IV - L’EMPIRE AUSTRO-HONGROIS

Elisabeth et François-Joseph (Ava Gardner et James Mason) dans « Mayerling » de Terence Young (1968)

3. FRANZ JOSEPH I. / FRANÇOIS-JOSEPH Ier - 1848 / [1916]

A partir de 1867, également roi de Hongrie.
Né en 1830, neveu de Ferdinand Ier. Marié en 1854 avec la duchesse Elisabeth in Bayern, dite « Sissi » (1837-1898), qui périra assassinée par un anarchiste en Suisse. François-Joseph institue un régime autoritaire opposé aux revendications des minorités nationales et des libéraux. Perte de la Lombardie à Napoléon III (défaite de Solférino en 1859). La victoire de la Prusse à Sadowa (1866) élimine définitivement les Habsbourg de la politique allemande. Après 1870, la politique de rapprochement avec Bismarck mène à l’alliance des Trois-Empereurs (Allemagne, Russie, Autriche, 1873), puis à l’alliance austro-allemande de 1879. Le frère de l’empereur, Maximilien, est fusillé au Mexique (cf. France s. Napoléon III [5.2]), son fils unique Rodolphe se suicide à Mayerling (3.1), et son neveu, l’archiduc François-Ferdinand, est abattu à Sarajevo en 1914, attentat qui déclenche la Première Guerre mondiale.
1919® Das Schweigen am Starnberger See (DE) de Rolf Raffé. – av. Carla Nelson (Elizabeth d’Autriche), Addy Bonn (princesse Sophie de Bavière), cf. Allemagne : avière, Louis II (4).
1920Kaiserin Elisabeth von Österreich – Der Mord in Genf (DE) de Rolf Raffé ; Indra-Film, 98 min. – av. Carla Nehlsen (Elisabeth d’Autriche), Niels Jensen (l’empereur François-Joseph), Max Lander (prince héritier Rodolphe), Freiherr Dr. von Offermann (archiduc Johann / Johann Orth), Dr. Wedekind (prince of Wales), Frau von Hagen (archiduchesse Sophie), Lina Meittinger (duchesse Ludovica in Bayern), Fred Nansen (comte Andrássy), Franz Scharwenka (comte Esterhazy), Wilma Simon (Mary Vetsera), Enrico Benelli (Luigi Lucheni, l’assassin). – Les errances et l’assassinat de l’impératrice par Lucheni sur le lac Léman en 1898.
1920Das Geheimnis der Santa Margherita / Der verschollene Habsburger (DE) de Rolf Randolf, RR-Film, 2365 m. – av. Rolf Randolf (Johann Orth), Mario Zelenca, Ria Jenda, Albert Steinrück, Ernst Pittschau. – L’archiduc d’Autriche Jean Orth (Johann Salvator/Jean-Népomucène de Habsbourg-Toscane, 1852-1890 ?) disparaît en mer en 1890 à bord du Santa Margherita.
1922® Ludwig II. (AT) Otto Kreisler. – av. Franz Scherer (l’empereur François-Joseph), Gina Puch-Klitsch (Elisabeth d’Autriche), cf. Bavière (4).
1923*Das alte Gesetz / Baruch (DE) d’Ewald André Dupont ; Comedia-Film GmbH Berlin, 3028 m./7 actes, 107 min. – av. Henny Porten (l’archiduchesse Elisabeth Theresia), Hermann Vallentin (Heinrich Laube, dir. du Burgtheater à Vienne), Avrom Morewski (rabbin Mayer), Ernst Deutsch (Baruch, son fils), Grete Berger (sa mère), Robert Garrison (Ruben Pick), Margarete Schlegel (Esther), Kálmán Zátony (le comédien Joseph Wagner), Jakob Tiedtke (dir. de théâtre). – Vers 1860, le fils d’un rabbin de Galicie fait carrière au Burgtheater à Vienne grâce à la protection de l’archiduchesse Elisabeth Theresia. La percée artistique de E. A. Dupont.
1926Der fesche Erzherzog (DE) de Robert Land ; Peter Ostermayr Filmprod., 2270 m./6 actes. – av. Oscar Marion (l’archiduc Ferdinand Karl de Habsbourg), Liane Haid, Ellen Kürti, Hans Mierendorff, Albert Paulig. – Les amours du « séduisant archiduc » Ferdinand Karl (1868-1915), neveu de François-Joseph, pour une danseuse du Prater.
1927Louise von Coburg. Tragödie einer Königstochter (DE) de Rolf Raffé ; Oceana-Film GmbH München. – av. Erna Morena (Louise von Sachsen-Coburg), Eugen Neufeld (prince Ferdinand Philipp von Sachsen-Coburg, son époux), Rudolf Basil (lieut. Geza von Mattachich-Keglevich), Helene Lauterböck (princesse Stéphanie), Minje van Grooten (Hannerl), Bernhard Frankel (l’empereur François-Joseph). – La vie aventureuse et chahutée de Louise de Sachse-Cobourg (1858-1924), première fille de Léopold II de Belgique et sœur de la princesse Stéphanie de Habsbourg, amie et confidente de l’archiduc Rodolphe, courtisée par son beau-frère Ferdinand et exilée de la cour de Vienne à cause de sa liaison scandaleuse avec Mattatich. Elle sera déclarée malade par Krafft-Ebbing, mise sous tutelle et déshéritée (d’après le roman de Felix Salten). Film interdit.
1928Das Schicksal derer von Habsburg (Die Tragödie eines Kaiserreiches) (DE) de Rolf Raffé ; Essem Film GmbH (Berlin), 2758 m. – av. Fritz Spira (l’empereur François-Joseph), Alfons Fryland (Rodolphe), Erna Morena (Elisabeth d’Autriche), Leni Riefenstahl (Mary Vetsera), Franz Kammauf (Bratfisch, le cocher), Willi Hubert (Franz Ferdinand), Minje van Gooten (comtesse Chotek), Maly Delschaft (princesse Stéphanie de Belgique), Ferry Lukacs (l’empereur Karl I./Charles Ier), Ernst Recniczek (Philippe de Cobourg), Albert Kersten (comte Hoyos), Paul Askonas (Montenuovo), Irene Kraus (baronne Hélène Vetsera), Carmen Cartellieri (comtesse Larisch), Alice Roberte (Louise de Cobourg), Minje van Gooten (comtesse Chotek). - Le drame des Habsbourg: le double suicide à Mayerling, l'assassinat à Sarajevo, le décès de François-Joseph et la défaite des armées autrichiennes en 1918 sous le nouvel empereur Charles Ier, qui doit abdiquer. Une curiosité: Leni Riefenstahl, la future égérie d'Adolf Hitler et cinéaste emblématique du régime nazi, dans le rôle de Mary Vetsera, douce et timide.
1928® Ludwig der Zweite, König von Bayern (DE) de Wilhelm Dieterle. – av. Trude von Molo (Elisabeth d’Autriche).
