XII - LES ÉTATS-UNIS AU XIXe SIÈCLE

7. LA RECONSTRUCTION - 1865-1900

7.12. CUBA et la GUERRE HISPANO-AMÉRICAINE

Cuba, dernière colonie latino-américaine d’Espagne, obtient la liberté commerciale en 1818 mais reste une colonie alors que les autres états de l’Amérique latine accèdent à l’indépendance. Divers soulèvements populaires et guérillas ont lieu notamment en 1837 et en 1868, tous écrasés dans le sang. L’insurrection générale de 1895 provoque, trois ans plus tard, la GUERRE HISPANO-AMÉRICAINE. Le 15 février 1898, le cuirassé américain « Maine » est victime d’une violente explosion dans la rade de la Havane ; le navire sombre avec 252 hommes à bord. La presse américaine accuse les Espagnols d’avoir placé une mine sous la coque du navire, en visite de courtoisie (en fait, en 1911, une commission d’enquête conclura à une explosion accidentelle dans la salle des machines). Encouragée par des hommes d’affaires américains qui ont beaucoup investi à Cuba et rêvent d’évincer la vieille puissance coloniale, la presse populaire new-yorkaise que dirigent les magnats Joseph Pulitzer et William Randolph Hearst prend fait et cause pour les insurgés cubains, dénonce la « barbarie » des Espagnols et réclame vengeance pour l’affaire du « Maine ». Sous la pression du public, le président William McKinley, arrivé au pouvoir sur la promesse de maintenir la paix quoiqu’il en coûte, se voit contraint de déclarer la guerre à l’Espagne, le naufrage accidentel du cuirassé servant de prétexte. Futur président, le sénateur Teddy Roosevelt s’illustre à San Juan Hill à la pointe de ses « Rough Riders ». L’escadre espagnole des Antilles est détruite à Santiago de Cuba (3 juillet), mettant un terme à une « Splendid Little War » selon l’expression du Secrétaire d’Etat John Hay. La « Perle des Antilles » obtient en 1901 une indépendance précaire sous la tutelle des Etats-Unis. Cuba devient ainsi de facto un protectorat américain.
Le traité de Paris (10 décembre 1898) consacre la fin de l’Empire colonial espagnol et l’occupation par Washington de Cuba, Guam, Hawaï, Porto-Rico et les Philippines (cf. 7.13).
1898Tearing Down the Spanish Flag (US) de J. Stuart Blackton
Fausse actualité reconstituée en chambre à Brooklyn: le drapeau espagnol est arraché et remplacé par le "Stars and Stripes". Premier document filmique de propagande impérialiste américaine, porté par la ferveur patriotique (un grand succès en salle) et soutenu par la presse. Tout un programme!
1898Quais de La Havane (Explosion du Cuirassé Le Maine) (FR) de Georges Méliès 
Star Film nos. 144-145, 40 m. – Reconstitution d’actualités sous la verrière de Montreuil.
1898The Defense of the Flag (US)
American Mutoscope Company, 48 m. – Reconstitution d’une bataille de la guerre hispano-américaine (avec les Charleston Cadets de Boston, Pennsylvania).
1899Sailors Landing on Cuban Soil Under Fire – Battle of San Juan Hill – Defending the Colors – Red Cross at the Front – Surrender of General Toral (US) de James Henry White 
Thomas Edison Mfg. Co. no. 651-655, 350 ft. – Reconstitution des combats à Cuba avec la National Guard (New Jersey).
1899Charge of the Rough Riders at El Caney (US) de Sigmund Lubin
50 ft. – Reconstitution.
1899Battle of San Juan Hill (US) de Sigmund Lubin
100 ft. – Reconstitution.
1916A Message to Garcia (US) de Richard Ridgely 
Thomas A. Edison Inc., 4691 ft./5 bob. – av. Mabel Trunnelle (Dolores), Robert Conness (ltn. Andrew Rowen), Herbert Prior (Josi), Robert Kegerreis (cpt. Hernandez), Bradley Sutton (cpt. Sigsbee), Charles Sutton (Emanuel Garcia).
Après l’explosion du « U.S.S. Maine » dans le port de la Havane, le président U.S. William McKinley envoye un officier, Andrew Rowan, auprès du chef des insurgés cubains, le général Garcia, pour préparer le débarquement américain. Filmé à Cuba.
