XII - LES ÉTATS-UNIS AU XIXe SIÈCLE

5. ABRAHAM LINCOLN et LES PRÉMISSES DE LA GUERRE CIVILE 1861/1865

Lincoln (Walter Huston) se résout à déclencher la guerre contre les États du Sud (« Abraham Lincoln », 1930)

5.3. ABRAHAM LINCOLN (1809-1865)

Seizième président des Etats-Unis en 1860, candidat républicain anti-esclavagiste. Débats célèbres avec le sénateur Stephen Arnold Douglas (1813-1861) à Washington. Quoique raciste affirmé, convaincu de la supériorité de la dite « race blanche » (comme la majorité de ses contemporains blancs), il est un fervent opposant à l’esclavage et son engagement est une des causes politiques de la guerre de Sécession. Abattu d’un coup de revolver le 14 avril 1865, six jours après la fin du conflit, par le comédien John Wilkes Booth (1839-1865). – Premier amour de Lincoln : Ann Rutledge (ca. 1813-1835), une fille d’aubergiste rencontrée en 1833 et qui succombe à la fièvre typhoïde. Son épouse Mary Ann Todd Lincoln (1818-1882) sera, elle, internée dans une clinique psychiatrique en 1875, après le décès de son mari et de ses fils Willie et Tad.
Apparitions de Lincoln à l’écran (sauf les films concernant la guerre de Sécession, cf. infra). La chasse aux assassins, l’exécution inique de Mary Surratt et la condamnation du docteur Samuel A. Mudd, accusé à tort d’être un acolyte de Booth, cf. le chapitre Reconstruction, sous la présidence d’Andrew Johnson (7.1).
1908The Life of Abraham Lincoln (US) de Phil Rosen 
Essanay Film Mfg., 975 ft./15 min. – av. Paul Logan (Abraham Lincoln). – Premier épisode d’un série intitulée « Flashlights of American History ».
1908The Reprieve, an Episode in the Life of Abraham Lincoln (US)
Vitagraph Co. of America, 1 bob./122 m./5 min. – Lincoln accorde la grâce à une sentinelle endormie.
1909The Assassination of Lincoln (US)
The Penn Motion Picture, Co., 700 ft./1 bob./10 min.
1910La Fin de Lincoln (FR) de Camille de Morlhon 
SAPF-Pathé, 265 m. – av. Louis Ravet (Abraham Lincoln), Henri Desfontaines (John Wilkes Booth).
1911His First Commission (US)
Edison Mfg. Co., 990 ft. – av. Charles Brabin (Abraham Lincoln), Yale Boss (Tad Lincoln).
1912The Higher Mercy (US) de William V. Ranous 
Vitagraph Co. of America, 1 bob. – av. Ralph Ince (Abraham Lincoln), Julia Swayne Gordon, James Morrison, Rose Tapley (Mary Todd Lincoln), Kenneth Casey (Tad Lincoln, leur fils), Norma Talmadge.
1912® The Fall of Black Hawk (US) de Joseph Sullivan & William Lee. – av. Harry G. Lonsdale (Abraham Lincoln). – Lincoln sauve Jefferson Davis lors d’une attaque des Peaux-Rouges en 1832, cf. guerres indiennes.
1913From Rail Splitter to President (US) de Francis Ford 
Gold Seal Prod., 2 bob. – av. Francis Ford (Abraham Lincoln), Grace Cunard, Edgar Keller, Fred Montague. – La vie du président en tant qu’homme de paix.
1913Lincoln for the Defense (US)
Pilot Films Corp., 1 bob. – Lincoln renonce à sa campagne au Congrès pour prendre la défense d’un jeune homme injustement accusé de meurtre.
1913The Man Who Knew Lincoln (US) de Ralph Ince 
Vitagraph Co. of America, 2 bob. – av. Ralph Ince (Abraham Lincoln). – Des incidents de la vie du futur président.
1913Sorrows of Lincoln (US)
Nestor Film-Universal, 2 bob./25 min. – av. Francis Ford (Abraham Lincoln).
1914Lincoln the Lover (US) de Ralph Ince 
Vitagraph Co. of America, 1000 ft./15 min. – av. Ralph Ince (Abraham Lincoln), Anita Stewart (Ann Rutledge), Logan Paul, Edward K. Lincoln, John Hines. – Vie privée et premier amour du président.
1915® The Battle Cry of Peace (US) de J. Stuart Blackton & Wilfrid North. – av. William J. Ferguson (Abraham Lincoln).
1915The Life of Abraham Lincoln (US) de Langdon West 
Edison Mfg. Co., 2 bob./25 min. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln).
1917The Lincoln Cycle : – 1. My Mother : The Spiritual Man – 2. My Father : The Physical Man – 3. Myself : The Lincoln Man – 4. The Call to Arms / Her Country’s Call (US) de John M. Stahl & Lloyd Ingraham (épis. 4) 
Benjamin Chapin Studios-Charter Features Corp., 8 bob. – av. Benjamin Chapin (Abraham Lincoln / Tom Lincoln), Charlie Jackson (Lincoln enfant), Madeline Clare (Nancy Hanks Lincoln, la mère), John Stafford, Mary Miles Minter, George Periolat, Allan Forrest, Henry A. Barrows. – Enfance du futur président au Kentucky, son amour juvénile pour Ann Rutledge, ses causes défendues en Illinois et son élection en 1861.
1917/18The Son of Democracy : – Old Abe – At the Slave Auction – Tender Memoires – Under the Stars – Down the River – The President’s Answer – Lincoln’s Thanksgiving Story (US) de Benjamin Chapin 
Benjamin Chapin Studios-Artcraft-Paramount-Famous Lasky, 7 x 2 bob. – av. Benjamin Chapin (Abraham Lincoln). – Divers épisodes de la vie de Lincoln.
1918® My Own United States (US) de John W. Noble. – av. Gerald Day (Abraham Lincoln). – cf. La conspiration d’Aaron Burr (1807).
1920The Land of Opportunity (US) de Ralph Ince 
Select-Louis J. Selznick-Americanization Committee, 2 bob./20 min. – av. Ralph Ince (Abraham Lincoln). – Lincoln sacrifie des engagements politiques pour prendre la défense d’un garçon accusé à tort au tribunal.
1922® In the Days of Buffalo Bill (US) d’Edward Laemmle. – av. Joel Day (Abraham Lincoln).
1924Abraham Lincoln / The Dramatic Life of Abraham Lincoln (US) de Phil Rosen 
Rockett-Lincoln (First National), 11’380 ft./12 bob. – av. George A. Billings (Abraham Lincoln), Ruth Clifford (Ann Rutledge), William Humphrey (Stephen A. Douglas), Nell Craig (Mary Ann Todd Lincoln), Homer Willits (John Hay), William Moran (John Wilkes Booth), Walter Rogers (gén. Ulysses Grant), Alfred Allen (gén. George Gordon Meade), James Welch (gén. Robert E. Lee), Miles McCarthy (gén. Robert Anderson), W. L. McPheeters (Allan Pinkerton), Newton Hall (Tad Lincoln), Danny Hoy (Lincoln enfant), Irene Hunt (Nancy Hanks Lincoln), Fay McKenzie (Sarah Lincoln).
1924® Wide Open Spaces / Wild Bill Hiccup (US) de George Jeske (c.m.). – av. Charles Dudley (Abraham Lincoln).