1931Elisabeth von Österreich (Der Leidensweg einer Frau) / Kaiserin Elisabeth (DE) d’Adolf Trotz ; Gottschalk Tonfilmproduktion, Berlin, 83 min. – av. Lil Dagover (Elisabeth d’Autriche), Paul Otto (l’empereur François-Joseph), Ida Perry (archiduchesse Sophie, impératrice-mère), Ekkehard Arendt (prince héritier Rodolphe de Habsburg), Gert Pilari (princesse Stefanie), Charlotte Ander (Mary Vetsera), Sergius Sax (Louis II de Bavière). – Première version sonore de la vie de Sissi, de son mariage conflictuel avec François-Joseph à son assassinat sur les rives du lac Léman, en passant par l’amour secret pour Louis II de Bavière ( ?) et la tragédie de Mayerling, le tout filmé aux studios Efa à Berlin-Halensee avec la belle Lil Dagover.
La cour impériale à Vienne et ses intrigues (« Mayerling » d’Anatol Litvak, 1936)
1932Das Geheimnis um Johann Orth (Ein Liebesroman im Hause Habsburg) / AT : Johann Orth, der verschollene Habsburger / Das Wiener Mädel und ihr Erzherzog (DE) de Willi Wolff ; E. Richter Filmprod., 82 min. – av. Paul Otto (l’empereur François-Joseph), Paul Richter (archiduc Rodolphe), Karl Ludwig Diehl (archiduc Johann Salvator, dit Johann Orth), Fritz Alberti (tsar Alexandre III), Paul Wegener (prince Rostowski), Gretl Theimer (la comédienne Milly Stubel). – Vienne 1887, l’archiduc Johann Salvator (1852-1891) renonce à rang et privilèges par conviction politique. Filmé aux ateliers Jofa à Berlin-Johannisthal.
1935Königswalzer /AT : Café Tomasoni (DE) de Herbert Maisch ; Ufa, 83 min. – av. Willi Forst (comte Ferdinand Tettenbach), Heli Finkenzeller (Theres Tomasoni), Paul Hörbiger (Maximilien II de Bavière), Carola Höhn (Elisabeth, dite Sissi), Anton Pointner (comte Tettenbach), Hans Leibelt (ministre Doennigres), Curd Jürgens (l’empereur François-Joseph). – Valses et froufrous : Munich en 1852, la princesse Sissi arrange un mariage délicat, simultanément à ses propres noces avec François-Joseph. Curd Jürgens débute à l’écran dans le rôle de l’empereur, filmé aux studios Ufa de Neubabelsberg.
1935*Valse royale (Pour un baiser) [version française du précédent] (DE/FR) de Jean Grémillon ; Ufa-ACE, 95 min. – av. Henri Garat (Michel de Thalberg, fils de l’ambassadeur d’Autriche), Renée Saint-Cyr (Thérèse Tomasini), Adrien Le Gallo (Maximilien II de Bavière), Alla Donell (Elisabeth, dite Sissi), Bernard Lancret (l’empereur François-Joseph).
1935® A Királnyné Huszárja [L’impératrice et le hussard] (HU) d’István György. – av. Lili Berky (Elisabeth d’Autriche, reine de Hongrie), cf. Hongrie (4).
1936*The King Steps Out (Sa Majesté est de sortie) (US) de Josef von Sternberg ; Wilhelm Thiele-William Perlberg-Columbia Pictures, 85 min. – av. Grace Moore (Elisabeth, dite Sissi), Franchot Tone (l’empereur François-Joseph), Walter Connolly (Maximilien de Bavière), Raymond Walburn (col. von Kempen), Victor Jory (capt. Palfi), Elizabeth Risdon (archiduchesse Sophie), Frieda Inescourt (princesse Hélène). – 1854, la rencontre et le mariage de Sissi et de François-Joseph (d’après l’opérette de Hubert et Ernst Marischka). – Une curiosité musicale : le grand Sternberg sans Marlene, de la confection qualité, réservé en priorité pour les fans de Grace Moore. Le cinéaste désavouera le film, qui n’est même pas mentionné dans ses mémoires.
1938/39Prinzessin Sissy / Prinzessin Wildfang / Die kleine Prinzessin (AT/DE) de Fritz Thiery [et Paul Hörbiger] ; Walter Tjaden/Mondial Internationale Filmindustrie, 85 min. – av. Paul Hörbiger (duc Maximilian in Bayern), Traudl Stark (Elisabeth à 12 ans, dite Sissy), Gerda Maurus (duchesse Ludovika in Bayern), Hansi Knoteck, Emil Stöhr (le peintre Carl Wittberg), Otto Tressler (Louis I de Bavière), Rudolf Prack (prince Luitpold), Kitty Stengel (Elisabeth, reine de Prusse). – Quiproquo autour d’un précieux collier oublié à la cour de Potsdam et que le duc Maximilian destinait à sa petite fille adorée ; celle-ci est une passionnée de cirque et participe incognito à un numéro équestre sous un chapiteau à Munich, malgré l’interdiction du roi. Sissi enfant est campée par Traudl Stark, la Shirley Temple autrichienne. Le dernier film autrichien commencé avant l’Anschluss, mais sorti en mars 1939 (après modifications) sous l’égide de la Ufa. Tournage aux ateliers de Schönbrunn et Rosenhügel, extérieurs aux palais de Schönbrunn et Laxenburg.
L’archiduchesse Sophie (« De Mayerling à Sarajewo » de Max Ophuls, 1939/40)
1939/40*De Mayerling à Sarajevo (FR) de Max Ophüls ; British Unity Productions, Paris (Eugène Tuscherer, Edward T. Halton), 92 min. – av. Edwige Feuillère (comtesse Sophie Chotek), John Lodge (archiduc François-Ferdinand de Bourbon d’Este), Aimé Clariond (prince de Montenegro), Jean Worms (l’empereur François-Joseph), Gabrielle Dorziat (archiduchesse Marie-Thérèse). – Une suite libre au « Mayerling » d’Anatole Litvak (cf. infra, 1936) : durant les années 1889 à 1914, la malédiction des Habsbourg, l’amour et la fin tragique de l’archiduc François-Ferdinand et de son épouse Sophie, assassinés à Sarajevo. Jugé trop libéral, François-Ferdinand, nouvel héritier de l’Empire, s’entend mal avec son oncle François-Joseph qui le force à contracter avec sa comtesse tchèque un mariage morganatique écartant sa descendance du trône. Tournage aux studios Eclair à Epinay-sur-Seine, à Senlis et Bourg-de-Péage. Interrompu par la mobilisation de septembre 1939, alors qu’Ophuls tourne l’attentat de Sarajewo reconstitué à Romans, le film ne parviendra que par miracle au stade de l’exploitation. Mobilisé, le cinéaste obtient en janvier 1940 une permission spéciale pour terminer son film en catastrophe aux studios Paris-Studio-Cinéma de Billancourt, qui sort le 1 er mai, neuf jours avant l’invasion allemande. Ces chamboulements expliquent la facture trop sage, académique de l’œuvre, au scénario duquel ont participé les auteurs dramatiques Carl Zuckmayer et Marcelle Maurette. Restent l’élégance visuelle et l’absence de guimauve, ce qui n’est pas rien. Erreur historique : l’archiduchesse Marie-Thérèse était morte bien avant le mariage de son fils.