1917Shame (US) de John W. Noble 
Noble-Duplex Films, 7 bob. – av. Zena Keefe, Lionel Belmore, Paul Doucet, Joyce Fair, Jack Dunn. – Une femme reste seule et enceinte après que son ami soit parti pour Cuba où il meurt au combat.
1918Why America Will Win (US) de Richard Stanton 
Fox Film Corp, 6060 ft./7 bob. – av. Olaf Skavian (gén. John J. Pershing), W. E. Whittle (co. Theodore Roosevelt), Betty Grey (Ann Thompson Pershing).
Episodes : en sortant de West Point, Pershing rejoint Teddy Roosevelt à Cuba où il participe à la bataille de San Juan Hill, puis soumet la tribu des Moro aux Philippines.
1919The Fighting Roosevelts (US) de William Nigh 
McClure Production-First National, 6 bob. – av. Francis J. Noonan (Theodore Roosevelt enfant), Herbert Bradshaw (T. R. jeune homme), E. J. Ratcliffe (T. R. président).
Cuba 1898, Teddy Roosevelt rejoint son régiment des « Rough Riders » et mène la charge victorieuse à San Juan Hill, magnifiée par la presse de Hearst.
1923Masters of Men (US) de David Smith 
Vitagraph Co. of America, 6740 ft./7 bob. – av. Earle Williams, Alice Calhoun, Cullen Landis, Wanda Hawley, Dick Sutherland.
Un homme accusé à tort de vol rejoint la marine américaine pour combattre la flotte espagnole sur les côtes de Cuba.
1923The Bright Shawl (Le Châle aux fleurs de sang) (US) de John S. Robertson 
Inspiration Pictures, 80 min. – av. Richard Barthelmess (Charles Abbott), Dorothy Gish (La Clavel), Jetta Goudal (La Pilar), William Powell (Gaspar De Vaca), Mary Astor (Narcissa Escobar), George Beranger (André Escobar), Edward G. Robinson (Domingo Escobar). Abbott, un jeune Américain fortuné s’engage pour la cause indépendantiste à Cuba, aidé par une danseuse locale qui lui fournit des informations sur les mouvements de troupe espagnols. Tourné à La Havane.
1927The Rough Riders (L’Escadron de fer) (US) de Victor Fleming 
Paramount, 12071 ft./13 bob. – av. Noah Beery, Charles Farrell, George Bancroft, Charles Emmett Mack, Mary Astor, Frank Hopper (Theodore Roosevelt), Fred Lindsay (Leonard Wood).
Roosevelt et Wood créent les « Rough Riders », unité de combat qui fait ses preuves à Cuba en 1898 et dont Fleming exalte les exploits.
1929El héroe de Cascorro (ES) d’Emilio Bautista 
Ruperave Films. – av. Javier de Rivera, Faustino Bretaño, Amelia Muñoz, José Maria Jimeno, Andrès Carranque de Rios.
Portrait d’Eloy Gonzalo (1876-1897), un volontaire à Cuba en 1896. Par amour pour une femme, un homme s’engage dans l’armée et défend la forteresse de Cascorro.
1936A Message to Garcia (Message à Garcia) (US) de George Marshall 
20th Century-Fox, 77 min. – av. Wallace Beery (sgt. Dory), Barbara Stanwyck (Raphaelita Maderos), John Boles (ltn. Andrew Rowan), Alan Hale (Dr. Ivan Krug), Herbert Mundin (Henry Piper), Enrique Acosta (gén. Calixto Garcia), Juan Torena (Luis Maderos), Mona Barrie (une espionne espagnole).
Remake de 1916 : aidé par des insurgés cubains, Andrew Rowan, un espion américain, prépare le débarquement des troupes yankees après l’explosion du « Maine ». Bande d’aventures filmée aux studios de Century-City, Los Angeles.
1936End of the Trail (US) d’Erle C. Kenton 
Columbia, 72 min. – av. Jack Holt, Louise Henry, Douglass Dumbrille, Guinn Williams, George McKay, Erle C. Kenton (Theodore Roosevelt). – Deux ranchers participent à la campagne militaire à Cuba et à la bataille de San Juan Hill.