1924® The Iron Horse (Le Cheval de fer) (US) de John Ford. – av. Charles Edward Bull (Abraham Lincoln). – Lincoln ratifie la construction d’un chemin de fer transcontinental en 1862. – cf. Reconstruction.
1924Abraham Lincoln (US) de J. Searle Dawley 
DeForest Phonofilm Co., 15 min. – Film sonore.
1925® The Man Without A Country (US) de Rowland V. Lee. – av. George Billings (Abraham Lincoln). – cf. la conspiration d’Aaron Burr (1807).
1929[Lincoln (US) de Terry Ramsaye ; Pathé Exchange, 1 bob./7 min. – av. Robert Lincoln. – documentaire.]
1929Two Americans (US) de John Meehan ; Paramount (son), 2 bob. – av. Walter Huston (Abraham Lincoln).
1930*Abraham Lincoln (Abraham Lincoln / La Révolte des esclaves) (US) de David Wark Griffith 
Joseph M. Schenck/Feature Prod.-United Artists, 97 min. – av. Walter Huston (Abraham Lincoln), Una Merkel (Ann Rutledge), Kay Hammond (Mary Todd Lincoln), Ian Keith (John Wilkes Booth), Cameron Prudhomme (John Milton Hay), Fred Warren (gén. Ulysses S. Grant), Frank Campeau (gén. Philip Sheridan), Hobart Bosworth (gén. Robert E. Lee), Helen Freeman (Nancy Hanks Lincoln), Oscar Apfel (Edwin McMasters Stanton), E. Alyn Warren (sénateur Stephen Arnold Douglas).
Premier film sonore de Griffith (et son avant-dernier), budget important, bonne interprétation de Walter Huston. Le résultat global est toutefois décevant, le cinéaste semblant paralysé par le respect pour le personnage. Le scénario du poète Stephen Vincent Benet est modifié par les producteurs.
L’assassinat du président Lincoln (Walter Huston) dans sa loge de théâtre (« Abraham Lincoln » de D. W. Griffith, 1930)
 
1930 (ca.)Abraham Lincoln (US)
F. C. Pictures Distribut. [d’apr. th John Drinkwater], 25 min. – av. Frank McGlyn (Abrahm Lincoln).
1931Lincoln’s Early Days in Indiana (US) de Bess V. Ehrman
(+ prod.).
1931® Two-Fisted Justice (US) de George Arthur Dunham. – av. Joe Mills (Abraham Lincoln).
1932® The Phantom President (US) de Norman Taurog. – av. Charles Middleton (Abraham Lincoln).
1933® The Road Is Open Again (US) d’Alfred E. Green (c.m.). – av. Charles Middleton (Abraham Lincoln).
1934® Are We Civilized ? (US) d’Edwin Carewe. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln).
1935® The Silk Hat Kid (US) de H. Bruce Humberstone. – av. Sidney Miller (Abraham Lincoln).
1936® The Prisoner of Shark Island (Je n’ai pas tué Lincoln) (US) de John Ford. – av. Francis McDonald (John Wilkes Booth), Frank McGlynn (Abraham Lincoln), Leila McIntyre (Mary Ann Todd Lincoln). – cf. Reconstruction (7.1).
1937® Courage of the West (US) de Joseph H. Lewis. – av. Albert Russell (Abraham Lincoln), Charles French (Edwin McMasters Stanton).
1937® The Plainsman (Une aventure de Buffalo Bill) (US) de Cecil B. DeMille. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln), Leila McIntyre (Mary Ann Todd Lincoln), Edwin Maxwell (Edwin McMasters Stanton). – cf. Wild Bill Hickok.
1937® The Man Without a Country (US) de Crane Wilbur. – av. Charles Middleton (Abraham Lincoln). – cf. conspiration d’Aaron Burr (1807).
1937® Wells Fargo (US) de Frank Lloyd. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln).
1937® Victoria the Great (GB) de Herbert Wilcox. – av. Percy Parsons (Abraham Lincoln).
1938Strange Glory (US) de Jacques Tourneur 
« An Historical Mystery » MGM, 11 min. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln), Fay Helm (Anna Ella Carroll), Jack Gray (gén. Ulysses S. Grant), Addison Richards, Byron Foulger.
1938® Of Human Hearts (US) de Clarence Brown. – av. John Carradine (Abraham Lincoln).
1938® The Lone Ranger (US) de William Witney & John English (sérial). – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln).
1939® The Mad Empress (Juarez and Maximilian) (US/MX) de Miguel Contreras Torres. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln). – cf. France : Napoléon III.
1939® Old Hickory (US) de Lewis Seiler. – av. Frank Wilcox (Abraham Lincoln).
Jeune avocat, Lincoln (Henry Fonda) est un adversaire pugnace (« Young Mr. Lincoln » de John Ford, 1939)
1939***Young Mr. Lincoln (Vers sa destinée) (US) de John Ford 
Darryl F. Zanuck/20th Century-Fox, 100 min. – av. Henry Fonda (Abraham Lincoln), Alice Brady (Abigail Clay), Marjorie Weaver, Arleen Whelan, Eddie Collins, Marjorie Weaver (Mary Ann Todd Lincoln), Milburn Stone (sénateur Stephen Arnold Douglas), Scrub White (James Preston Metzker), Ward Bond (John Palmer Cass [=William Armstrong]).
Springfield, Illinois, en 1832. Jeune avocat idéaliste de 23 ans, Lincoln défend avec succès une cause qui semblait perdue (le cas de William « Duff » Armstrong, accusé d’homicide involontaire en mai 1858 à Beardstown. Ode aux valeurs démocratiques de l’Amérique rurale et pauvre, attachée à la simplicité et à la sincérité du jeune Lincoln, 49 ans, dépeint ici comme un authentique fils de la frontière, véritable autodidacte. Le script de Lamar Trotti montre comment se forma la pensée libérale du futur président. Plus intéressé par la justice que par la loi, Lincoln affronte une foule qui veut lyncher Armstrong, puis le sauve au tribunal en discréditant un témoin oculaire, après avoir employé successivement les armes du courage, de l’humour et de la gravité (« Ne faites pas ensemble ce que vous auriez honte de faire seul »). Chef-d’œuvre, un des films favoris de Ford, marqué par la parution en librairie du 6 ème et dernier volume de la biographie de Lincoln par Carl Sandburg (1926, 1939).
1939Lincoln in the White House (US) de William McGann 
Vitaphone-Warner Bros., 21 min. – av. Frank McGlynn Sr. (Abraham Lincoln), Dickie Moore (Tad Lincoln, son fils), Nana Bryant (Mary Ann Todd Lincoln), John Harron, Raymond Brown.
Divers événements durant la présidence, y compris la rédaction de la « Gettysburg Adress » (Prod. Teaching Film Custodians).
1939A Failure at Fifty (US) de Will Jason 
Metro-Goldwyn-Mayer (« A Miniature »), 10 min. – av. Edmund Glover (Abraham Lincoln), Mary Anderson (Ann Rutledge), Truman Bradley. – Un chômeur de 50 ans entend le récit de la jeunesse difficile du président.
1940*Abe Lincoln in Illlinois / Spirit of The People (Abraham Lincoln) (US) de John Cromwell
RKO, 104 min. – av. Raymond Massey (Abraham Lincoln), Gene Lockhart (sénatur Stephen Arnold Douglas), Ruth Gordon (Mary Ann Todd Lincoln), Mary Howard (Ann Rutledge), Harvey Stephens (Ninian Edwards), Elizabeth Risdon (Sarah Lincoln), Charles Middleton (Tom Lincoln), Sonny Bupp (Willie Lincoln), John Cromwell (John Brown), Henry Blair (Tad Lincoln).