1940® Erzsébet Királyné [La reine Elisabeth] (HU) de Félix Podmaniczky. – av. Katalin Karády (Elisabeth d’Autriche, reine de Hongrie), Gyuszi Ungváry (prince Rodolphe de Habsbourg), cf. Hongrie (4).
1942Die heimliche Gräfin (DE/AT) de Geza von Bolvary ; Wien-Film, 94 min. – av. Marte Harrell (Martina Lehnhof), Wolf Albach-Retty (Michael Hohenwardt), Elfriede Datzig (comtesse Angelika Dorival), Oskar Sima (Kubasta), Paul Hörbiger (l’archiduc Johann Sylvester), Rosa Albach-Retty (princesse Neupergk). – Intrigues amoureuses et quiproquo sentimental à la cour de François-Joseph, de la confection distrayante filmée dans les studios viennois (Sievering, Rosenhügel, Hunnia, Schönbrunn), en extérieurs à Vienne et en Hongrie.
1952Her Royal Highness (GB) d’Eric Fawcett (BBC1 3.8.52),120 min. – av. Ann Todd (Louise de Sachse-Cobourg), Harry Andrews (comte Geza von Mattatich-Keglevich), Aubrey Dexter (Philippe de Cobourg), Carl Bernard (capt. Dettersdorf), Douglas Jefferies (col. comte Brennhof), IanFleming (comte Rombach). – Chronique scandaleuse d’après Felix Salten (cf. film de 1927).
1952Die Försterchristl (DE) d’Arthur Maria Rabenalt [opérette] ; Carlton Film, 104 min. – av. Johanna Matz (Christl), Karl Schönböck (l’empereur François-Joseph), Angelika Hauff (Ilona), Will Quadflieg (Joseph Földessy), Käthe von Nagy (Josefine), Iwan Petrovich (comte Pahlen), Jochen Hauer (le forestier). – En 1850, les amourettes du jeune empereur avec la fille d’un forestier qui est venue lui demander la grâce de son fiancé Földessy, un rebelle hongrois. Comédie en musique d’après Georg Jarno, tournée aux studios Bavaria de München-Geiselgasteig et à Bad Tölz. Remake des films de Friedrich Zelnik (1927 et 1931) qui, eux, se déroulent au XVIIIe siècle, sous Joseph II.
1953Kaiserwalzer (AT) de Franz Antel ; Neusser Film, 95 min. – av. Willy Danek (l’empereur François-Joseph), Maria Holst (Elisabeth d’Autriche), Rudolf Prack (archiduc Ludwig), Gunther Philipp (lieut. Zauner), Winnie Markus (Luise Pichler), Ellen Lauff (comtesse Mansfeld), Hans Holt (Resinger). – L’archiduc Ludwig de Habsbourg sacrifie son amour pour l’institutrice Luise Pichler au nom de la raison d’État. Du pur sucre, tourné aux ateliers de Wien-Kalverienberg (Ringfilm-Studio) à Graz, à Bad Ischl, et à Schönbrunn. Le cinéma autrichien exploite le passé lointain pour faire oublier le récent.
1954® Ludwig II. – Glanz und Elend eines Königs (DE) de Helmut Käutner. – av. Ruth Leuwerik (Elisabeth d’Autriche), Erik Frey (l’empereur François-Joseph), cf. Bavière (4).
1954Der rote Prinz (DE/AT) de Hans Schott-Schöbinger ; Internationale Tonfilmproduktion H. Withrich KG (Ito), München-Patria Filmkunst Graz, 90 min. – av. Peter Pasetti (archiduc Johann Salvator, dit Johann Orth), Inge Egger (la comédienne Milly Stubel), Richard Häussler, Rolf Wanka, Kurt Heintel (baron Frederik Angelo), Margrit Aust, Willy Danek (major Petöfi). – L’archiduc progressiste (le « prince rouge ») renonce à rang et privilèges pour raisons politiques, remake de 1932. Tourné aux studios Thalerhof à Graz, extérieurs à Gmünden, Schönbrunn, Orth am Traunsee, Mittendorf, Bad Aussee.
1955Königswalzer (DE) de Viktor Tourjansky ; Bavaria Film-Carlton Film, 93 min. – av. Marianne Koch (Theres Tomasoni), Michael Cramer (Ferdinand Graf von Tettenbach), Linda Geiser (Elisabeth de Bavière, dite Sissi), Joe Stöckel (Ludwig Tomasoni), Hans Fitz (Maximilian II de Bavière), Hans Liebelt (ministre Dönniges). – Munich 1848-54, Maximilian II de Bavière accepte la demande en mariage de sa fille Sissi par François Joseph. Filmé en Eastmancolor et CinemaScope aux studios Bavaria de Munich-Geiselgasteig. Remake du film de Herbert Maisch (1935).
1955Die Deutschmeister (Mademoiselle Cricri / BE : Parade du printemps) (AT) d’Ernst Marischka. – av. Romy Schneider (Stanzi Hübner), Magda Schneider (Therese Hübner), Paul Hörbiger (l’empereur François-Joseph), Wolfgang Lukschy (Guillaume II), Siegfried Breuer Jun. (Wilhelm August Jurek), Hans Moser (Jeremias Swoboda). – Vers 1899/1900, à l’occasion d’une visite officielle de Guillaume II à Vienne, la jeune Stanzi (Cricri), nièce de la boulangère de la cour, persuade l’empereur de faire jouer la marche militaire (« Deutschmeister ») de son fiancé, le compositeur Jurek. La future équipe des « Sissi » sévit dans un vaudeville pâtissier qui remplit les caisses et annonce la percée de Romy Schneider. Filmé aux ateliers Wien-Sievering, à Vienne et à Salzbourg. Remake de « Frühjahrsparade » (1934) de Géza von Bolváry.