1937Texas Trail (US) de Dave Selman 
H. Sherman-Paramount, 62 min. – av. William Boyd, Russell Hayden, Georges Hayes, Judith Allen, Billy King.
Au Texas, Hoppalong Cassidy est chargé de former les volontaires pour les « Rough Riders » de Teddy Roosevelt avant leur départ pour Cuba.
1938Yellow Jack (US) de George B. Seitz 
Metro-Goldwyn-Mayer, 83 min. – av. Robert Montgomery, Virginia Bruce, Lewis Stone, Andy Devine, Henry Hull, Charles Coburn. – En 1898, après la victoire US, la fièvre jaune tue des milliers de Cubains et de soldat américains.
1939Siboney (CU) de Juan Orol 
Aspa Films, 112 min. – av. Maria Antonieta Pons, Juan Orol, Maria Luisa Morales, Jean Angelo, Jorgelina Junco. – Vers 1850 à Cuba, un jeune Espagnol prend parti pour les esclaves, puis rejoint Carlos Manuel de Céspedes et ses rebelles qui luttent pour l’indépendance de l’île. Il meurt au combat.
1945Bambú (ES) de José Luis Saenz de Heredia 
Suevia Films, 111 min. – av. Imperio Argentina, Sara Montiel, May Lamar, Julia Lajos, Luis Peña, Fernando Fernán Gómez, Alberto Romea.
Un compositeur déprimé s’engage comme volontaire dans l’armée de Cuba en 1898 et s’éprend d’une chanteuse.
1946Héroes del 95 (ES) de Raúl Alfonso 
Faro Films, 2365 m. – av. Alfredo Mayo, Maria Eugnia Branco, Rafael Calvo, Jorge Mistral, Eduardo Fajardo.
Le soulèvement à Cuba en 1895-97 et la mort au combat d’Eloy Gonzalo, le « héros de Cascorro » (cf. film de 1929). Le film est tellement ambigu qu’on pourrait croire à une victoire finale de l’Espagne sur les Etats-Unis et non à sa défaite !
1953(tv) No greater Love (US) de William Thiele 
« Cavalcade of America » (ABC 10.12.53), 30 min. – av. Mary Anderson (Clara Louise Maas), Arthur Franz (Dr. William Gorgas), Reed Hadley, David Bond.
Clara Louise Maas (1876-1900), infirmière pendant la guerre hispano-américaine, accepte de se faire piquer par un moustique Stegomyia pour les recherches contre l’épidémie de fièvre jaune qui sévit à La Havane.
1954La rosa blanca (CU/MX) d’Emilio Fernández [et Iñigo de Martino] 
Comisión del Centenario de José Marti-Peliculas Antillas, 121 min. – av. Roberto Cañedo (José Marti), Gina Cabrera, Julio Capote, Raquel Revuelta, Dalia Iñiguez, Julia Villarreal.
Biographie très édulcorée de José Marti (1853-1895), politicien, philosophe, poète et héros de la lutte d’indépendance de Cuba contre l’Espagne, son exil au Mexique, à Guatemala, à New York, sa mort sur le champ de bataille à Dos Rios, à Cuba.
1954La mujer que se vendió (El aprecio de una vida) (MX/CU) d’Augustín P. Delgado 
Producciones Delmar-Filmex, 130 min. – av. María Elena Marqués (Tula), Enrique Santiesteban (Dr. Valcourt), Ramón Gay (Andrés), José Baviera, Rebeca Iturbide.
La Havane vers 1890 : Une jeune créole malade, sur le point de se marier avec un médecin, suit finalement une jeune insurgé pour combattre l’Espagnol. Filmé à Trinidad, Cuba.
1955(tv) A Message to Garcia (US) de William Thiele 
Jack Chertok, « Cavalcade of America » (ABC 18.1.55), 30 min. – av. Murvyn Vye (Ruiz), Donald Murphy (lt. Andrew Rowan), Salvador Baguez (gén. Garcia), Peter Mamakos (Sabio), James Todd (col. Wagner). – Remake télévisuel de 1916 et 1936.
1956Santiago (Les Révoltés de Santiago) (US) de Gordon Douglas 
Martin Rackin, Alan Ladd/Jaguar Films-Warner Bros., 93 min. – av. Alaln Ladd (Caleb « Cash » Adams), Rossana Podesta (Doña Isabella), Lloyd Nolan (Clay Pipe), Chill Wills (capt. « Sidewheel » Jones), Ernest Sarracino (José Marti), Paul Fix, Frank DeKova, George J. Lewis, Royal Dano.