La carrière de Lincoln, son enfance à New Salem, puis à Springfield, Illinois, en 1830, son métier de boutiquier et postier, son élection au Sénat, ses débats avec Stephen Arnold Douglas (1856), la mort de sa fiancée Ann Rutledge, son mariage avec Mary Todd et son élection à la présidence républicaine en 1860. La pièce très populaire de Robert E. Sherwood (aussi auteur du scénario et du roman homonyme, Prix Pulitzer 1939) devient un peu statique et bavarde à l’écran, le jeu de Raymond Massey est facilement théâtral. Lincoln est un monument de marbre, infaillible et solemne, opposé à tous les partis politiques. Le film ignore l’ambition politique personnelle de Lincoln, c’est son épouse et des sénateurs intéressés qui le poussent à Washington; en revanche, c'est le premier biopic de Lincoln qui aborde sans ambages la question de l'esclavage et des droits civiques, donc un film en rupture avec l'icône conciliatrice du président, père de toute la nation, cultivée avant l'ère Roosevelt. Applaudissements de la critique, échec public.
1940Dreams (US) de Felix E. Feist 
Metro-Goldwyn-Mayer (« John Nesbitt’s Passing Parade » no. 8), 10 min. – av. Peter Cushing. – Lincoln rêve de sa propre mort peu avant l’assassinat.
1940® Hi-Yo Silver (US) de William Witney & John English. – av. Frank McGlynn (Abraham Lincoln). – Remontage du sérial « The Lone Ranger » (1938).
1942® Tennessee Johnson (US) de William Dieterle. – av. Ed O’Neill (Abraham Lincoln), Richard Nichols (Tad Lincoln). – cf. présidence Andrew Johnson.
1942® March On, America ! (US) de Crane Wilbur (c.m.). – av. Frank McGlynn Sr. (AbrahamLincoln).
1944® Can’t Help Singing (US) de Frank Ryan. – av. William Sundholm (Abraham Lincoln).
1945(tv) Abe Lincoln in Illinois (US) d’Edward Sobol
(NBC 15.4.45), 120 min. – av. Stephen Courtleigh (Abraham Lincoln), Morton Stevens, Wendell K. Philllips (Bill Herndon), Alma Mansfield (Ann Rutledge), Grandon Rhodes, Mary Collins, Ralph Chambers Vinton Hayworth. – cf. version de 1940.
1946® Days of Buffalo Bill (US) de Thomas Carr. – av. Joel Day (Abraham Lincoln).
1950® Stage to Tucson (US) de Ralph Murphy. – av. James Griffith (Abraham Lincoln).
1950® Transcontinent Express / Rock Island Trail (US) de Joe Kane. – av. Jeff Corey (Abraham Lincoln).
1950(tv) Abe Lincoln in Illinois (US) de Frank Telford 
« The Pulitzer Prize Playhouse » (ABC 20.10.50). – av. Raymond Massey (Lincoln), Betty Field (Mary Todd Lincoln), Adele Longmire (Ann Rutledge), Kevin McCarthy (Seth Gale), Calvin Thomas (Joshua Speed), Wendell K. Phillips (William Herndon), Florida Friebus. – cf. version de 1940.
1950® Rock Island Trail (US) de Joseph Kane. – av. Jeff Corey (Abraham Lincoln).
1950(tv) Ann Rutledge (US)
série « Philco Television Playhouse » (NBC 12.2.50), 60 min. – av. Stephen Courtleigh (Abraham Lincoln), Grace Kelly (Ann Rutledge).
1950Lincoln in Illinois (US)
Kling Studios-Illinois State Film Library, 30 min. – av. G. William Horsley (Abraham Lincoln).
1951(tv) Abe Lincoln in Illinois (US) de Richard Goode 
« Lux Video Theatre » (CBS 12.2.51), 30 min. – av. Raymond Massey (Abraham Lincoln), Muriel Kirkland (Mary Todd Lincoln), Frank Tweddell (Stephen Douglas), Calvin Thomas (Josh Speed), Walter Davis (Sturveson), Charles Evans, Frank Tweddell, Joseph Foley, Ed Cullen.
1951(tv) A Kiss for Mr. Lincoln (US) de David Pressman 
série « Nash Airflyte Theatre » (CBS 22.2.51), 30 min. – av. Richard Greene, Grace Kelly, Bruce Gordon, Sarah Cunningham, Sarah Floyd. – Un président de banque utilise sa ravissante femme pour gagner un magnat des chemins de fer à la cause de Lincoln.
1951® New Mexico (US) d’Irving Reis. – av. Hans Conried (Abraham Lincoln).
1951**The Tall Target (Le Grand Attentat) (US) d’Anthony Mann 
Richard Goldstone/Metro-Goldwyn-Mayer, 78 min. – av. Dick Powell (John Kennedy), Paula Raymond (Ginny Beaufort), Adolphe Menjou (col. Caleb Jeffers), Marshall Thompson (Lance Beaufort), Leslie Kimmell (Abraham Lincoln), James Harrison (Allan Pinkerton).
En 1861, un attentat contre le président est déjoué à bord d’un train de nuit voyageant de Baltimore à Washington (tentative authentique baptisée « The Baltimore Plot »). Un superbe « film noir » en costumes, au suspense magistralement orchestré.
1952(tv) Abraham Lincoln (US) de Paul Nickell 
Anthony Barr Prod., pour « Studio One » no. 154 (CBS 26.5.52), 60 min. – av. Robert Pastene (Abraham Lincoln), James Dean (William Scott), Judith Evelyn (Mary Todd Lincoln), Harry Townes (Hook), Betty Low (Mrs. Stowe), Noel Leslie (Jennings), Frank Overton (Samuel Stone), Jean Adair (Susan Deddington), Charles Egelston (William Seward).
La pièce de John Drinkwater : un soldat condamné à mort pour s’être endormi est grâcié par le président.
1952(tv) Mr. Lincoln. The Early Years (US) de Norman Lloyd & Marion Parsonnet 
Richard de Rochemont-Vavin Inc.-TV-Radio Workshop of the Ford Foundation, série « Omnibus » no. 2 (CBS 16.11.52-5.2.53), 5 x 30 min. – av. Royal Dano (Abraham Lincoln), Jerome Courtland, Joanne Woodward (Ann Rutledge), Crahan Denton (Tom Lincoln), Otis Reed jr. (Lincoln jeune), Marian Seldes (sa mère), Crahan Denton (Tom Lincoln, son père), Alice Brewer (Sarah Lincoln jeune, sa sœur), Thomas Mitchell, Gene Lockhart, James Agee.
Les années de formation de Lincoln au Kentucky, dans l’Indiana et dans l’Illinois, d’après un scénario de James Agee (tournage sur les lieux historiques). Pour le premier épisode, le jeune Stanley Kubrick fonctionne comme réalisateur de seconde équipe, avant de se fâcher avec Norman Lloyd. (Parties : 1. « The End and the Beginning » – 2. « Nancy Hanks » – 3. « Growing Up » – 4. « New Salem » – 5. « Ann Rutledge » – Remonté en un téléfilm de 60 min. le 6.2.1955.)