1955Sissi (Sissi) (AT) d’Ernst Marischka ; Erma Film Wien, 102 min. – av. Romy Schneider (duchesse Elisabeth de Bavière, dite Sissi), Karlheinz Böhm (l’empereur François-Joseph), Magda Schneider (duchesse Ludovika in Bayern), Gustav Knuth (duc Maximilian in Bayern), Uta Franz (princesse Helene de Bavière), Vilma Degischer (archiduchesse Sophie), Erich Nikowitz (archiduc Franz Karl), Peter Weck (archiduc Carl-Ludwig), Otto Tressler (maréchal Radetzky). – Première rencontre et mariage du couple impérial en 1854. Idéalisation romanesque, bons sentiments, costumes fastueux, paysages idylliques. Cette bluette kitsch-strudel d’Ernst Marischka (déjà auteur avec son frère Hubert d’une opérette sur le sujet en 1932, Sissis Brautfahrt) est sauvée par la lumineuse Romy Schneider, 17 ans, et fait un malheur au box office européen, avec 6,5 millions de spectateurs. Une vaste entreprise négationniste qui s’efforce à faire oublier qu’il y a dix ans encore l’Autriche était intégrée au Troisième Reich (et, accessoirement, qu’Hitler était autrichien !), contribuant à sa manière à réintégrer l’ex-terre des Habsbourg dans le concert des nations : la Sissi enjouée de Romy – cornaquée par sa mère (Magda Schneider) dans la vie comme à l’écran – devient un symbole de la renaissance autrichienne et l’icône touristique de Vienne. Tournage en Agfacolor aux ateliers Wien-Sievering, Wien-Schönbrunn, extérieurs au Salzkammergut, Fuschlsee, Wachau, Starnberger See, Vienne et Munich.
1956Kaiserball (DE) de Franz Antel ; Hope Film, 95 min. – av. Sonja Ziemann (Fran zi), Rudolf Prack (comte Georg von Hohenegg), Hannelore Bollmann (princesse Christine), Maria Andergast (princesse zu Schenckenberg), Hans Olden (archiduc Benedikt). – Idylle sentimentale à la cour de François-Joseph, filmée aux studios Rosenhügel à Vienne.
1956Sissi, die junge Kaiserin (Sissi impératrice) (AT) d’Ernst Marischka ; Erma Film Wien, 107 min. – av. Romy Schneider (impératrice Elisabeth d’Autriche), Karlheinz Böhm (l’empereur François-Joseph), Magda Schneider (duchesse Ludovika in Bayern), Gustav Knuth (duc Maximilian in Bayern), Uta Franz (princesse Helene de Bavière), Vilma Degischer (archiduchesse Sophie), Erich Nikowitz (archiduc Franz Karl), Walther Reyer (comte Gyula Andrássy). – Suite à l’eau de rose du film précédent : premières crises conjuguales, l’impératrice supporte mal l’étiquette de la cour viennoise. Tournage en Agfacolor aux ateliers Rosenhügel à Vienne, à Schloss Fuschl (Salzbourg) et à Schönbrunn.
(1955)
(1956)
(1957)
1957Sissi – Schicksalsjahre einer Kaiserin (Sissi face à son destin) (AT) d’Ernst Marischka ; Erma Film Wien, 108 min. – av. Romy Schneider (Elisabeth d’Autriche), Karlheinz Böhm (l’empereur François-Joseph), Walther Reyer (comte Gyula Andrássy), Magda Schneider (duchesse Ludovika in Bayern), Gustav Knuth (duc Maximilian in Bayern), Uta Franz (princesse Helene de Bavière), Vilma Degischer (archiduchesse Sophie), Erich Nikowitz (archiduc Franz Karl), Helene Lauterböck (comtesse Esterhazy), Albert Rueprecht (archiduc Ferdinand Max). – Suite du film précédent : éloignée de Vienne, l’impératrice prend la défense des patriotes hongrois, est (presque) troublée par le comte Andrássy et se réconcilie avec son époux lors de leur visite officielle à Venise : il sont boudés par l’aristocratie italienne mais acclamés par le bon peuple. On reste très, très loin de « l’impératrice de la solitude » (M. Barrès), intelligente, sportive, fascinée par la Grèce. Romy Schneider refuse de tourner un quatrième épisode, malgré l’offre d’un cachet astronomique d’un million de marks et s’enfuit en France travailler pour Visconti. Tournage en Agfacolor aux ateliers Rosenhügel à Vienne, à Schönbrunn, Paestum, Ravello (pour Madère et Corfou) et Venise. Aux USA, les trois parties du « Sissi » de Marischka (1955-57) sont remontées par la Paramount en un seul long métrage de 147 minutes sous le titre de Forever My Love (1962). C'est tout dire...
1958Im Prater blüh’n wieder die Bäume (AT) de Hans Wolff ; Paula Wessely Filmprod., 91 min. – av. Johanna Matz (Lixie Härtl), Gerhard Riedmann (l’archiduc Peter Ferdinand de Habsbourg-Toscane), Nina Sandt (Mizzi Starek), Theo Lingen (Schindler), Marte Harell (Anna Sacher), Albert Rueprecht. – Bonne nouvelle: les arbres fleurissent à nouveau au Prater (titre)… et le jeune archiduc Pierre Ferdinand (1874-1948) s'éprend de Lixie, la fille d'un conseiller aulique qui, elle, aime le pianiste Toni. Pour procurer à ce dernier un emploi à l'opéra, elle passe une soirée avec son Altesse. Scandale à la cour impériale. Bluette tournée à Vienne aux ateliers Sievering (où l'on reconstruit les anciens intérieurs du légendaire hôtel Sacher).
1962Die Försterchristl / Christelle et l’empereur (DE/FR) de Franz-Joseph Gottlieb ; Carlton-Film, 104 min. – av. Sabine Sinjen (Christl), Peter Weck (l’empereur François-Joseph), Sieghardt Rupp (Johann Földessy), Gerlinde Locker (Ilona), Doris Kirchner (comtesse Elisabeth Pahlen), Wolf Albach-Retty (comte Pahlen). – Les amourettes du jeune empereur avec la fille d’un forestier qui est venu lui demander la grâce de son fiancé Földessy, un rebelle hongrois. Remake en Eastmancolor du film d’Arthur Maria Rabenalt (1952).
1965**(tv+ciné) Radetzkymarsch (DE/AT) de Michael Kehlmann ; Bayrischer Rundfunk-ORF (ORF1/ARD 18.+19.4.65), 91+119 min. – av. Leopold Rudolf (Franz von Trotta), Helmuth Lohner (Carl Joseph Trotta), Jane Tilden (Frau Kathie), Fritz Eckhardt (Knopfmacher), Hertha Martin (Eva), Helmut Qualtinger (Kapturak), Max Brebek (l’empereur François-Joseph). – Téléfilm plutôt réussi d’après le roman de Joseph Roth (cf. aussi 1995). Kehlmann adaptera avec succès plusieurs textes de Roth au petit écran.
1969(tv) Die Geschichte der 2002. Nacht (DE) de Peter Beauvais ; Westdeutscher Rundfunk (ARD 25.12.69), 2 x 100 min. – av. Johanna Matz (comtesse Weinberg / Mizzi Schinegel), Walter Reyer (baronTaittinger), Adolf Lukan (l’empereur François-Joseph), Osman Ragheb (le Shah Nasreddin), Grete Zimmer, Helmut Qualtinger. – D’après le roman de Josef Roth : en 1873, le shah de Perse visite Vienne et convoite la comtesse Weinberg.
