XI - LA RUSSIE

6. ARTISTES, SAVANTS ET PERSONNALITÉS DIVERSES de la Russie du XIXe siècle (biographies)

6.2. MUSIQUE & DANSE

MIKHAIL IVANOVITCH GLINKA (1804-1857)
1946Glinka (Le Grand Glinka) (SU) de Lew O. Arnstam ; Mosfilm, 116 min. – av. Boris Chirkov (Mikhail Glinka), V. Serova (Maria Ivanovna Glinka, sa femme), Boris Livanov (tsar Nicolas I), P. Aleinikov (Pouchkine), M. Derjavine, Sacha Sobolev, E. Kondracheva. – Enfant, Glinka est témoin de la prise de Smolensk en 1812, de la retraite de Russie ; plus tard du poutch manqué des Décembristes en 1825 ; composition de « Rousslan et Ludmilla ».
1952Kompozitor Glinka (Le Compositeur Glinka) (SU) de Grigorij Aleksandrov ; Mosfilm, 106 min. – av. Boris Smirnov (Mikhail Glinka), Lyubov Orlova (Ludmilla Glinka, sa soeur), Leonid Durassov (Pouchkine), G. Vissin (Gogol), Mikhail Nazvanov (tsar Nicolas I), Svjatoslav Richter (Franz Liszt).
1970® Szerelmi álmok – Liszt Ferenc (HU) de Màrton Keleti. – av. Petr Shelokhov (Glinka).
MODEST MUSSORGSKI (1839-1881)
1948® Song of My Heart (US) de Benjamin Glazer. – av. Lewis Howard (Modest Mussorgski).
1950Musorgskij (SU) de Grigorij Rochal ; Lenfilm, 122 min. – av. Aleksandr Borissov (Modest Mussorgski), Nikolai Tcherkassov (le critique Vladimir Stasov), Vladimir Balachov (Balakirev), Andreij Popov (Nikolaï Rimsky-Korsakoff), Jurij Leonidov (Borodine). – Action située à Saint-Pétersbourg 1858-1874.
NICOLAI RIMSKY-KORSAKOFF (1844-1908)
1947Song of Sheherezade (Schéhérazade) (US) de Walter Reisch ; Edward Kaufman/Universal, 107 min. – av. Yvonne De Carlo (Cara de Talavera), Jean Pierre Aumont (Nicolaï Rimsky-Korsakoff), Eve Arden (Mme de Talavera), Phillip Reed (prince Mischetsky). – Un argument de pure invention, dont l’action est située en 1865 dans un port de la côte marocaine. Marin de la flotte russe, Rimsky-Korsakoff y rencontre dans un cabaret une danseuse, Cara, à laquelle il raconte sa passion pour la musique, dont il s’éprend follement et qu'il tente de faire monter sur le bateau déguisée en matelot; mais la supercherie est vite découverte et le capitaine renvoie la passagère clandestine à terre. La belle Cara va l'inspirer l’inspirer pour écrire sa « Schéhérazade » ; il la retrouvera des années plus tard à l’Opéra de Saint-Pétersbourg, où elle interprète ce rôle. Une curiosité réalisée en Technicolor par le grand scénariste autrichien Walter Reisch, émigré à Hollywood en 1937.
1948® Song of My Heart (US) de Benjamin Glazer. – av. David Leonard (Rimsky-Korsakoff).
1950® Musorgskij (SU) de Grigorij Rochal. – av. Andreij Popov (Nikolaï Rimsky-Korsakoff).
1952Rimskij-Korsakow (SU) de Grigorij Rochal, Gennady Kazansky ; Lenfilm, 114 min. – av. Grigorij Belov (Rimsky-Korsakoff), Nicolaj Tcherkassov, Alexander Borissov, Lilia Gritsenko, Victor Khokhryakov, Lilia Sukharevskaya, Alexander Ognivtsev. – Rimsky-Korsakoff triomphe enfin à Saint-Pétersbourg avec son opéra « Sadko ».
PIOTR ILLITCH TCHAÏKOVSKY (1840-1893)
1939Es war eine rauschende Ballnacht (Pages immortelles) (DE) de Carl Froelich ; Ufa, 95 min. – av. Zarah Leander (Katharina Alexandrovna Murakina), Aribert Wäscher, Hans Stüwe (Piotr Illitch Tchaïkovsky), Marika Rökk, Leo Slezak, Fritz Rasp.
1943® Heavenly Music (US) de Josef Berne. – av. Lionel Royce (Piotr Illitch Tchaïkovsky).
1947® Carnegie Hall (US) d’Edgar G. Ulmer. – av. Alfonso D’Artega (Piotr Illitch Tchaïkovsky).