1952(tv) The Daughter (US)
« The Schlitz Playhouse of the Stars », Meridian Prod. (CBS 8.2.52), 30 min. – av. Geraldine Fitzgerald (Mary Todd Lincoln), Juanita Hall (Mammy Salby). – La vie privée de l’épouse du président.
1952(tv) Woman with a Sword (US) de William Corrigan 
série « Hallmark Hall of Fame » (NBC 10.2.52). – av. Jayne Meadows (Anna Ella Carroll), Douglass Montgomery (Lemuel Evans), Sandy Kenyon (Dale Duncan), Henry Sharp (Abraham Lincoln), Robert Simon, Howard Wierum. – La vie de A. E. Carroll (de Maryland), conseillère proche et représentante d’Abraham Lincoln.
1953(tv) Lincoln’s Little Correspondent (US) d’Albert McCleery 
série « Hallmark Hall of Fame » no. 58 (NBC 8.2.53). – av. Dorothy Peterson (Grace Bedell), Crahan Denton, Natalie Trundy, Ellie Sommers, Charles Taylor, David White, Philippa Evans.
1953(tv) New Salem Story (US)
série « Cavalcade of America » (NBC 4.2.53), 30 min. – av. Jeff Donnell (Ann Rutledge), James Griffith (Abraham Lincoln), Lloyd Corrigan (juge Bowling Green). – Le premier amour de Lincoln.
1953(tv) No Greater Love (US)
série « Cavalcade of America » (NBC 10.12.53), 30 min. – av. James Griffith (Abraham Lincoln), Jeff Donnell (Ann Rutledge), Lloyd Corrigan (Bowling Green). – L’amour de Lincoln pour Ann Rutledge.
1953® San Antone (US) de Joseph Kane. – av. Richard Hale (Abraham Lincoln).
1953® (tv) The Capture of John Wilkes Booth (April 26, 1865) (US) de Bernard Girard ; série « You Are There ». – av. Michael O’Connell (John Wilkes Booth), Lawrence Dopkin (Edwin McMasters Stanton). – cf. Reconstruction, Andrew Johnson
1954(tv) The Nomination of Abraham Lincoln (May 1860) (US)
série « You Are There » no. 74 (CBS 31.10.54), 30 min.
1954(tv) Moonlight Witness (US) de Maurice Geraghty 
série « Cavalcade of America » no. 56 (NBC 2.11.54), 60 min. – av. Bruce Bennett (Abraham Lincoln), Rhys Williams, Claire Du Brey, Walter Reed, Michael Hall. – En pleine campagne politique au Sénat, Lincoln défend le fils d’un ami d’enfance accusé de meurtre.
1954(tv) The Thinking Heart – A Lincoln Biography (US)
série « Kraft Television Theatre » (ABC 11.2.54), 60 min. – av. Andrew Duggan (Abraham Lincoln), Nancy Marchand, Anthony Ross (narration).
1955(tv) Lincoln’s Doctor Dog (US) de Henry C. Potter 
série « The Screen Director’s Playhouse » no. 11 (NBC 14.12.55), 30 min. – av. Robert Ryan (Abraham Lincoln), Charles Bickford (Dr. Stone), Willis Bouchet (Edwin Stanton), Johnny Lee, Richard Long, Howard Wendell, Paul Keast. – Déprimé et découragé par le cours de la guerre, Lincoln se console avec un petit chien, cadeau de son médecin.
1955(tv) How Chance Made Mr. Lincoln President (US) de Leslie H. Martinson 
série « TV Reader’s Digest » no. 4 , Chester Erskine Prod. (ABC 7.2.55), 30 min. – av. Richard Gaines (Abraham Lincoln), Vivi Janiss (Mary Todd Lincoln), Ken Hardison (Robert Lincoln). – Les événements qui mènent Lincoln à la Maison Blanche en 1860.
1955(tv) Love Is Eternal (US)
[d’apr. Irving Stone] série « General Electric Theater » (CBS 13.2.55). – av. Teresa Wright (Mary Todd Lincoln), Richard Boone (Abraham Lincoln).
1955® Apache Ambush (US) de Fred F. Sears. – av. James Griffith (Abraham Lincoln).
1955® Prince of Players (US) de Philip Dunne. – av. John Derek (John Wilkes Booth), Stanley Hall (Abraham Lincoln), Sarah Padden (Mary Ann Todd Lincoln). – Carrière de l’acteur shakespearien Edwin Booth, dont le frère John Wilkes assassinera Lincoln (cf. biographies).
1955(tv) The Palmetto Conspiracy (US) de Charles Bennett 
série « Cavalcade of America » (NBC 7.6.55), 27 min. – av. Pierre Watkin (Allan Pinkerton), Richard Hale (Abraham Lincoln), Byron Palmer (Joseph Howard). – Baltimore 1861, la « National Detective Agency » d’Allan Pinkerton déjoue un complot d’assassinat contre le président fraîchement élu.
1956(tv) The Day Lincoln Was Shot (US) de Delbert Mann
[d’apr. Jim Bishop] ; « Ford Star Jubilee » no. 7 (CBS 1.2.56), 90 min. – av. Raymond Massey (Abraham Lincoln), Lillian Gish (Mary Todd Lincoln), Jack Lemmon (John Wilkes Booth), Charles Nolte, Billy Chapin, Raymond Bailey, Fay Roope, Charles Laughton (narrateur).
1956(tv) Prologue to Glory (US)
série « General Electric Theater » (CBS 12.2.56), 60 min. – av. John Ireland (Abraham Lincoln), Joanne Woodward (Ann Rutledge), Marjorie Rambeau (Grannie Rutledge), Lillian Bronson (Mrs. Rutledge), Herbert Ellis (ltn. Roberts).
1956(tv) The Stepmother (US)
série « Telephone Time », Hal Roach Studios (CBS 13.5.56), 30 min. – av. Frances Karath (Elizabeth), James Anderson (Thomas Lincoln), Rity Lynn (Sarah Bush Johnston), Ronnie Lee (Abraham Lincoln), Susan Whitney (Sarah, sa sœur aînée), Ronald R. Foster (Dennis).
En 1819, après le décès de son épouse Nancy, Thomas Lincoln se remarie avec Sarah Bush Johnston. Le jeune Abe rejette d’abord sa belle-mère, puis est conquis par sa gentillesse.
1956Washington Incident (US) de John Brahm 
« The Schlitz Playhouse of the Stars », Meridian Prod. (CBS 7.12.56), 30 min. – av. Mark Stevens (Abraham Lincoln), James Gregory (Morgan), Fredd Wayne (Pollack), Marilyn Saris, Dean Stockwell. – Ayant surpris une conversation dans une auberge, Lincoln est inquiet de la haine qui s’est amassée contre lui durant la guerre civile.
1957® The Story of Mankind (US) d’Irwin Allen. – av. Austin Green (Abraham Lincoln).
1957The Abductors (US) d’Andrew V. McLaglen 
Regal Films-Griffin Co., 80 min. – av. Victor McLaglen, George Macready, Gavin Muir, Fay Spain. – Complot pour subtiliser la dépouille d’Abraham Lincoln, Springfield, Illinois, en 1876.
1959(tv) The Conspiracy (US) de William Conrad ; série « Bat Masterson » (NBC 17+24.6.59), 2 x 30 min. – av. Arthur Shields (John Surratt), Diane Brewster, Paul Richards, Jerome Cowan, Ted De Corsia. – Pinkerton déjoue un complot d’assassinat contre Lincoln à Baltimore, en février 1861.