1970® (tv) Maximilian von Mexiko (DE/AT) de Günter Gräwert. – av. Albert Ruprecht (l’empereur François-Joseph).
1971® (tv) Preussen über alles… Bismarcks deutsche Einigung – 1. Streit im Deutschen Bund – 2. Reichsgründung im Krieg (DE) de Rudolf Jugert. – av. Albert Rueprecht (l’empereur François-Joseph).
1972® Ludwig (DE/IT/FR) de Luchino Visconti. – av. Romy Schneider (Elisabeth d’ Autriche). – Sous la houlette de Visconti, Romy prend sa revanche sur les sucreries d’antan : magistrale, subtile, énergique et évasive, l’amour impossible du « roi fou ». - cf. Bavière (4).
1972® Ludwig – Requiem für einen jungfräulichen König (DE) de Hans Jürgen Syberberg. – av. Hanna Köhler (Elisabeth d’Autriche).
1972(tv) Elisabeth von Österreich / Elisabeth, Kaiserin von Österreich (Ich möchte eine Möwe sein) (AT/DE) de Theodor Grädler, Jörg A. Eggers ; Dürer Filmproduktion-ZDF-ORF (ORF1 20.12.72 / ZDF 29.6.73), 81 min. – av Marisa Mell (Elisabeth d’Autriche), Peter Fröhlich (l’empereur François-Joseph), Maria Emo (Katharina Schratt), Nina Sandt (archiduchesse Sophie), Christian Reiner (prince Rodolphe), Christine Böhm (archiduchesse Valerie), Hortense Raky (duchesse Ludovika), Bibiane Zeller (comtesse Ferency), Maria Gabler (comtesse Festetics), Frank Dietrich (comte O’Donell), Johannes Ferigo (comte Grünne), Rick Parsé (comte Andrassy), Herbert Stammhammer (Luigi Lucheni, l’assassin).
1974(tv) The Fall of Eagles (La Chute des aigles / La Fin d’une époque) (GB) de Stuart Burge, Rudolph Cartier, Bill Hays, David Canliffe, Gareth Davies, James Ferman, Michael Lindsay-Hogg, Donald McWhinnie, David Sulivan Proudfoot ; BBCtv (BBC1 15.3.-7.6.74), 13 x 75 min. – av. Diane Keen (Elisabeth d’Autriche), Laurence Naismith/Miles Anderson (l’empereur François-Joseph), Pamela Brown (archiduchesse Sophie), Sandor Eles (comte Andrassy), Anne Penfold (Helene de Bavière), Irene Hamilton (Mary Vetsera), Susan Tracy (princesse Stéphanie), Kathleen Michael (Hildegarde). – De 1848 à 1904, la saga des familles impériales des Hohenzollern, des Habsbourg et des Romanov.
1989(tv) Sissy – Beuteljahre einer Kaiserin (DE) de Walter Bockmayer ; Westdeutscher Rundfunk. – av. Ralph Morgenstern.
1990(ciné+tv) Sisi und der Kaiserkuss / Sissi, la valse des cœurs (DE/FR) de Christoph Böll ; Calypso-Maran-New Deal, 91 min. – av. Vanessa Wagner (Elisabeth d’Autriche, dit Sisi), Nils Tavernier (l’empereur François-Joseph), Sonja Kirchberger (princesse Helene), Jean Poiret (duc Maximilian in Bayern), Cleo Kretschmer (Ludovika in Bayern).
1992(tv) Princesse Alexandra / Principessa Alessandra / Prinzessin Alexandra (FR/IT/DE) de Denis Amar (A2 4.5.92 ; RAI 24.10.93), 2 x 90 min. – av. Anna Roussel (princesse Alexandra de Wiskern, duchesse d’Eisenstaedt et nièce de François-Joseph), Matthias Habich (son époux Franz), Rüdiger Vogler (Stefan von Wiskern, son frère), Andréa Occhipinti (cte Fabio de Mondragone), Jean-Jacques Moreau (prince Metternich). – 1869/70 Vienne : une princesse de Habsbourg fuit son mari sadique et se refugie à Paris avec ses enfants où elle devient ouvrière-brodeuse. Son mari la retrouve quand éclate la guerre de 1870.
1994® Stairs 1 Geneva (CH) de Peter Greenaway. – av. Dominique Favre-Bulle (Elisabeth d’Autriche), Roberto Molo (Luigi Lucheni, son assassin).
1995***(tv) Radetzky March / Der Radetzky Marsch / La Marche de Radetzky / La marcia di Radetzky (DE/FR/AT/GB/IT) d’Axel Corti et Gernot Roll ; Progefi-France 2-Kirch-Satel-ORF-BRI-RAIuno (FR2 4.+5.12.95), 2 x 110 min. – av. Max von Sydow (Franz von Trotta und Cipolje), Charlotte Rampling (Valerie von Taussig), Claude Rich (Dr. Demant), Jean-Louis Richard (Kapturak), Tilman Günther (Carl Joseph von Trotta), Elena Sofia Ricci (Catherine Slama), Friedrich W. Bauschulte (l’empereur François-Joseph), Karlheinz Hackl (Wagner), Fritz Muliar (Knopfmacher). – Le roman de Joseph Roth (déjà filmé en 1965), magistralement rendu, adaptation de Georges Conchon et Corti. La première partie se déroule notamment à la bataille de Solférino en 1859, où, en plein désastre, le jeune lieutenant von Trotta sauve la vie de l’empereur François-Joseph. Chronique familiale autrichienne, de 1859 à 1914 et une marche funèbre illustrant l’effondrement de l’Empire austro-hongrois. Filmé en Autriche et en République tchèque. Corti meurt d’une leucémie à la fin du tournage.
1998(tv) Wie eine schwarze Möwe (Telle une mouette noire) (DE) de Norbert Beilharz (Arte 13.9.98), 85 min. – av. Christine Obermayer (Elisabeth d’Autriche), Bibiana Zeller (comtesse Sztaray), Annemarie Düringer (archiduchesse Sophie), Elisabeth Lang (archiduchesse Marie-Valérie), Floris Spannenberger (Luigi Lucheni, l’assassin), Fritz Karl (Constantin Christomanos). – A Ouchy, au bord du lac Léman (Suisse), le 10 septembre 1898, l’impératrice rend l’âme, assassinée par un anarchiste.
2000(tv) ® Ludwig II von Bayern (DE) de Stefan Babarino. – av. Gabiele Schmid (Elisabeth d’Autriche). – cf. Bavière (4).
