. Surdo », que l'on reverra dans "Billy Budd" de Peter Ustinov (1961).
1959Δ Don’t Give Up the Ship (Tiens bon la barre, matelot !) (US) de Norman Taurog. – av. Jerry Lewis (John Paul Jones).
2002[(tv) Not Yet Begun to Fight ! (US) de Judith Reilly, Marsha Goodman 
série « Liberty’s Kids :Est. 1776 » no. 28, DiC Enterprises, 30 min. – Animation av. les voix de Liam Neeson (John Paul Jones), Walter Cronkite (Benjamin Franklin), Ben Beck (La Fayette), Charles Shaughnessy (George III).
« Je n’ai même pas commencé à me battre ! », la réponse de Jones au capitaine Pearson (du « HMS Serapis ») qui le sommait de se rendre lors de la bataille navale de Flamborough Head.]