1959(tv) Abraham Lincoln : The Early Years / Mr. Lincoln (US) de Richard de Rochemont Prod. [d’apr. James Agee] « Omnibus » (NBC 1.2.59), 60 min. – av. Royal Dano (Abraham Lincoln), Joanne Woodward (Ann Rutledge), Marian Seldes, Blanche Chalet, Joanna Roos.
1959(tv) The Man Who Loved Lincoln (US) de Lew Landers e.a., série « Colt .45 » (ABC 3.5.59), 30 min. – av. Wayde Preston, Robert McQueeney (le comédien Edwin Booth), Hugh Sanders (Jameson), Roxane Berard (Adah Menken), Donald Buka (David Belasco).
1960(tv) No Bridge on the River (US) série « Riverboat » (NBC 24.10.60), 60 min. – av. Sandy Kenyon (Abraham Lincoln), Hayden Rorke (Ferdinand Maret), Pat Michon (Marie Maret), Denver Pyle (Jim Bledsoe), Bartlett Robinson.
1961(tv) The Lincoln Murder Case (US) série « DuPont Show of the Month » (CBS 18.2.61), 90 min. – av. Drummond Erskine (Abraham Lincoln), Andrew Pine, Luther Adler, House Jameson, Alexander Scourby, Roger Evan Boxill. – Le premier grand cas que le jeune Lincoln défend au tribunal.
1962® How the West Was Won (La conquête de l’Ouest) (US) de John Ford. – av. Raymond Massey (Abraham Lincoln).
1964(tv) Abraham Lincoln in Illinois (US) de George Schaefer [d’apr. Robert E. Sherwood] ; « Hallmark Hall of Fame » no. 44 (NBC 5.22.64), 90 min. – av. Jason Robards Jr. (Abraham Lincoln), Kate Reid (Mary Todd Lincoln), Hiram Sherman (juge Bowling Green), Ruy Poole (Seth Gale), Mildred Trares (Ann Rutledge), Jack Bittler (Stephen A. Douglas), Tom Slater (Robert Lincoln), Casey Peters (Willie Lincoln), James Broderick, Burt Brinckerhoff, Mildred Trases. – cf. version de 1940.
1964(tv) Thomas Hart Benton (US) de Lamont Johnson ; série « Profiles in Courage » no. 3, d’apr. John F. Kennedy (NBC 29.11.64), 60 min. – av. Brian Keith (Thomas Hart Benton), Carl Benton Reid, Meg Wyllie, Russell Collins, Geraldine McEwan, Lamont Johnson, Jason Wingreen. – Le sénateur du Missouri Thomas Hart Benton (1782-1858), sponsor des expéditions de John Charles Frémont (cf.) s’oppose à l’introduction de l’esclavage en Californie et prévient la sécession du Missouri en 1860.
1965® Der Schatz der Azteken / Les Mercenaires du Rio Grande (DE/FR/IT/YU) de Robert Siodmak. – av. Jeff Corey (Abraham Lincoln).
1966(tv) The Death Trap (US) de William Hale ; série « The Time Tunnel », Irwin Allen-20th Century Fox (ABC 2.12.66), 50 min. – av. Scott Marlowe, R. G. Armstrong (Allan Pinkerton), Ford Rainey (Abraham Lincoln), Tom Skerritt. – Pinkerton soupçonne un attentant contre Lincoln à l’aube de la guerre de Sécession.
1967(tv) Abramo Lincoln. Cronaca di un delitto / Politico (IT) de Daniele D’Anza (RAI 14.5.67), 4 épis. – av. Massimo Girotti (Abraham Lincoln), Jole Fierro, Tina Lattanzi, Antonio Crast. – L’assassinat de Lincoln et la fin de la guerre de Sécession.
1967(tv) Court Martial (US) de Virgil Vogel ; série « The Big Valley » (ABC 6.3.67), 60 min. – av. Henry Jones (gén. Alderson, conspirateur), Alan Bergmann, David Renard, L. Q. Jones, Paul Comi. – Un complot déjoué d’assassiner le président.
1969 (diffus. 1973)(tv) The Great Man’s Whiskers (US) de Philip Leacock ; Adrian Scott-NBC-Universal, 86 min. – av. Dennis Weaver (Abraham Lincoln), Dean Jones, Ann Sothern, John McGiver, Harve Presnell. – Une fillette suggère à Lincoln de se faire pousser des favoris.
1963(tv) The Savage Curtain (US) de Herschel Daugherty ; série « Star Trek » (NBC 7.3.69), 60 min. – av. Lee Bergere (Abraham Lincoln).
1972(tv-mus) The Trial of Mary Lincoln (US) de Kirk Browning (th+tv) (NET Opera Theater 14.2.72), 59 min. – av. Elaine Bonazzi (Mary Lincoln), Wayne Turnage (Robert Lincoln), Carole Bogard (Elizabeth Edwards, sœur de Mary), Chester Watson, Louise Parker, Julian Patrick. – Robert fait interner sa mère Mary Lincoln, mais ses motifs ne sont pas très clairs. Opéra de Thomas Pasatieri (libr. : Anne Howard Bailey) avec le Boston Symphony Orchestra. Emmy Award et TV Opera Prize au Festival de Salzburg.
1975(tv) The Rivalry (US) de Fielder Cook 
« The Hallmark Hall of Fame » no. 88 [d’apr. Norman Corwin] (PBS 12.12.75), 90 min. – av. Arthur Hill (Abraham Lincoln), Charles Durning (Stephen A. Douglas), Hope Lange (Mrs. Douglas). – Les débats publics entre Lincoln et Douglas en 1858.
1975[(tv) Lincoln / Carl Sandburg’s Lincoln (US) de George Schaefer ; David L. Wolper Prod. (6.9.75-12.1.76), 6 x 60 min. – Documentaire – av. voix de Hal Holbrook (Abraham Lincoln), Sada Thompson (Mary Ann Todd Lincoln), David Huffman (Elmer Ellsworth), Catherine Burns (Sara).]
1976*(tv) The Last of Mrs. Lincoln (US) de George Schaefer 
KCET Los Angeles (16.9.76), 130 min. – av. Julie Harris (Mary Ann Todd Lincoln), Robby Benson (Tad Lincoln), Michael Cristofer (Robert Lincoln), Patrick Duffy (Lewis Edwards, leur cousin), Priscilla Morrill (Elizabeth Edwards, sœur de Mary), Denver Pyle (sénateur Austin), Jack Furlong.
Les 17 années de Mrs. Lincoln après la mort de son époux (1965), les dettes, le refus d’une pension, le décès de Tad en Allemagne (1870), l’internement en clinique sur conseil de son dernier fils, Robert (1875). Julie Harris magistrale dans un rôle qu’elle a déjà tenu à Broadway (couronné par le Tony Award).
1976® The Faking of the President (US) d’Alan Abel & Jeanne Abel. – av. William J. Daprato (Abraham Lincoln).
1976® (tv) Captains and the Kings (US) de Douglas Heyes, Allen Reisner. – av. Ford Rainey (Abraham Lincoln).
1977Guardian of the Wilderness / Mountain Man (US) de David O’Malley 
Sunn Classic Pictures, 112 min. – av. Denver Pyle (Galen Clark), John Dehner (le botaniste John Muir), Ken Berry (Zachary Moore), Cheryl Miller (Kathleen Clark), Ford Rainey (Abraham Lincoln). – 1856-1864, le combat écologique de Galen Clark (†1910) pour préserver les séquoias de Yosemite Valley en Californie, décision ratifiée par Lincoln une année avant sa mort.