1948Song of My Heart (US) de Benjamin Glazer ; Symphony Films, 85 min. – av. Frank Sundstrom (Piotr Illitch Tchaikovsky), Audrey Long, Sir Cedric Hardwicke, Mikhail Rasumny, David Leonard (Rimsky-Korsakoff), John Hamilton (tsar Alexandre II), Robert Barron (Alexandre Borodine), Lewis Howard (Modest Mussorgski).
1959(tv+ciné) The Peter Tchaikovsky Story (US) de Charles Barton ; Walt Disney Prod. (The Disney Channel 30.1.59). – av. Grant Williams (Piotr Illitch Tchaïkovsky), Rex Hill, Lilyan Chauvin, Leon Askin.
1965Tretya molodost [Troisième jeunesse] (La Nuit des adieux) (SU/FR) de Jean Dréville, Isaac Mikhailovitch Menaker ; Lenfilm-Film Alkam-Cocinor-CICC, 130 min. – av. Gilles Segal (Marius Petipa, 1818-1910), Oleg Strizhenov (Piotr Illitch Tchaïkovsky), Jacques Ferier, Natalya Velichko, Nikolai Tcherkassov (Guedeonov), Alla Larionova, Yevgeniya Sokolova, Pierre Bolin (Petipa père). – Emigré de France en Russie en 1847, le grand chorégraphe marseillais Marius Petipa (1818-1910) renouvelle l’art du ballet au Théâtre Impérial de Saint-Pétersbourg en collaboration avec Tchaïkovski (« La Belle au Bois Dormant »). Un joli succès public en Union soviétique, un bide en France.
1969*Tchaikovsky / Chaykovskij (SU/[US]) d’Igor Talankin (supervision : Dimitri Tiomkin) ; Mosfilm-[Warner Bros.], 150 min. / 96 + 100 min. – av. Innokenti Smoktunovski (Piotr Illitch Tchaikovsky), Antonina Chouranova (Nadedja von Meck), Maya Plissetskaya (Désirée Artaud), Vladislav Strjeltchik (Nikolai Rubinstein), Lilia Youdina (Antonia Tchaikovski), Evgenji Evstigneev (Laroche), Laurence Harvey (narration, vers. anglaise). – Tourné en Sovscope 70 aux studios Mosfilm à Moscou. Prix d’interprétation au festival de Saint-Sébastien, nomination à l’Oscar (meilleur film étranger, meilleure adaptation musicale). Dans sa publicité (Sovexportfilm), l'URSS tait la participation financière de la Warner et le rôle de Tiomkin.
1970**The Music Lovers (Music Lovers – La Symphonie pathétique) (GB) de Ken Russell ; Transamerica-Russfilms-United Artists, 123 min. – av. Richard Chamberlain (Piotr Illitch Tchaikovsky), Glenda Jackson (Antonia Milyukova), Max Adrian (Nikolaï Rubinstein), Christopher Gable (comte Anton Chiluvskiy), Isabella Telezynska (Mme von Meck), Kenneth Colley (Modest Tchaikovsky), Sabina Maydelle (Sasha Tchaikovsky). – Action située en 1875. Ecrit et réalisé par l’excentrique Ken Russell, cette version présente pour la première fois l’homosexualité du musicien comme la principale cause de son rejet social et de ses malheurs conjugaux. Tchaikovsky, remarquablement interprété par Chamberlain, sensible, tourmenté, extraverti, est dépeint comme un névrosé uniquement capable de composer dans l’hystérie de ses problèmes personnels et relationnels. Une provocation baroque – qui déroute le public – où côtoient génie créatif, érotisme, grandeur, envolées symphoniques et mauvais goût.
1981(tv) Er liebt sie unendlich – Tschaikowski (DE-RDA) de Karin Hercher (DDR1 19.8.81), 80 min. – av. Ekkehard Schall (Piotr Illitch Tchaikovsky), Christine Gloger (Nadeshda von Meck).
1997® (tv) Great Composers (GB) de Simon Broughton. – av. Ian McKellan (Piotr Illitch Tchaïkovsky).
2007(tv) Tchaikovsky – 1. The Creation of Greatness – 2. Fortune and Tragedy (GB) de Matthew Whiteman (BBC2 27.1.+2.2.07), 2 x 55 min. – av. Ed Stoppard (Piotr Tchaikovsky), William Mannering (Modest Tchaikovsky), Alice Glover (Antonina Apukhtin), Gyuri Sarossy (Alekseï Apukhtin), Sam Marks (Vladimir Davidov), David Acton (Dr. Bertenson), Martin Parr (prince Mechtchersky), Lucy Briers (Madesdha von Meck).