2001(tv) Sophie – Sissis kleine Schwester (Sophie, petite sœur de Sissi) (DE/AT/FR) de Matthias Tiefenbacher ; Bavaria Film-Satel-ORF-RTL-TF1 (RTL 6.+7.5.01 / TF1 2.1.01), 2 x 93 min. – av. Valerie Koch (Sophie Charlotte von Bayern, duchesse d’Alençon), Steffen Groth (Edgar), Marie-Lou Sellem, Daniela Ziegler (duchesse Ludovika von Bayern), Miguel Herz-Kestranek (duc Max von Bayern), Fritz Karl (Ferdinand d’Alençon), Tonio Arango (Ludwig II), Georges Claisse (duc de Nemours). – La princesse Sophie s’éprend d’un photographe, au scandale de ses parents. Filmé à Munich, Vienne et Litschau (Autriche).
2003*(tv) Sissi, l’impératrice rebelle (FR/BE/CH) de Jean-Daniel Verhaeghe ; Alya Productions-Expand Drama-RTBDF-Saga Film-France 2-CNC-TV5-TSR (FR2 8.3.04), 120 min. – av. Arielle Dombasle (Elisabeth d’Autriche), Yvon Bach (Luigi Lucheni), Stéphane Audran (archiduchesse Sophie), Didier Bezace (docteur Mayer), Frédéric van den Driessche (l’empereur François-Joseph), Malik Zidi (prince Rodolphe), Lizzie Brocheré (Sissi jeune), Kseniya Rappoport (Marie), Viktor Kostetsky (Gondrecourt), Juij Ickov (Luigi Lucheni), Liolia Lediakina (Ludovica), Tatyana Ivanova (Catherine Schratt), Artur Nossovsky (Rodolphe jeune), Danila Kozlovskiy (François-Joseph jeune), Julien Hans di Capua (comte Andrassi), Lisa Nilova (duchesse Hélène de Bavière). – Les trois derniers jours de l’impératrice avant son assassinat en 1898 : Sissi se rend incognito à Genève pour y recontrer son ami, le docteur Mayer, disciple de Charcot, et se confie à lui en revenant sur les drames de sa vie. Une relecture convaincante de la légende, à mille lieues de l’image kitsch popularisée par le cinéma : Arielle Dombasle, la fragilité tempérée, révèle le tourbillon de malheurs, de frustrations et de désillusions de l’impératrice, ses activités physiques, sportives, son engagement pour les minorités, les démunis, les Noirs, les malades mentaux, les blessés de guerre (scénario : Odile Barsky). Tournage à Saint-Petersbourg. Echec immérité à l’audimat.
2006(tv) Elisabeth, die rätselhafte Kaiserin (AU/DE) de Tom Matzek ; ORF-3sat (ORF 23.11.06), 44 min. – av. Ariane Swoboda (Elisabeth d’Autriche), Amber Stephens, Martina Klein, Josef Romstorfer, Waldemar Wahn. – Docu-fiction sur la vie solitaire et la mort de l’impératrice.
2010(tv) Sissi / La principessa Sissi / Sisi (Sissi, naissance d’une impératrice) (IT/AT/DE) de Xaver Schwarzenberger ; Rai Fiction-EOS Entertainment-Publispei-Sunset Austria GmbH-ORF-Publispei Roma (ZDF 17.12.09 / ORF2 20.12.09 / RAI Uno 28.2.+1.3.10), 1h35 + 1h32. – av. Cristiniana Capotondi (Elisabeth d’Autriche), David Rott (François Joseph), Martina Gedeck (l’archiduchesse Sophie), Fritz Karl (comte Andrassy), Herbert Knaup (duc Max), Christiane Filangieri (duchesse Hélène de Bavière), Licia Maglietta (duchesse Ludovika), Xaver Hutter (archiduc Ferdinand Max), Andrea Osvárt (Napoléon III), Veronica Roder (Eugénie de Montijo), Fanny Stavjanik (la comtesse Esterhazy), Friedrich von Thun (maréchal Radetzky), Pasquale Esposito (Felix Bach), Phillippa Galli, Baby Artner, Erwin Steinhauercf. – Grande saga télévisée « soap », politiquement plus explicite mais guère plus authentique que les sucreries avec Romy Schneider. Tourné en Autriche (Vienne [Albertina], Styrie), à Venise et en Hongrie.
2014® (tv) Maximilian von Mexiko (AT/DE) de Franz Leopold Schmelzer. - av. Christian Krall (François-Joseph). - cf. France: Napoléon III.
Mary Vetsera (Audrey Hepburn) rencontre l’archiduc Rodolphe (Mel Ferrer) dans le téléfilm « Mayerling » (1957)

3.1. La tragédie de MAYERLING (30 janvier 1889)

Le double suicide de l’archiduc Rodolphe de Habsbourg (héritier du trône et unique fils de François-Joseph) et de sa maîtresse, la comtesse Mary Vetsera, au château de Mayerling.
1919Kronprinz Rudolf oder Das Geheimnis von Mayerling / Die Tragödie auf Schloss Mayerling (Le Drame de Mayerling – Le Prince héritier Rodolphe) (DE) de Rolf Randolf
Rolf Randolf Filmgesellschaft, 6 actes/1800 m. – av. Rolf Randolf (Rodolphe), Thea Sandten (Mary Vetsera), Niels Jensen (François-Joseph), Olga Engl (comtesse Larisch), Lya Andersen, Victor Senger, Mario Steen, Gerda Frey, Fritz Russ, Marga Köhler, Ernst Pittschau, Heinz Hardt, Franz Joseph. – Film interdit par la censure.
1923/24Tragödie im Hause Habsburg (Das Drama von Mayerling) /AT : Der Prinz der Legende (La Tragédie des Habsbourg / L’Héritier d’un trône) (DE) d’Alexander Korda 
Korda-Film GmbH, Berlin, 3057 m. – av. Maria Corda (Mary Vetsera), Koloman Zatony (Rodolphe de Habsbourg), Emil Fenyvessy (l’empereur François-Joseph), Werner Schott, Mathilde Sussin (Elisabeth d’Autriche), Friedrich Kayssler. – Tourné à Berlin (studio) et à Vienne (extérieurs), un échec public du jeune Korda.
1923/24Kronprinz Rudolf und die Tragödie von Mayerling (DE) de Rolf Randolf
Rolf Randolf/Eiko-Film AG Berlin. – Peut-être un nouveau montage du film interdit de 1919.
1925Leibfiaker Bratfisch (Das Geheimnis von Mayerling) / Die Tragödie eines Prinzen (AT) de Hans Otto Löwenstein 
Ottol-Film Wien, 5 actes/1700 m. – av. Georg Kundert (Bratfisch, le cocher), Eugen Neufeld (Rodolphe de Habsburg), Midy Elliot (Mary Vetsera), Alexander Ehlfeld, Alexander Ivo, Renate Renée.
Nouvelle version du drame de Mayerling qui utilise des scènes du film interdit de 1919 : le cocher Bratfisch se souvient de la nuit fatale… (scénario de Walter Reisch).