1977® The Lincoln Conspiracy (US) de James L. Conway. – av. John Anderson (Abraham Lincoln), Robert Middleton (Edwin McMasters Stanton), Bradford Dillman (John Wilkes Booth), E. J. André (vice-président Thaddeus Stevens), Frances Fordham (Mary Ann Todd Lincoln). – L’assassinat du président ne serait pas l’acte d’un homme isolé, mais le résultat d’un complot fomenté en haut lieu. – Cf. Reconstruction (7.1), présidence Andrew Johnson
1978Abe Lincoln : Freedom Fighter (US) de Jack B. Hively, 54 min. – av. Allen Williams (Abraham Lincoln), Andrew Prine (Luke), Brock Peters (Henry), William Kezele. – Le jeune Lincoln défend un Noir accusé de vol. Production indépendante, film didactique pour les écoles.
1981(tv) Mister Lincoln (US) de Gordon Rigsby (tv), Peter Cole ; « Hallmark Hall of Fame » nr. 137 (PBS 9.2.81), 90 min. – av. Roy Dotrice (Abraham Lincoln), George C. Scott.
1982® (tv) Freedom to Speak (US) WQED Pittsburgh Prod. – av. Edward Herrmann (Abraham Lincoln).
1982(tv) The Day the Rebs Took Lincoln (US) de Bernard McEveety ; série « Voyagers ! » (NBC 21.11.82), 60 min. – av. John Anderson (Abraham Lincoln), Rachel Bard (Mary Ann Lincoln), Jon-Erik Hexum, Meeno Peluce. – Science-fiction : des voyageurs dans le temps empêchent l’enlèvement de Lincoln.
1986® (tv) Dream West (Le Rêve californien) (US) de Dick Lowry. – av. F. Murray Abraham (Abraham Lincoln). – cf. Charles Fremont.
1987(tv) Look Away (US) (PBS 18.11.87). – av. Ellen Burstyn (Mary Ann Todd Lincoln), Madge Sinclair (Elizabeth Keckley).
1988(tv) Lincoln / Gore Vidal’s Lincoln (US) de Lamont Johnson ; Consolidated (NBC 27-28.3.88), 240 min. – av. Sam Waterston (Abraham Lincoln), Mary Tyler Moore (Mary Ann Todd Lincoln), John Houseman (gén. Winfield Scott), Ruby Dee, Richard Mulligan (Seward), James Gammon (gén. Ulysses S. Grant), Gregory Cooke (Robert Lincoln), Deborah Adair, Steven Culp.
1988® Two Idiots in Hollywood (US) de Stephen Tobolowsky. – av. Richard Craycroft (Abraham Lincoln).
1988® Czarodziej z Harlemu (PL) de Pawel Karpinski. – av. Okon Jones (Abraham Lincoln).
1989® Bill & Ted’s Excellent Adventure (US) de Stephen Herek. – av. Robert V. Barron (Abraham Lincoln).
1992[(tv) Lincoln (US) de Peter W. Kunhardt (+ prod.) (26.12.92). – Documentaire – av. voix de Jason Robards (Abraham Lincoln), Glenn Close (Mary Ann Todd Lincoln), Richard Widmark (Ward Hill Lamon), Arnold Schwarzenegger (John G. Nicolay), Barnard Hughes (Horace Greeley), Stacy Keach, Keith Carradine, Burgess Meredith.]
1995(tv) Tad (US) de Robert C. Thompson 
Rick Rosenberg/Chris/Rose Productions-Family Productions (Family Channel 12.2.95), 90 min. – av. Kris Kristofferson (Abraham Lincoln), Jane Curtin (Mary Ann Todd Lincoln), Bug Hall (Tad Lincoln), Jean Louisa Kelly (Julia Taft), Kieran Mulroney (Robert Lincoln), Billie Worley (Elmer Ellsworth), Muse Watson (Tom Pendel), Tyler Long (Willie Lincoln), Ed Gale (gén. Tom Thumb), Margo Moorer (Elizabeth Keckley), Christopher Jones (Holly Taft). – Vie du fils préféré de Lincoln, Thomas (« Tad »), décédé en 1870.
1998(tv) The Day Lincoln Was Shot (US) de John Gray ; Robert Greenwald-Turner Pictures (TNT 12.4.98). – av. Lance Henriksen (Abraham Lincoln), Rob Morrow (John Wilkes Booth), Donna Murphy (Mary Ann Todd Lincoln), Jean Louisa Kelly (Lucy Hale), Wil Wheaton (Robert Todd Lincoln), Titus Welliver (Lewis Paine), John Pleshette (Seward, Secretary of State), Eddie Jones (Stanton, Secretary of War), John Ashton (gén. Ulysses S. Grant), Adam Lamberg (Tad Lincoln).
1998® (tv) The Secret Diary of Desmond Pfeiffer (US) de Matthew Diamont, 30 min. – av. Dann Florek (Abraham Lincoln), Christine Estabrook (Mary Ann Todd Lincoln), Kelly Connell (gén. Ulysses S. Grant).
1998® Wrongfully Accused (US) de Pat Proft. –av. Mark Francis (Abraham Lincoln), Bev Martin (Mary Lincoln).
2001(tv) Abraham and Mary Lincoln : A House Divided (US) de David Grubin ; série « The American Experience », D. Grubin Prod. (PBS 19-21.2.01), 3 x 120 min. – av. David Morse (Abraham Lincoln), Holly Hunter (Mary Ann Todd Lincoln). – Docu-fiction sur la relation troublée du couple après le décès de leur fils Tad et la santé mentale défaillante de Mary.
2002® (tv) Chiefs (CA) de Gil Cardinal, Brian McKenna. – av. Arthur Holden (Abraham Lincoln).
2003® The Man Who Invented the Moon (US) de John Cabrera (c.m.). – av. Charles L. Brame (Abraham Lincoln).
2005® The Legend of Zorro (US) de Martin Campbell. – av. Pedro Mira (Abraham Lincoln).
2005The Persistence of Dreams (US) d’Erik Courtney 
UCLA, 4 min. – av. Jeffrey DeMunn (Abraham Lincoln), Rosemary Knower (Mary Todd Lincoln), Sean Hagan (John Wilkes Booth), Jane Beard (Mrs. Mountchessington). – Reconstitution minutieuse de l’assassinat de Lincoln (qui en rêva trois jours auparavant). Travail de diplôme de la UCLA, filmé sur place à Washington (Ford’s Theater) avec une centaine de figurants.
2005(tv) The Assassination of Abraham Lincoln (GB) de Dan Clifton 
série « Days That Shook the World », Lion Television Scotland-BBC Scotland-The History Channel (BBC2 13.4.05), 30 min. – av. Jim Babel (Abraham Lincoln), Cathy Scearce (Mary Todd Lincoln), Donald William, Jayroe, Ryan Bennett.
2008(tv) Lincolns letzter Tag – 1. Das Attentat – 2. Reise in die Unsterblichkeit / Lincoln’s Last Night (Les Derniers Jours d’Abraham Lincoln – 1. L’Attentat – 2. Naissance d’une légende) (DE/AT/BE/DK/US/GB) de Wilfried Hauke 
Peter Bardehle/NDR-Arte-ORF-History Channel-VRT-DR-Vidicom Media (Arte 18.3.09), 2 x 52 min. – av. Richard Fritz Klein (Abraham Lincoln), Brian Merrick (John Wilkes Booth), Pam Brown (Mary Todd Lincoln), Charles Wissinger (David Herold), Julianne Herczeg, Michael Marundi, Beau Marie, Eric Evans, Kera O’Bryon.
