XII - LES ÉTATS-UNIS AU XIXe SIÈCLE

6. LA GUERRE DE SÉCESSION - 1861-1865

Quantrill (Walter Pidgeon), un guérillero sans foi ni loi dans « Dark Command » (1940) de Raoul Walsh

6.5. WILLIAM CLARKE QUANTRILL et ses maraudeurs

(1837-1865). À la tête d’une armée de 450 maraudeurs confédérés – surnommés « Quantrill’s Raiders » – , il mène une guérilla sanglante contre l’Union dans le Missouri et au Kansas. Les frères James et Younger, futurs hors-la-loi (cf. 9b.12), en font partie. Le 21 août 1863, Quantrill organise un raid monstrueux contre la population de Lawrence, Kansas, faisant assassiner à bout portant 183 hommes et brûlant 185 bâtiments. Blessé à Taylorsville (Kentucky), Quantrill décède dans la prison de Louisville un mois après la fin des hostilités.
1908The Guerilla (US) de David Wark Griffith 
Biograph, 898 ft. – av. Arthur Johnson, Mack Sennett, Harry Solter, George Gebhardt, Harry Myers. – Quantrill et ses hommes.
1914Quantrell’s Son (US) de Robert T. Thornby 
Vitagraph Co. of America, 1 bob. – av. Robert T. Thornby (William Quantrell), Ray Corrigan (son fils), Otto Lederer, Evelyn Foshis, Baby Mace.
Quantrill désavoue son fils qui se marie contre sa volonté et le fait enfermer. Pendant la guerre, le fils s’échappe et Quantrill lui pardonne à la vue de son petit-fils.
1940**Dark Command (L’Escadron noir) (US) de Raoul Walsh, [Joe Kane, Yakima Canutt] 
Sol C. Siegel/Republic Pictures, 91 min. – av. John Wayne (Bob Seton), Claire Trevor (Mary McCloud), Walter Pidgeon (William Quantrill), Roy Rogers (Fletch McCloud), Marjorie Main (Mme Quantrill).
Walsh fait de Quantrill (rebaptisé Cantrell) un intellectuel frustré, un instituteur dévoré d’ambition qui prend secrètement la tête d’une armée de pillards pour se venger de n’avoir pas été nommé shérif de Lawrence, Kansas. Il profite de la guerre pour mettre le feu à la ville qui l’a « humilié », mais finit abattu par sa propre mère (script d’après un roman de W. R. Burnett). Un classique, filmé à Placenta Ranch, Newhall, et Sherwood Forest (Calif.), et qui fait un malheur au box-office. Les retrouvailles de John Wayne et de Walsh (qui lui avait donné sa première chance dans « The Big Trail » en 1930. L’unique film de la Republic nominé pour deux Oscars (décors, musique).
1946Renegade Girl (US) de William Berke 
Affiliated Productions-SGP, 65 min. – av. Ann Savage (Jean Shelby), Alan Curtis, Edward Brophy, Russell Wade, Ray Corrigan (William Quantrill), Claudia Drake.
Missouri en 1864, un frère et une sœur font partie de l’armée de maraudeurs de Quantrill et périssent violemment après la mort de leur chef.
1949® South of St. Louis (Les Chevaliers du Texas) (US) de Ray Enright. – av. Victor Jory (William Quantrill).
1949® Fighting Man of the Plains (US) d’Edwin L. Marin. – av. James Griffith (William Quantrill).
1950Kansas Raiders (Kansas en feu) (US) de Ray Enright 
Universal, 80 min. – av. Audie Murphy (Jesse James), Brian Donlevy (William Quantrill), Richard Arlen, Tony Curtis (Kit Dalton), James Best, Dewey Martin (Younger Bros.).
Le pillage de Lawrence, Kansas, et la mort de Quantrill abattu par les forces de l’Union.
1951® Red Mountain (La Montagne rouge) (US) de William Dieterle. – av. John Ireland (William Quantrill).
1953*The Woman They Almost Lynched (La Femme qui faillit être lynchée) (US) d’Allan Dwan 
Republic, 90 min. – av. John Lund, Brian Donley (William Quantrill), Audrey Totter (Kate Quantrill, sa femme), Joan Leslie, Ben Cooper (Jesse James), James Brown (Frank James), Jim Davis (Cole Younger).