En 1898 dans la baie de Santiago, deux trafiquants d’armes américains, Cash et Clay, travaillent avec les patriotes cubains en guerre avec les colons espagnols. Film hypocrite chantant l’indépendance cubaine alors que l’île va passer des mains espagnoles aux mains ... américaines. – Tourné aux studios de Burbank en CinemaScope et Technicolor. L'ambassade américaine et la Warner reçoivent des plaintes de la Teachers Union of Cuba consécutives aux erreurs historiques du film, qui met en scène José Marti et le général Maceo, morts l'un en 1895, l'autre en 1896, alors que l'action se situe deux ans plus tard!
1957La guerra empieza en Cuba (ES) de Manuel Mur Oti 
Francisco Fernández de Rojas/Cesáreo González-Suevia Films, 102 min. – av. Emma Penella, Gustavo Rojo, Roberto Rey, Jesús Tordesillas, Matilde Muñoz Sampedro, Angel Ter.
Badajoz 1898, drame de jalousie et de vengeance entre deux sœurs jumelles (dont l’une et l’épouse du gouverneur de Badajoz), sur fond de crise cubaine.
1958El emigrante (ES) de Sebastián Almeida 
P.C. Vértice, 73 min. – av. Juanito Valderrama, Julio Nuñez, Silvia Solar, Francisco Piquer, Dolores Abril. – Les rapatriés de la crise cubaine arrivent à Cadiz et se souviennent.
1959Salto a la gloria (ES) de León Klimovsky 
Aspa Films, 110 min. – av. Adolfo Marsillach (Don Santiago Ramón y Cajal), Asunción Sancho, José Marco Davó, Isabel de Pomés, Mario Morales. – Episode initial : le futur savant Ramón y Cajal, mobilisé à Cuba en 1898, est victime de la malaria qui décime l’armée espagnole.
1968*La primera carga al machete (La Première Charge à la machette) (CU) de Manuel Octavio Gómez 
Miguel Mendosa/ Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos, 84 min. – av. José Antonio Rodriguez, Adolfo Llauradó, Idalia Anreus, Carlos Bermúdez, Julián Martinez.
Dans la province d’Oriente lors de la première guerre d’indépendance de Cuba, en octobre 1868, le général rebelle Máximo Gómez s’empare de la ville de Bayamo. Il défait l’armée espagnole arrivée en renfort en improvisant une nouvelle méthode de combat à la machette qui provoque un véritable carnage. La machette deviendra le symbole des luttes de libération. Un récit présenté sous forme de reportage télévisié anachronique, avec des images retrouvant les teintes des premiers daguerréotypes. Festival de Venise 1969.
1968*Lucía (CU) de Humberto Solás 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos, 160 min. – av. Raquel Revuelta (Lucia), Eduardo Moure (Rafael), Idalia Anreus, Silvia Planas.
Premier épisode : 1895, Lucia se laisse abuser par un séducteur, espion espagnol marié, livrant ainsi la cachette des combattants mambises à l’assaut des soldats de la Couronne. Elle le poignarde. (Autres épisodes : Cuba en 1933 et en 1960) Premier grand film épique cubain., grand prix du Festival de Moscou 1968.
1969La odisea del général José (CU) de Jorge Fraga 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos, 68 min. – av. Miguel Benavides, Carlo Pérez Peña, Idalia Anreus, José Antonio, Rodríguez, René de la Cruz, René Arisa, Silvano Rey, Alfredo Avila, Georgina Almanza.
Cuba en 1895, le général José Maceo, frère du héros national Antonio Maceo, dirige l’insurrection depuis les provinces.
1971Páginas del diario de José Marti (CU) de José Massip ; Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos (ICAIC). – av. Roberto Díaz (José Marti), Angel Espasande, Daisy Granados, Adolfo Llauradó, Ruddy Mora, Raúl Pomares. – Pages du journal de campagne de José Julián Marti y Pérez (1853-1895) lorsqu’il organise la guerre contre l’Espagnol.
1974**El otro Francisco (CU) de Sergio Giral 
Santiago Llapur/Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos (ICAIC), 97 min. – av. Miguel Benavides, Ramon Veloz, Alina Sanchez, Adolfo Llauradó.