Fiction didactique tournée à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Lincoln : une première partie soporifique et fade (naissance, campagne politique, guerre civile), une seconde parfois passionnante (la réconciliation dans les larmes des anciens ennemis, le destin tragique de Booth, l’assassin qui croyait que le Sud allait l’acclamer et périt comme un animal traqué). Tourné sur les sites historiques aux USA avec un casting américain.
2009(tv) The Assassination of Abraham Lincoln (US) de Barak Goodman 
série « The American Experience », American Experience- (PBS 9.2.09). – av. Guy Gane (John Wilkes Booth), Jason Roberts (David Herold), Alexander Fedorchak (Booth jeune), Garman Bowers, Michael E. Brown, Gregory Labenz. – Docu-fiction.
2010(tv) A Nation Reborn / A New Light (US) de David Belton, Sarah Colt 
série « God in America » (PBS 12.10.10). – av. Chris Sarandon (Abraham Lincoln), Keith David (Frederick Douglass), Kenneth Tigar (Willliam Jennings Bryan).
2010Grace Bredell (US) d’Eric Burdett 
Rhett-Burdett Entertainment, 17 min. – av. Lana Esslinger (Grace Bedell), Robert Broski (Abraham Lincoln), Mark Esslinger (Norman Bedell), Elizabeth Lackey (Amanda Bedell). – En 1860, une fillette de 11 ans écrit au futur président et lui suggère de porter des favoris pour mieux séduire ses électeurs.
2010(tv) Abraham Lincoln (GB) de Kate Haddock 
série « Mystery Files », Parthenon Entertainment (National Geographic 8.2.10), 30 min. – av. Iain Kitching (Abraham Lincoln jeune), William Huw (le vice-président Johnson), David Herzog, Struan Rodger (narration).
2011® Dead Presidents Playing Poker (US) de Michael LiCastri. – av. Matthew Messman (Abraham Lincoln), Nick Volpe (John Wilkes Booth).
2012Abraham Lincoln : Vampire Hunter (Abraham Lincoln : Chasseur de vampires) (US) de Timur Bekmambetov 
Abraham Productions-Bazelevs Prod.-Tim Burton Prod., 105 min. – av. Benjamin Walker (Abraham Lincoln), Mary Elizabeth Winstead (Mary Todd Lincoln), Marton Csokas (Jack Barts), Dominic Cooper (Henry Sturges), Anthony Mackie (Will Johnson), Joseph Mawle (Thomas Lincoln), Robin McLeavy (Nancy Lincoln), John Rothman (Jefferson Davis), Cameron M. Brown (Willie Lincoln), Lux Haney-Jardine (Lincoln jeune), Alan Tudyk (Stephen A. Douglas).
Le président Lincoln (dont la mère a été tuée par des vampires alors qu’il avait neuf ans) étudie le droit le jour et chasse les morts-vivants la nuit. Lorsqu’il découvre, devenu président, que des vampires se sont ralliés aux Confédérés et se préparent à prendre le pouvoir aux Etats-Unis, le guerre prend un tour inattendu… A choix : soit une farce vampiresque pour adolescents américains attardés qui se passe de tout commentaire (Lincoln recyclé en Van Helsing), soit une parabole politique dont l’ampleur, l’actualité et la pertinence doit vraisemblablement échapper même à ses fabricants (le gentil Tim Burton compris).
2012(vd) Abraham Lincoln vs. Zombies (US) de Richard Schenkman 
The Asylum Prod., 96 min. – av. Bill Oberst Jr. (Abraham Lincoln), Kent Igleheart (Thomas Lincoln), Rhianna Van Helton (Nancy Lincoln), Brennen Haper (Lincoln jeune), Debra Crittenden (Mary Todd Lincoln). – Après les vampires, les zombies (commentaire, cf. supra). La société de production porte un nom adéquat.
2012**Lincoln (US/IN) de Steven Spielberg
Office Seekers Productions-Amblin Entertainment-DreamWorks SKG-Kennedy/Marshall Co.-Participant Media-Reliance Entertainment-20th Century Fox, 150 min. – av. Daniel Day-Lewis (Abraham Lincoln), Sally Field (Mary Todd Lincoln), Joseph Gordon-Levitt (Robert Todd Lincoln), Tommy Lee Jones (Thaddeus Stevens), Jackie Earle Haley (Alexander Stephens), James Spader (WN Bilbo), John Hawkes (Robert Latham), Jared Harris (Ulysses S. Grant), Walton Goggins (Wells A. Hutchins), Lee Pace (Fernando Woods), David Strathairn (William Seward, Secrétaire d’Etat), Bruce McGill (Edwin Stanton), Hal Holbrook (Francis Preston Blair), Tim Blake Nelson (Richard Schell), Christopher Boyer (gén. Robert E. Lee), S. Epatha Merkerson (Lydia Hamilton Smith, compagne de Thaddeus Stevens).
Écrit par le dramaturge Tony Kushner d’après le roman Team of Rivals : The Political Genius of Abraham Lincoln de Doris Kearns Goodwin (2005, Prix Lincoln et American History Book Prize), le film se concentre sur un épisode clé de la fin de vie du président. Au début de 1865, alors que la guerre de Sécession touche à sa fin et qu’il vient d’être réélu, Lincoln met toute son énergie dans l’adoption du 13ème amendement par la Chambre des représentants : il s’agit par là de rendre irréversible l’abolition de l’esclavage (annoncée deux ans plus tôt par une proclamation d’émancipation) en l’inscrivant dans la Constitution. L’amendement a déjà été avalisé par le Sénat, mais la Chambre est plus que jamais divisée et vient de refuser le texte quelques mois plus tôt. Lincoln doit impérativement trouver vingt voix supplémentaires en faveur de son initiative, fût-ce par (presque) n’importe quel moyen, car il sait que l’abolition passera aux oubliettes si la guerre devait prendre fin avant l’aval du Congrès : plusieurs de ses partisans craignent le chaos social et économique que susciterait, selon eux, l’émancipation soudaine de quatre millions de « negroes », et en dépit des belles proclamations de principe, le racisme ronge toute la société blanche, les peu reluisants démocrates en tête. Dès lors, il s’agit pour Lincoln à la fois de convaincre un par un les parlementaires indécis (en payant trois ruffians aux méthodes expéditives) et de retarder dans le plus grand secret toute tentative d’armistice avec les Confédérés esclavagistes tant que la décision aux Chambres n’est pas tombée, au risque de prolonger l’effroyable bain de sang sur le front. L’avenir (la fin de l’esclavage) doit passer avant l’intérêt immédiat (la paix), car le refus du 13ème amendement signifierait priver la guerre que mena le Nord ainsi que ses considérables sacrifices de toute justification morale et, à moyen terme, ouvrir la voie à un second conflit. Le 31 janvier, Lincoln remporte la partie de justesse, par la ruse, la diversion, la corruption et le mensonge tactique. Il est assassiné deux mois et demi plus tard. Pour ne pas embarrasser les descendants de certains congressistes ayant voté « non », Spielberg modifie plusieurs noms propres !