Dans une ville demeurée neutre à la frontière Arkansas-Missouri, la patronne d’un saloon cache et soigne au péril de sa vie Quantrill, blessé lors d’un raid contre les Nordistes. Un film-culte d’une profonde originalité par son refus des clichés, par le rôle attribué aux femmes (qui s’affrontent en duel) et son regard humaniste.
1953® The Stranger Wore a Gun (Les Massacreurs du Kansas) (US) d’André De Toth. – av. James Millican (William Quantrill).
1953Kansas Pacific (US) de Ray Nazarro 
Allied Artists, 73 min. – av. Sterling Hayden, Eve Miller, Reed Hadley (William Quantrill), Barton MacLane, Chubby Johnson, Tom Fadden.
Juste avant le début des hostilités, en 1860, un agent fédéral stoppe les raids de Quantrill contre la construction d’une voie de chemin de fer dans la Kansas.
1954(tv) Quantrill and His Raiders (US) de William Witney 
série « Stories of the Century (Histoires du siècle dernier) » no. 1/5, Rudy Ralston/Studio City TV-Republic Pictures-Hollywood Television Service (Syndicated 21.2.54), 30 min. – av. Bruce Bennett (William Quantrill), Lyle Talbot (col. Marsham), Steve Darrell (Bloody Bill Anderson), Jim Davis (Matt Clark), Kristine Miller (Margaret Jones).
1958Quantrill’s Raiders (Les Pillards du Kansas) (US) d’Edward Bernds 
Allied Artists, 68 min. – av. Steve Cochran, Diane Brewster, Leo Gordon (William Quantrill), Will Wright, Gale Robbins. – L’attaque de Lawrence.
1959® (tv) The Plot to Assassinate President Johnson (US) série « The Rough Riders » (ABC 5.2.59), 30 min. – av. Broderick Crawford (William Quantrill), Barbara Woodell (Elizabeth Quantrill). – cf. Reconstruction, Andrew Johnson
1960® Young Jesse James (US) de William F. Claxton. – av. Emile Meyer (William Quantrill).
1965Arizona Raiders (Représailles en Arizona) (US) de William Witney 
Columbia, 88 min. – av. Audie Murphy, Michael Dante, Buster Crabbe, Fred Graham (William Quantrill).
Deux hommes de Quantrill se rangent du côté de la loi pour aider les Rangers à mettre fin aux agissements du criminel.
1965(tv) The Raiders (US)
série « The Legend of Jesse James » (ABC 18.10.65), 30 min. – av. Peter Whitney (William Quantrill), Warren Wanders, Carol Brewster, Chris Jones (Jesse James).
1969Ride a Wild Stud (US) de Revilo Ekard 
Vega International-Gold Star. – av. Bill Ferrill (William Quantrill), Hale Williams, William Fosterwick (Frank James), Tex Galen (Butch Cassidy), Cliff Alexander (Sam Bass). – Film X : les « méfaits sexuels » de la bande à Quantrill.
1979® (tv) Legend of the Golden Gun (US) d’Alan J. Levi. – av. Robert Davi (William Quantrill).
1999*Ride With the Devil / Civil War, To Live On (Chevauchée avec le diable) (US) d’Ang Lee 
Good Machine-Universal Pictures, 138 min. – av. Skeet Ulrich (Jack Bull Chiles), Tobey MacGuire (Jake Roedel), Jewel Kilcher (Sue Lee Shelley), Simon Baker (George Clyde), Jonathan Rhys Meyers (Pitt Mackeson), Jeffrey Wright (Daniel Holt), John Ales (William Quantrill), James Caviezel (Black John).
La guérilla sudiste des Bushwhackers, mêlée passagèrement aux raids de Quantrill. C’est plus par amitié pour Jack Bull Chiles que par conviction idéologique que Jake Roedel, un fils d’immigrés allemands, s’engage dans les rangs sudistes des « Bushwhackers » (« rebelles des buissons ») dirigés par Black John, des mercenaires opérant par attaques isolées loin des campagnes militaires et dont les groupuscules dépenaillés mènent une guérilla sans merci contre leurs doubles nordistes. Vivant caché dans les bois ou sur le dos des paysans, il est mêlé passagèrement aux raids de Quantrill et découvre l’horreur au quotidien. Quoique réalisé avec beaucoup de réalisme par le Taiwanais Ang Lee (« Hidden Dragon, Crouching Tiger »), le film est un échec public, le sujet n’intéressant que les amateurs d’histoire et les nostalgiques du western, et il sera à peine distribué en salle.