1928® Das Schicksal derer von Habsburg (Die Tragödie eines Kaiserreiches) (DE) de Rolf Raffé. – av. Fritz Spira (l’empereur François-Joseph), Alfons Fryland (Rodolphe), Erna Morena (Elisabeth d’Autriche), Leni Riefenstahl (Mary Vetsera), Franz Kammauf (Bratfisch, le cocher), Irene Kraus (baronne Hélène Vetsera). - Le double suicide à Mayerling, un des chapitres du drame des Habsbourg. Une curiosité: Leni Riefenstahl, la future égérie d'Adolf Hitler et cinéaste emblématique du régime nazi, dans le rôle de Mary Vetsera, douce et timide. - cf. supra (3).
1936**Mayerling (FR) d’Anatole Litvak 
Nero-Film, 101 min. – av. Charles Boyer (archiduc Rodolphe), Danielle Darrieux (Mary Vetsera), Jean Dax (l’empereur François-Joseph), Gabrielle Dorziat (Elisabeth d’Autriche), Jean Debucourt, Marthe Régnier (baronne Vetsera), Yolande Laffon (archiduchesse Stéphanie).
Le grand mélo amoureux, un succès mondial empreint d’un lyrisme mortifère, qui ouvre la porte de Hollywood à Litvak, à Charles Boyer et à Danielle Darrieux (elle devient à 19 ans la star française la plus populaire des années 1930). Tourné dans le studio de Joinville, d’après le roman Mayerling: Fin d’une idylle (1930) de Claude Anet, adapté par Joseph Kessel. Dans son genre, une indéniable réussite, au charme pérenne et à l'élégance souveraine. Le film est nominé pour sa réalisation au Festival de Venise 1936, obtient le New York Film Critics Circle Award et figure parmi les dix meilleurs films étrangers du National Board of Review (New York) en 1937.
1949*Le Secret de Mayerling (FR) de Jean Delannoy 
Codo Cinéma-Productions Claude Dolbert, 93 min. – av. Jean Marais (Rodolphe), Dominique Blanchar (Mary Vetsera), Jean Debucourt (l’empereur François-Joseph), Marguerite Jamois (Elisabeth d’Autriche), Silvia Montfort (archiduchesse Stéphanie), Jacques Dacqmine (archiduc François-Ferdinand), Michel Vitold (archiduc Jean [Johann]-Salvator), Claude Farrell (comtesse Maria Larisch), Jane Marken (baronne Vetsera), François Richard (Prince de Saxe Cobourg).
Rodolphe de Habsbourg et Mary Vetsera sont ici victimes d’un assassinat politique maquillé en drame passionnel, un complot impliquant les services secrets de l’archiduc François-Ferdinand, car Rodolphe prépare un coup d’État avec son cousin libéral Johann Salvator. Une thèse intéressante développée dans ce drame somptueux que Delannoy tourne aux studios Eclair à Epinay-sur-Seine, dans les Vosges et dans la région Seine-et-Oise. Jean Marais dans un de ses meilleurs rôles. Les décors de Raymond Druart sont réutilisés pour "Gigi" de Jacqueline Audry, tourné simultanément.
1950(tv) Mayerling (US) de Richard Oswald (+ prod.) 
pilote de la série « Destiny / The Last Half Hour », R. Oswald TV Productions, 30 min. – av. Dan O’Herlihy (Rodolphe), Margaret Harris (Mary Vetsera), Gertrude Michael, Ellen Ralph, Ludwig Stoessel, Fritz Feld.
1953(tv) The Riddle of Mayerling (US)
série « Suspense » no. 214 (CBS 22.9.53), 30 min. – av. Christopher Plummer (Rodolphe), Viveca Lindfors (Mary Vetsera), Lilia Skala (comtesse Marie Larisch), Ross Martin.
1955Kronprinz Rudolfs letzte Liebe / Mayerling (AT) de Rudolf Jugert 
Sascha-Lux Filmproduktion Wien, 99 min. – av. Rudolf Prack (Rodolphe), Christina Hörbiger-Wessely (Mary Vetsera), Winnie Markus (comtesse Larisch), Lil Dagover (Elisabeth d’Autriche), Erik Frey (l’empereur François-Joseph), Greta Zimmer (princesse Stéphanie), Adrienne Gessner (baronne Vetsera), Attila Hörbiger (Bratfisch, le cocher), Walter Reyer (archiduc Johann Salvator), Otto Woegerer (baron Krauss, chef de la police). – Tournage en Agfacolor et Agfascope à Mayerling, Schönbrunn et Heiligenkreuz.
1955(tv) Meeting at Mayerling (US) de Fletcher Markle 
série « Front Row Center » (CBS 21.9.55), 60 min. – av. Claude Dauphin (Rodolphe), Marisa Pavan (Mary Vetsera), Mary Forbes (Elisabeth d’Autriche), Isobel Elsom, Fred Essler, Kurt Katch, John Wengraf.
1956(tv) Le Secret de Mayerling (FR) de Guy Lessertisseur, Stellio Lorenzi 
série « Les énigmes de l’Histoire » (1e Ch. RTF 22.5.56). – av. Jean Pâqui (Rodolphe), Pierrette Bruno (Mary Vetsera), Roger Carel (prince de Cobourg), Jacques Mauclair (Krauss), Jean Galland (l’empereur François-Joseph), Margo Lion (baronne Vetsera), Hubert de Lapparent (Ouroussoff).
1956(tv) The Mayerling Affair (GB) de Rudolph Cartier 
série « BBC Sunday-Night Theatre » (BBC1 11.3.56), 90 min. – av. Keith Mitchell (Rodolphe), Mai Zetterling (Mary Vetsera), André Van Gyseghem (l’empereur François-Joseph), Margaretta Scott (Elisabeth d’Autriche), Beryl Baxter (princesse Stéphanie), Charles Victor (Bratfisch, le cocher), Anthony Dawson (archiduc Johann Salvator), Diana Blackwood (Agnes), Sophia Dresdel (comtesse Maria Larisch), Cyril Shaps (Johann Loschek).
1957*(tv) Mayerling (US) d’Anatole Litvak, Kirk Browning (tv) 
série « Producer’s Showcase » (Henry & Saul Jaffe) for Anatole Litvak Prod.-National Broadcasting Company (NBC 4.2.57), 90 min. – av. Audrey Hepburn (Mary Vetsera), Mel Ferrer (Rodolphe), Raymond Massey (Taafe, Premier ministre), Basil Sidney (l’empereur François-Joseph), Diana Wynyard (Elisabeth d’Autriche), Judith Evelyn (comtesse Maria Larisch), Isobel Elsom (baronne Vetsera), Ian Wolfe (Loschek), Nehemiah Persoff.