Cuba en 1836, 1842 et 1843 : flash-back sur l’oppression espagnole, les tentatives de révolte et la répression sauvage des colons à partir du suicide d’un esclave (d’après le roman d’Anselmo Suarez y Romero).
1976La ciudad cremada (La Ville brûlée) (ES) d’Antoni Ribas 
Teide P.C.-León Films-Repiso Ruiz, 156 min. – av. Xavier Elorriaga, Francesc Casares, Paul Garsaball, Montserrat Salvador. – Episode de la crise de Cuba en 1899, tourné en Eastmancolor à Barcelone.
1976*Rancheador (CU) de Sergio Giral 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos (ICAIC), 76 min. – av. Reynaldo Miravalles, Adolfo Llauradó, Samuel Claxton, Omar Valdés, Salvador Wood, Carlos Bermúdez, Adela Legrá.
Un mercenaire travaille au service d’esclavagistes à Cuba et se spécialise dans la capture des fugitifs. Deuxième film de la trilogie de Sergio Giral sur l’esclavage aux Caraïbes (cf. « El otro Francisco » et « Maluala »), d’après le roman « Diario de un Rancheador » de Cirilo Villaverde. Primé au festival cinématographique de la Jamaïque (film, réalisation), au festival de Cine de Ciudad de Panama 1977 (pour Adolfo Llauradó)
1979Maluala (CU) de Sergio Giral 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos, 95 min. – av. Samuel Claxton, Miguel Navarro, Roberto Blanco, Miguel Gutiérrez, Raùl Pomares.
Dans la province de Maluala à Cuba en 1868-1878, les camps d’esclaves noirs se rebellent et annihilent les troupes espagnoles dans un guet-apens. Troisième film de la trilogie de Sergio Giral (cf. supra).
1979[Elpidio Valdés (CU) de Juan Padrón. – Dessin animé : un jeune garçon rejoint les forces révolutionnaires cubaines contre l’Espagnol.]
1983[Elpidio Valdés contra dólar y cañón (CU) de Juan Padrón. – Dessin animé, suite du précédent : les nouvelles aventures du garçon insurgé.]
1986Plácido (CU) de Sergio Giral 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos, 96 min. – av. Jorge Villazón, Mirta Ibarra, Rosita Fornés, Miguel Benavides, Ramon Veloz Jr.
Les insurrections armées des esclaves noirs de Cuba en 1841 et 1842, sont noyées dans la sang par les Espagnols, procès et exécution d’un des chefs, Gabriel de la Concepciòn Valdés, dit Plácido (1809-1844).
1986Baraguá (CU) de José Massip 
Santiago Llapur/Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos (ICAIC), 111 min. – av. Mario Balsameda, José Antonio Rodríguez, Nelson Villagra, Sergio Corrieri, Rogelio Meneses, René de la Cruz, Adolfo Llauradó.
L’entrevue de Baraguá entre le général révolutionnaire Antonio Maceo et le général espagnol Arsenio Martínez Campos à propos de la Paix de Zanjón imposée par les Espagnols pendant la Guerre de Dix Ans (1868-1878).
1987Ecos (CU) de Tomás Piard 
Instituto Cubano del Arte e Industrias Cinematográficos (ICAIC), 87 min. – Le passé colonial cubain et le présent révolutionnaire confrontés à travers le destin de trois femmes : l’épouse d’un propriétaire d’hacienda, une esclave et une paysanne.
1993(ciné+tv) Havanera 1820 (La Havanera) (ES/CU) d’Antonio Verdaguer 
Imatco, 148 min./ tv : 2 x 100 min. – av. Aitana Sànchez-Gijón, Fernando Guillén Cuervo, Abel Folk, Jordi Dauder, Patrick Bauchau, Ikay Romay, Aristides Bringues.
Les grosses fortunes perpétuent le trafic d’esclaves entre Barcelone, l’Afrique et Cuba, alors que l’Europe tente de faire appliquer son traité international contre l’esclavagisme. Une jeune mariée découvre son mari et ses trafics.
1993*Posse (Posse, la revanche de Jessie Lee) (GB/US) de Mario Van Peebles 
PolyGram Filmed Entertainment-Working Title Films, 111 min. – av. Mario Van Peebles (Jessie Lee), Stephen Baldwin (Little J.), Charles Lane (Weezie), Bid Daddy Kane (Père Time), Tiny Lister Jr. (Obobo), Salli Richardson-Whitfield (Lana), Billy Zane (colonel Graham).