Le film tire sa principale originalité d'une part du rôle qu'y joue le 13ème amendement (jamais évoqué à l'écran dans un biopic sur Lincoln), de l'autre de cette surprenante course contre la montre, de cette crise intime largement ignorée du grand public comme des manuels scolaires et qui permettent de souligner la terrible solitude du chef d’État, constamment harcelé par son entourage et incompris même par son épouse, fragilisée psychiquement depuis la mort d’un de ses enfants. Les violentes scènes de ménage du couple présidentiel s’aggravent avec la volonté du fils aîné, Robert, de s’engager dans l’armée tant qu’il en est encore temps. (Ce même Robert fera interner sa mère dans une clinique psychiatrique en 1875.) Spielberg élude les raisons économiques peu édifiantes de la guerre civile au Nord comme au Sud pour se concentrer sur le dilemme idéologique de Lincoln, quitte à exagérer le lien entre l’amendement et les efforts de paix (des tentatives de négociations avaient déjà commencé en été 1864) au nom d’une dramaturgie plus efficace. En révélant les stratégies extraordinairement complexes du parlementarisme et des questions morales qu’elles soulèvent, son film – qui se déroule surtout en huis clos – souhaite donner une leçon de démocratie en action, au risque de basculer dans le pensum. Il faut lui savoir gré de bousculer les clichés du « bon » Nord contre le « méchant » Sud et oser acclamer un chef d’État prêt à se salir les mains pour une noble cause. Enfin, une fois n’est pas coutume : renonçant à son habituelle virtuosité comme aux sujets infantilisants, le cinéaste prend le risque de faire confiance à l’intelligence du spectateur (sinon à ses connaissances historiques), quitte à déconcerter dans le premier tiers par ses interminables discours un public peu averti des luttes de pouvoir entre législatif et exécutif, démocrates réactionnaires et républicains progressistes (!), ces derniers scindés à leur tour entre radicaux égalitaires et conservateurs convaincus de leur suprématie ethnique.
Les effets digitaux font place à la rhétorique mise au service d’une idée. La grandiloquence qui guette plus d’une fois n’exclut cependant pas l’émotion : l’Irlandais Daniel Day-Lewis trouve les attitudes iconiques, mais aussi les petites manies, le cabotinage, les plaisanteries, la douceur narquoise et l’humanité de cette bête politique citant Shakespeare, la Bible ou Euclide et qui doit, en bon pragmatiste, se préserver d’une part le soutien des démocrates nordistes favorables à l’esclavage, de l’autre celui des États esclavagistes limitrophes de la Confédération (Kentucky, Maryland, Missouri) restés loyaux à l’Union. L’impuissance et les louvoiements précautionneux de ce président comploteur renvoient, fatalement, à la lutte de Barak Obama à Washington pour imposer son propre programme de politique sociale. « Sans Lincoln, pas d’Obama » souligne avec insistance Spielberg, même s’il faudra encore plus d’un siècle, le meurtre de Martin Luther King et les Black Panthers pour imposer la reconnaissance des Afro-Américains.
Occasionnellement, son film séduit par quelques touches d’humour ironiques : une fois victorieux, le savoureux Thaddeus Stevens de Tommy Lee Jones, fougueux et sarcastique, rentre chez lui, dépose sa perruque – on le découvre chauve – et rejoint au lit sa compagne, une gouvernante noire qui lui lit le texte de l’amendement à haute voix ! Mais comme souvent, le cinéaste, perclus d’admiration, rate sa fin en dérapant dans le pathétique sentimental, ici teinté de sulpicianisme démocratico-patriotard. Le film se termine par le président martyr, les bras ouverts, figé dans une gestuelle christique (ou messianique), et souhaitant que les idéaux et bienfaits de son Amérique enfin unie se répandent dans l’univers entier … « bienfaits » dont on sait, hélas, qu’ils n’ont pas été une bénédiction pour tout le monde, loin s’en faut. (Les guerres indiennes éclateront sept ans plus tard.) – Produit pour 50 millions de $, le film récolte sans surprise 12 nominations à l’Oscar (meilleur film, réalisation, Daniel Day-Lewis, Tommy Lee Jones, Sally Field, scénario, photo, montage, décors, costumes, musique, son), mais seuls Day-Lewis et les décors remportent la statuette d’or. Primé à l’American Film Institute (film, Kathleen Kennedy, Spielberg), BAFTA Award pour Daniel Day-Lewis (et 9 nominations), Broadcast Film Critics Association Award (Day-Lewis, scénario, musique et 10 nominations), Golden Globe Award (Day-Lewis et 6 nominations), Prix du National Board of Review USA (film), New York Film Critics Circle Award (Day-Lewis, scénario, Sally Field), etc. – Le film n’a pas été tourné à Washington, mais entièrement en Virginie (Petersburg, Richmond, Appomattox, Powhatan et aux New Millenium Studios à Petersburg).
2012/13(tv) Killing Lincoln (US) d’Adrian Moat
Herzog & Co.-Scott Free Productions (Ridley Scott, Tony Scott) (National Geographic Channel 17.2.13), 110 min. – av. Billy Campbell (Abraham Lincoln), Jesse Johnson (John Wilkes Booth), Geraldine Hughes (Mary Todd Lincoln), Karn Dabrowski (James Tanner), Brett Dalton (Robert Todd Lincoln), Graham Beckel (Edwin Stanton), Eleanor Perkinson (Clair Harris), Todd Fletcher (Edman Spangler), Shawn (pvt. John W. Nicholas), Matt Hackman (Charles Leale), Harry Hawk (Vince Nappo), Ted Johnson (William H. Seward), Tom Hanks (narration).
Un docu-fiction coproduit par Ridley et Tony Scott et tourné en Virginie (à Richmond et Petersburg). Tom Hanks assure les transitions d’un récit sans surprises, organisé comme un compte à rebours jusqu’à l’attentat, suivi de l’agonie du président, de la traque de l’assassin raciste Booth (scandalisé par l’inexorable accession des Noirs à une forme de citoyenneté) et de l’exécution de ses complices réels ou présumés.
2014The Better Angels (US) de A. J. Edwards
95 min. - av. Diane Kruger (Sarah Lincoln), Jason Clarke (Tom Lincoln), Brit Marling (Nancy Lincoln), Wes Bentley (Mr. Crawford), Cameron Mitchell Williams (Dennis Hanks), Robert Vincent Smith (rév. Elkins), Madison Stiltner (Matilda). - L'enfance difficile de Lincoln en Indiana. Présenté au festival de Berlin 2014.
2016(tv) The Assassination of Abraham Lincoln (US) de Neil Marshall
série "Timeless", saison 1, épis. 2, MiddKid Productions-Kripke Enterprises-Davis Entertainment-Universal Television-Sony Pictures Television (NBC 10.10.16), 43 min. - av. Abigail Spencer (Lucy Preston), Matt Lanter (Wyatt Logan), Malcolm Barrett (Rufus Carlin), Paterson Joseph (Connor Mason), Goran Visnjic (Garcia Flynn), Neal Bledsoe (Robert Todd Lincoln), Kelly Blatz (John Wilkes Booth), Michael Krebs (Abraham Lincoln), Terry Lewis (gén. Ulysses Grant), Travis MacDonald (George Atzerodt), Lucia Frangione (Mary Lincoln), Ken McNicol (le vice-président Andrew Johnson). - Un trio de voyageurs à travers le temps ne peut empêcher l'assassinat du président.