Ami d'Audrey Hepburn et Mel Ferrer, Litvak réunit les époux (vedettes récentes de « War and Peace » de King Vidor) pour ce remake en Technicolor de son film de 1936, enregistré aux studios NBC à New York d’après le roman de Claude Anet (scénario: Michael Dyne, Litvak). Litvak y insère des plans tournés par ses soins à Vienne et des extérieurs à St. Nicholas Arena (West 66th Street). Litvak étant un néophyte en matière de télévision, Kirk Browning est chargé de la supervision technique. Alors la production la plus onéreuse – 620’000 $ – , la plus ambitieuse (107 rôles, 30 décors) et la plus médiatisée (couverture et reportage couleurs dans « Life ») de l’histoire de la télévision. À redécouvrir, malgré quelques critiques négatives de l’époque qui incriminent le cumul de clichés alignés, un scénario soporifique et le jeu figé de Mel Ferrer. La presse vante la haute qualité et le panache de cette production, au point où la NBC charge Paramount de la distribuer en salle en Europe (sans succès), plus tard au Japon. Un must pour les fans d'Audrey Hepburn.
1964(tv) Le Drame de Mayerling (FR) de Stellio Lorenzi 
série « La caméra explore le temps » (1e Ch. RTF 2.5.64). – av. Pierre Vaneck (Rodolphe), René Dary (l’empereur François-Joseph), Danièle Palmero (Mary Vetsera), Perrette Pradier (comtesse Maria Larisch), Lila Kedrova (baronne Vetsera), Jeanne Boitel (Elisabeth d’Autriche), Monique Morisi (princesse Stéphanie), Jacques Lalande (Cobourg), Max Amyl (comte Joseph Hoyos).
Mary Vetsera (Catherine Deneuve) et l’archiduc (Omar Sharif) dans « Mayerling » de Terence Young (1968)
1968Mayerling (GB/FR) de Terence Young 
R. Dorfmann-E. TuchererFilms Corona-Winchester Films, 141 min. – av. Omar Sharif (Rodolphe), Catherine Deneuve (Mary Vetsera), James Mason (l’empereur François-Joseph), Ava Gardner (Elisabeth d’Autriche), James Robertson Justice (Edward, prince de Galles), Andréa Parisy (princesse Stéphanie), Geneviève Page (comtesse Marie Larisch), Ivan Desny (comte Joseph Hoyos), Jacques Dorfmann (étudiant).
Malgré un casting de grande classe internationale, un film au romantisme fabriqué, pesant, surchargé de lambris dorés et interminable, tiré du roman de Claude Anet. Un désastre au box-office. Tournage aux studios de Boulogne-Billancourt, dans la région de Pontarlier et de Métabief (Doubs).
1975*Vizi privati, pubbliche virtu / Privatni poroci, vrline javne (Vices privés, vertus publiques) (IT/YU) de Miklós Jancsó 
Filmes (SPA) Rome-Jadran, 105 min. – av. Lajos Balazsovits (Rodolphe), Pamela Villoresi (Sophie), Therese Ann Savoy (Mary Vetsera), Laura Betti (Thérèse), Franco Branciaroli (le duc), Ivica Pajer, Umberto Silva, Zvonimir Crnko, Demeter Bitenc.
L’archiduc, sa maîtresse et quatre de leurs amis (qui ont manqué un complot contre François-Joseph) sont abattus par des tueurs lors d’une orgie sexuelle. Dans son approche abstraite du paternalisme de droit divin, Jancso transforme Mary Vetsera en Mary l’hermaphrodite, artiste de cirque.
1978(tv) MacMillan’s Mayerling (GB) de Derek Bailey 
« The South Bank Show », London Weekend Television (ITV 17.6.78). – av. David Wall (Rodolphe), Lynn Seymour, Merle Park, Georgina Parkinson. – Le ballet de Kenneth MacMillan enregistré au Royal Opera House à Covent Garden.
1989*(tv) Der Kronprinz (HU/AT/DE) de Miklós Szinetár 
MTV-ORF-BR (ORF1 25.1.89), 105 min. – av. István Hirtling (Rodolphe de Habsburg), Adél Kováts (Mary Vetsera), István Avar (Lukács), Pál Mácsai (Peters), Ulrike Beimpold (princesse Stephanie), Mijou Kovács (Elisabeth d’Autriche), Alfred Reiterer (François Joseph). – Le prince héritier non en amoureux tragique, mais en politicien dérangeant et prometteur (scénario de Brigitte Hamann).
2006(tv) Kronprinz Rudolf – 1. Der Rebell – 2. Mayerling / Kronprinz Rudolfs letzte Liebe / Kronprinz Rudolf – Sissis einziger Sohn / The Crown Prince / Prince Rodolphe : l’héritier de Sissi / Il destino di un principe (AT/FR/DE/IT) de Robert Dornhelm 
EOS Entertainment-MR Film GmbH Wien-ORF-ARD Degeto Film-RAI Fiction (ORF 30.4.06), 180 min. (2 parties). – av. Max von Thun (Rodolphe), Klaus Maria Brandauer (François Joseph), Vittoria Puccini (Mary Vetsera), Sandra Ceccarelli (Elisabeth d’Autriche), Omar Sharif (le peintre Hans Canon), Christian Clavier (Premier ministre Taafe), Alexandra Vandernoot (Mary Vetsera), Daniela Golspashin (princesse Stéphanie de Belgique), Fritz Karl (l’archiduc Johann), Robert Stadlober (Wilhelm II), Karl Markovics (Bombelles), Nikolaus Paryla (Johann Loschek), Gabriel Byrlli (Miguel de Braganza de Portugal), Julia Cencig (comtesse Maria Larisch), Wolfgang Böck (Bratfisch, le cocher), Francesca von Habsburg (la reine Marie-Henriette de Belgique), Roman Martin (Johann Strauss), Lothar Michael Proksch (Léopold II de Belgique), Roland Schröck (Léopold/Luitpold de Bavière), Peter Woy (Coburg).
Superproduction télévisuelle opulente et creuse, filmée sur les lieux historiques en Autriche (Schönburg, Wiener Staatsoper, Lachsenburg), avec 3500 figurants.
2010(tv-mus) Mayerling (GB) de Ross MacGibbon
The Royal Opera House, Covent Garden-BBC Opus Arte (6.4.10), 159 min. - Edward Watson (Rodolphe), Mara Galeazzi (Marie Vetsera), Iohne Loots (la princesse Stephanie), Sarah Lamb (la comtesse Marie Larisch), Zenaida Yanowsy (l'impératrice Elisabeth) et les artistes de The Royal Ballet.
Un ballet néoclassique chorégraphié par Sir Kenneth MacMillan sur la musique de Franz Liszt (arrangée par John Lanchbery), direction musicale de Barry Wordsworth. Scénario de Gillian Freeman. Le ballet a été créé à Londres le 14 février 1978 par MacMillan, repris en 1983 au Metropolitan Opera House à New York et en 2013 à Moscou (Stanislavsky Ballet).