Un petit groupe de soldats noirs désertent la guerre hispano-américaine qui déchire Cuba, en interceptant un chargement d’or. A leur tête, Jessie Lee, qui n’a qu’un but, se venger de ceux qui ont tué son père, fondateur de Freemansville, cité utopique où les anciens esclaves noirs trouveraient liberté, éducation, prospérité… Un récit efficace, mené à train d’enfer par un cinéaste afro-américain.
1996[Contra el Aquila y el león (CU) de Juan Padrón. – Dessin animé : Elpidio Valdés (cf. 1979, 1983) et son fils luttent contre la présence des Espagnols (1898) et des Américains (1933) à Cuba.]
1997(tv) Rough Riders / Teddy Roosevelt & the Rough Riders (US) de John Milius 
Affinity Entertainment-Esparza/Katz-Larry Levinson-Turner Pictures (TNT 20.7.97), 240 min. – av. Tom Berenger (Theodore Roosevelt), Sam Elliott (cpt. Bucky O’Neil), Gary Busey (gén. Joseph « Fighting Joe » Wheeler), Brad Johnson (Henry Nash), Illeana Douglas (Edith Roosevelt), Chris North (Craig Wadsworth), Brian Keith (président William McKinley), George Hamilton (William Randolph Hearst), R. Lee Ermey (John Hay, Secrétaire d’Etat), Nick Chinlund (Frederick Remington), Dale Dye (col. Leonard Wood), Holt McCallany (Hamilton Fish), James Parks (William Tiffany).
La guerre qui a porté Teddy Roosevelt à la Maison Blanche, filmée par un cinéaste fascistoïde, nationaliste, belliciste et grand admirateur de ce président tonitruant (cf. « The Wind and the Lion » de Milius).
1998Mambí (ES/CU) de Teodoro Ríos et Santiago Ríos 
Cartel y Rios TV-ICAIC-SOCAEM, 115 min. – av. Carlos Fuentes, Gretel Pequeño, Alvaro de Luna, Aitor Merino, Luis Alberto Garcia, Rubén Breñas, Gustavo Salmerón.
1896-98, un jeune journalier des Caraïbes est enrôlé de force par les Espagnols pour combattre les indépendantistes à Cuba.
1999Cuba (ES) de Pedro Carvajal 
Share Total-Calabuch Films, 93 min. – av. Ana Alvarez, José Antonio Rodriguez, Eloy Azorín (Santiago de Sarmiento), Fernando Hechevarria (Pablo Velasco), Cristina Collado, Hugo Reyes, Carlos Padrón (consul Fitzhugh Lee), Jorge Sanz (cdt. Menac).
L’amour entre un soldat espagnol et une Cubaine mal mariée, sur fond de crise hispano-américano-cubaine en 1898.
2007(tv) The Spanish-American War : First Intervention (US) de Phil Tuckett 
NFL Films (Alan Bropwn)-History Channel (Carl H. Lindahl) (History Channel 8.5.07), 180 min. – av. Michael Ray Davis (commodore George Dewey), Randy Herman (ltn. John Pershing), Bobby Martino (gén. Emilio Aquinaldo), Michael Cawelti (Theodore Roosevelt), Shaughn McFadden (président William McKinley), Mark Nicholas (Henry Cabot Lodge), Barbara Sikora (Clara Barton), Greg Thompson (Charles Johnson Post), Bob Wells (William Seaward), Jack Amos (gén. William Shafter), Ethan Cadoff (Frederick Jackson Turner), Carlos Cortina (l’amiral Pascual Cervera), René Gonzales (gén. Caliyto Gracia), Kim Ingram (gén. Joseph Wheeler), Joe Makowski (col. Leonard Wood), Indy Morgado (gén. Maximo Gomez), Al Nagy (amiral Alfred Thayer Mahan), Ryan O’Connell (Stephen Crane), Alejandro de Quesada (gén. José Toral), Francisco Sandoval (cpt. Victor Concas), Robert Toperzer (cpt. Robley Evans).
Grand docu-fiction aux accents patriotiques et bellicistes tourné en Floride (Ford Dade, Fort De Soto, Université de Tampa) pour deux millions de dollars.